La pointe bretonne en voie d’insularité

Article de René Perez sur le site bretagne-bretons

Le même jour, deux informations se télescopent. Louis Le Duff, qui créa sa première boutique à Brest en 1977, commente l’investissement de 400 millions d’euros qu’il réalise près de Rennes pour une gigantesque plate-forme logistique Bridor. Et au même moment, on apprend que la Société lampaulaise de salaisons va fermer son usine (75 salariés) à Brennilis, dans ces Monts d’Arrée où l’emploi est pourtant déjà une denrée très rare.

Ces deux événements ne sont pas à la même échelle. Mais ils sont symboliques des trajectoires de plus en plus divergentes entre la capitale bretonne et son lointain arrière-pays.

L’intégralité de l’article

Une étude des dépôts de brevets dans la Bretagne administrée (2008-2015)

L’AUDELOR, (agence d’urbanisme de Lorient), vient de réaliser une étude fort intéressante sur le dépôt des brevets en Bretagne administrée entre 2008 et 2015. En zoomant l’étude sur le pays de Lorient, un point intéressant est que l’étude constate page 7 l’importance des brevets « en lien avec le milieu maritime » et que la mer devient de plus en plus « un domaine créateur d’innovations ». L’océan compte désormais pour 40 % des 135 brevets déposés pour la zone d’emploi de Lorient avec 35 brevets qui concernent directement la construction et la réparation navales. Il est alors un peu curieux de ne pas évoquer le pôle voisin de Nantes-Saint-Nazaire, d’autant que de fortes synergies existent déjà, notamment au sein du pôle de compétitivité mer. La limite administrative de la Bretagne à 4 devient vraiment un problème pour faire de manière globale apparaître la Bretagne telle qu’elle est : une grande région d’innovation maritime.
Pour l’étude