Crowdfunding. Les patrons bretons se mobilisent pour GwenneG

Article paru dans le Journal des entreprises

L'équipe de GwenneG compte 4 salariés basés à Rennes.

L’équipe de GwenneG compte 4 salariés basés à Rennes.

La plateforme de crowdfunding régionale GwenneG reçoit actuellement le soutien de dizaines de patrons bretons qui veulent s’investir pour leur territoire. GwenneG finalise en effet une augmentation de capital de 200.000 à 400.000 € pour pouvoir activer son volet « prise de participation » et confirmer ainsi son devenir de conseiller en investissement participatif.

Lancée à Rennes à l’été 2015, la plateforme de crowdfunding GwenneG (« petit sou » en breton) faisait déjà du prêt et du don avec un certain succès. En dons, sur 27 projets relayés en ligne, 24 ont réussi à collecter un total de 127.000 €. On peut citer les lunettes en bois Koad ou encore l’appli de jeu Combat de Coqs qui a fait le buzz. Côté prêts, une dizaine de projets sont actuellement à l’instruction. GwenneG aura sans doute bientôt une troisième corde à son arc, en soutenant également le capital d’entrepreneurs en manque de financements. Son président fondateur Karim Essemiani veut prouver qu’« en Bretagne, on peut faire les trois ». Son objectif 2016 : sept projets en capital pour 2 millions d’euros dont cinq sont déjà dans les tuyaux.

Déjà une centaine d’engagements

Pour devenir conseiller en investissement participatif (CIP), objectif initial de Karim Essemiani et pour lequel il a obtenu un premier sésame le 22 décembre suivi d’une certification le 8 janvier, GwenneG doit maintenant elle-même augmenter son capital dans les prochaines semaines d’au moins 200.000 € et du double dans l’idéal, selon la réglementation en vigueur. L’autorité des marchés financiers (AMF) a durci les conditions d’accès des 90 plateformes en France. Le tour de table sera bientôt finalisé vu la solidarité singulière des patrons bretons et la mobilisation propre à la Bretagne. « Nous assistons à un élan unique en France. GwenneG interpelle beaucoup, car les modes collaboratifs sont des modes d’avenir. Nous réinventons le circuit court, se félicite Karim Essemiani. Des entreprises qui viennent nous voir n’ont pas besoin d’argent mais de communication. Recourir au crowdfunding, c’est prouver son leadership vis-à-vis d’autres investisseurs », sourit le porteur de GwenneG dont le capital sympathie rayonne sur toute la région. A ce jour, la mobilisation spontanée d’une centaine de personnes a déjà permis de collecter plus de 100.000 €, à hauteur de 1.000 € en moyenne chacun. On pourrait appeler cette opération inédite « 200 (ou 400) pour 1.000 ».

Par conviction

Parmi ces investisseurs, on reconnaît des cadres et dirigeants dont certains déjà bien engagés pour leur territoire et membres de clubs divers. Pour eux, c’est tout sauf une affaire de gros sous et de spéculation… (lire aussi) Le réseau Produit en Bretagne a également décidé d’apporter son influence à GwenneG qui avait déjà noué un partenariat stratégique il y a quelques mois avec Nestadio Capital, le fonds de Florent de Kersauson.

Contacts : 07 82 13 98 47 ; www.gwenneg.bzh

Lire l'article

L’économie bretonne vue par les chefs d’entreprise

Tableau de bord conjoncturel de la CCI de Bretagne de janvier 2016

Selon les chefs d’entreprise bretons, l’année 2015 se termine dans l’ensemble mieux que les périodes précédentes, quels que soient les indicateurs retenus (chiffres d’affaires, investissements, emploi, rentabilité et export). Cependant, le premier semestre 2016 se présente moins engageant que le second semestre 2015 avec des perspectives de croissance moins nombreuses et des projets d’investissements moins fréquents. Dans ce contexte, le maintien de l’emploi reste la priorité des dirigeants interrogés.

tableau_conjoncturel_janvier_2016

Lire l'article

« Notre vieux modèle social basé sur le salariat a vécu ! »

Publié dans le quotidien Le Monde du 2 février 2016 par Xavier Kergall (Directeur général des Salons des entrepreneurs) et François Hurel (Président de l’Union des auto-entrepreneurs)

Ils sont conducteurs pour Uber, livreurs pour Instacart ou encore instructeurs de conduite chez Ornikar… Le travail en free-lance ne cesse de gagner du terrain et de s’étendre à un nombre croissant de métiers.

Demain, médecins, publicitaires et banquiers rejoindront pour certains les rangs de ces néo-indépendants désireux de prendre leur destin en main. Car, inutile de se voiler la face, on le sait. Notre vieux modèle social basé sur le salariat, et porté par le sacro-saint CDI, a vécu.

L’entreprise à l’ancienne, telle qu’on la connaît, n’aura bientôt plus le monopole et cohabitera avec de multiples formes d’activités, dont le travail indépendant ou collaboratif, qui permet une mise en relation directe de l’indépendant avec ses clients grâce à des plates-formes numériques.

Nous en sommes non seulement convaincus mais aussi témoins. Le rapport à l’activité est bel et bien en train de basculer vers de nouveaux modèles. Le salariat omnipotent a vécu. Il ne fait plus rêver les Français, et encore moins les jeunes qui préfèrent à 35 % créer leur entreprise plutôt que de se retrouver engoncés dans une entreprise du CAC 40.

Lire l'article

Un nouveau départ pour Brest Business School

Article publié sur La Lettre Economique de Bretagne

Elle a retrouvé son indépendance et fait état de 750 étudiants inscrits. Elle entend renforcer son incubateur d’entreprises animé avec le soutien de l’association Produit en Bretagne pour se positionner davantage encore à l’international.

