Démographie : à l’horizon 2050 l’écart se creuse entre l’Ille-et-Vilaine et le reste de la Bretagne

Démographie : à l’horizon 2050 l’écart se creuse entre l’Ille-et-Vilaine et le reste de la Bretagne

Article de Véronique Maignant publié sur bretagne-economique.com

A l’horizon 2050, si les tendances observées sur la période récente se maintenaient, la Bretagne pourrait compter près de 4 millions d’habitants. La croissance annuelle de sa population la placerait alors au 5ème rang des régions métropolitaines, tirée pour l’essentiel par l’Ille-et-Vilaine.

L’intégralité de l’article

Côtes-d’Armor : le vieillissement de la population pèse sur la dynamique démographique

Côtes-d’Armor : le vieillissement de la population pèse sur la dynamique démographique

Article de Véronique Maignant sur le site de la Bretagne Economique

Le département des Côtes d’Armor vient d’être passé à la loupe par l’Insee. Avec 597 400  habitants en 2014, il est le département le moins peuplé de la région Bretagne. La croissance démographique a nettement ralenti sur la période récente : en moyenne + 0,3 % par an entre 2009 et 2014 en comparaison des  + 0,8 % sur les quinze années précédentes.

(suite…)

L’évolution démographique bretonne : il y a comme un problème

L’évolution démographique bretonne : il y a comme un problème

L’utilisation des derniers chiffres disponibles (2013) permet de prendre un peu de recul pour envisager l’évolution démographique de la Bretagne sur 14 ans. Que de changements !

14 ans… C’est peu au regard de temporalités bien plus longues envisagées par d’autres études (1). Mais 14 ans, c’est beaucoup puisque les écarts se sont récemment creusés. En ce laps de temps, des territoires bretons ont souffert ou se sont dépeuplés quand d’autres ont vu leurs populations doubler ou tripler. Et tout n’est pas ici une affaire ou non de bonnes gestions communales, d’autant que l’essor démographique n’est pas forcément synonyme de qualité de vie. Comment analyser les évolutions démographiques ? Que retenir de cette carte de synthèse ?

Globalement, l’arbre démographique breton se porte bien. 4 millions d’habitants en 1999 mais 4,6 en 2013, soit 600 000 habitants de plus. Sur 14 ans, la Bretagne a gagné en moyenne 40 000 habitants par an. Il s’agit d’une des régions les plus attractives de France puisque l’essentiel des gains s’opèrent en lien avec un solde migratoire favorable, même si les gains d’espérances de vie aident à l’évolution. (suite…)

La Bretagne présente un solde démographique négatif en 2015

La Bretagne présente un solde démographique négatif en 2015

Selon l’Insee, au 1er janvier 2015, la population de la Bretagne est estimée à 3 294 300 habitants, en progression annuelleBretagne_eco moyenne de 0,6 % depuis 2008 (soit 20 700 habitants supplémentaires chaque année). En 2015, pour la première fois depuis deux siècles en période de paix, le solde naturel est négatif en Bretagne. Le nombre de naissances, en baisse en 2015, n’a pas compensé la hausse exceptionnelle du nombre de décès. L’excédent migratoire est ainsi l’unique moteur de la croissance démographique bretonne. En 2015, 33 700 bébés sont nés dans la région. Avec 1,93 enfant par femme, la Bretagne est moins féconde que la plupart des régions françaises. Le nombre de décès s’établit à 34 100 en 2015, niveau record depuis l’après-guerre. Outre le vieillissement de la population et l’arrivée des baby-boomers dans le 3e âge, la forte hausse des décès s’explique par un épisode grippal de forte intensité qui a touché la France en début d’année. L’analyse des chiffres par département montre un réel écart ente l’Ille-et-Vilaine et les trois autres départements.

L’intégralité de l’article