Actualités et événements

AGENDA

Mardi 17 avril 2018 – Couvent des Jacobins – Rennes – 18h

Conférence – De la valeur au prix : entre passion et raison

Dans les transactions, la valeur d’une entreprise résultera d’un subtil arbitrage entre critères rationnels et subjectifs. Lorsqu’il étudie l’hypothèse d’une acquisition, le dirigeant ou l’investisseur sait qu’il va confronter sa vision de l’avenir à celle du vendeur. Leurs anticipations peuvent s’opposer, l’évaluation purement financière (valeur patrimoniale, rentabilité, flux attendus…) n’entrant pas seule en jeu.
– Comment réconcilier valeur et prix ?
– Comment se définit la valeur ?
– Quel est le juste prix à payer pour un bien, un service, un actif stratégique ?
– Comment et avec qui mener une analyse rationnelle du prix et de la valeur ?
Voilà quelques questions qui seront abordées lors de cette conférence organisée par Fidal.

L’invitation

 

 

 

La mobilité en Bretagne à l’horizon 2035

Au cours de l’année 2015, de nombreux partenaires publics et privés, intervenant sur le champ des mobilités, ont participé à quatre ateliers prospectifs sur la mobilité en Bretagne à l’horizon 2035, organisés par la DREAL Bretagne et les Directions Départementales des Territoires et de la Mer.

Un document intitulé :  » la mobilité en Bretagne à l’horizon 2035, carnet d’exploration », a été publié. Ce rapport a pour objectif d’aborder ce qui peut changer et façonner la mobilité de demain.

mobilite

Les explorateurs d’avenir, Jean Ollivro : la mobilité et le territoire

Synthèse du propos de Jean Ollivro, président de Bretagne prospective, durant la journée Auto-mobilité et intelligence territoriale dont le fil conducteur était comment réussir au sein de chaque territoire une mobilité personnalisée, durable, innovante, connectée, sécurisée et ouverte à tous.

Les mutations engendrées par l’arrivée de la voiture

Comme l’explique J. Ollivro, l’arrivée de la voiture a tout bouleversé. Il rappelle que dans un premier temps, le rapport originel de l’homme est le nomadisme, pas par choix, mais plutôt pour répondre à des difficultés (ressources, climat…). Jusqu’en 1600,  70 % de la population européenne et 90 % des nouveaux mondes étaient nomades.  Puis à l’époque moderne, P. Chaunu1 démontre que 95 % de la vie des gens se déroule dans un périmètre de 7 kilomètres, et que le déplacement est vu comme un problème.

L’arrivée du véhicule motorisé, appelé « l’auto mobilitas » par V. Guigueno2, a tout changé. Tout d’abord, la portée des déplacements se trouve démultipliée sans effort. Puis apparaît l’individualisation des déplacements, alors que les  premiers modes de transport à moteur (train, navire à vapeur …) étaient tous collectifs. Au départ réservée à certains « privilégiés », la voiture se démocratise à la fin de la Seconde Guerre mondiale et dans les années 60, et avec elle, se démocratise la vitesse. (suite…)