Lire l'article

En Bretagne, l’INSEE sent poindre la reprise, sans effets sur l’emploi

Article publié sur ‘La Lettre Economique de Bretagne’

Au cours du troisième trimestre 2015, indique l’INSEE en Bretagne, plusieurs secteurs continuent de perdre des emplois. C’est notamment le cas du commerce.

‘Malgré un contexte macro-économique porteur pour l’activité des entreprises, la hausse de l’emploi constatée au 2ème trimestre ne se confirme pas au 3ème trimestre’, indique l’INSEE. Tous les secteurs, à l’exception des services marchands, accusent une baisse de l’emploi. Si le taux de chômage repart à la hausse, la Bretagne reste toujours parmi les régions ayant le plus faible taux de chômage. Par ailleurs, les indicateurs de démographie d’entreprises sont de nouveau porteurs avec une reprise des créations et une diminution des défaillances. Dans les services marchands hors intérim, l’emploi enregistre une nouvelle hausse en Bretagne. Il augmente de 0,3% et le secteur gagne près de 1 000 emplois au 3ème trimestre 2015. Plus de 5 000 emplois sont créés dans le secteur en un an. L’hébergement, la restauration et le secteur des services aux entreprises enregistrent les hausses les plus fortes, gagnant respectivement 360 et 290 emplois (soit +0,9% et +0,3%). L’emploi dans l’industrie, hors intérim, poursuit sa baisse entamée en 2014 et diminue de 0,1% dans la région. Cela correspond à une perte de 250 emplois. La tendance à la baisse se poursuit également dans la construction. L’emploi salarié hors intérim se contracte de 0,2% au 3ème trimestre et le secteur perd ainsi 130 emplois supplémentaires. En intégrant l’intérim, l’emploi dans la construction ne diminue plus et crée même 40 postes.

L’ensemble de la conjoncture vue par l’Insee Bretagne

Lire l'article

Le gérontopole breton prend forme

LJ Calloch7

Né dans l’esprit de deux étudiants de Sciences PO Rennes au cours de l’année 2015, le gérontopole breton prend forme en jouant la carte de la collaboration territoire, entreprise, séniors pour expérimenter de nouvelles collaborations permettant de monter des projets favorisant le bien vieillir en Bretagne. Le 14 janvier se tenait à Rennes une réunion au cours de laquelle les différents contributeurs ont choisi des premiers axes de collaborations possibles au sein de « laboratoire » sur des thématiques comme la santé, la mobilité, l’habitat, la vie sociale, la formation…

Dénommée Kozh Ensemble, cette structure très souple permet d’intégrer ceux qui souhaitent partager un projet, monter une expérience… une seule exigence : mettre le territoire et ceux qui l’habitent au cœur de l’expérimentation.

Présentation du projet http://www.bretagne-durable.info/videos-bien-vieillir-en-bretagne

Lire l'article

Vous êtes Breton, où vivez-vous actuellement ?

Breizhbook publie un sondage : Vous êtes Breton, où vivez-vous actuellement ?

Voici le lien pour accéder au sondage

Lire l'article

Les « 20 dossiers pour construire la Bretagne » bientôt réunis dans un livre

couverture livre

De septembre à décembre 2015, le collectif Construire la Bretagne a sorti 2o dossiers afin de poser les enjeux majeurs de la Bretagne de demain : de l’unité bretonne à la démocratie participative, en passant par l’équilibre territorial, la maîtrise énergétique, le tourisme, l’ouverture internationale…, ces dossiers ont abordé 20 thèmes essentiels de la vie bretonne. Pour chacun, il a été établi un état des lieux mais surtout des propositions. Un travail très documenté qui peut servir aujourd’hui de base à une réflexion plus profonde. A chacun de se l’approprier pour construire ensemble une Bretagne belle, prospère, solidaire et ouverte sur le monde.

Aujourd’hui, il a été décidé de regrouper l’ensemble de ces dossiers dans un ouvrage (100 pages, 20cm x 20cm) à sortir au mois de janvier.

Nous vous le proposons dès maintenant en souscription au prix de 15 € l’unité (franco de port). A partir d’une commande de 10 exemplaires, le livre à l’unité est de 12 € (franco de port).

Ne tardez pas à passer commande.

Bulletin-souscription-livre-CLB-fr

Bulletin souscription livre CLB brezhoneg

Lire l'article

Une étude de l’Insee Bretagne sur la densité des communes et les temps d’accès aux services

Article publié sur La Lettre Economique de Bretagne

Selon cette enquête, Rennes, Brest, Lorient et Lanester présentent une forte densité de population et d’activités. Elles se partagent 20% de l’emploi régional. Dans les 117 communes de densité intermédiaire, la moitié de la population accède aux services de la vie courante en moins de 3 minutes.

Lire l'article

La question de l’enseignement de l’Histoire de Bretagne

Chronique de Frédéric Morvan sur le site de l’Agence Bretagne Presse

« Non, madame la maire-adjointe de Brest, Anne-Marie Kervern, il faut continuer de s’user à demander, avec force et conviction, au ministère de l’Education nationale et aux Rectorats des Académies de Rennes et de Nantes (pour la Loire-Atlantique) que l’Histoire de Bretagne soit enseignée dans les collèges et les lycées, que tous les jeunes élèves et étudiants relevant de ces deux rectorats et demeurant dans les cinq départements bretons puissent recevoir cet enseignement, et bien sûr puissent connaître l’Histoire de la Bretagne.

Des jeunes guère présents

Lire l'article