Méthanisation. De l’énergie à partir des déchets agricoles

Méthanisation. De l’énergie à partir des déchets agricoles

Article publié dans Ouest-France

A Beuzec-Cap-Sizun, le Gaec du Millier chauffe des bâtiments à partir de déchets agricoles non valorisables

Xavier Manceau (SDMO Industries), Claude Sergent (GAEC du Millier), Alain Christien (Pdg de Maiveo), André Sergent (GAEC), Grégoire Deroo (directeur-général de Maiveo), Nicole Sergent

Xavier Manceau (SDMO Industries), Claude Sergent (GAEC du Millier), Alain Christien (Pdg de Maiveo), André Sergent (GAEC), Grégoire Deroo (directeur-général de Maiveo), Nicole Sergent

Beuzec-Cap-Sizun, à deux pas de la pointe du Millier. C’est à quelques encablures de la Baie de Douarnenez que le GAEC du Millier formé d’André Sergent, président de la chambre d’agriculture du Finistère et de ses deux associés a créé la Sarl Cap Métha (gérée par Quentin Sergent, fils d’André) pour qu’elle exploite une unité de méthanisation. L’investissement atteint 1,4 million d’euros (22 % de subventions de l’ADEME, de la Région et du département du Finistère) que Cap Métha prévoit d’amortir en six ans.

Économie circulaire

(suite…)

Une croissance démographique toujours supérieure au niveau national

Etude publiée sur le site de l’Insee Bretagne

La Bretagne compte 3,27 millions d’habitants au 1er janvier 2014, en progression de 0,7 % par an depuis 2007. La population bretonne croît plus vite qu’au niveau national. Ce dynamisme s’explique principalement par des arrivées plus nombreuses que les départs.

En 2014, 35 230 bébés sont nés en Bretagne. Le nombre de naissances diminue légèrement. Avec 1,96 enfant par femme, la fécondité en Bretagne est pour la première fois depuis vingt ans en dessous du niveau métropolitain. Le nombre de décès s’établit à 31 625 en 2014, en net retrait par rapport aux deux années précédentes.

L’espérance de vie régionale progresse tant pour les hommes que pour les femmes, tout en restant inférieure à la moyenne nationale. Le nombre de mariages est en légère baisse, malgré la mise en place du mariage pour tous.

Insee analyse

Les grandes ambitions du Pôle Mer Bretagne Atlantique

Article publié dans La Tribune par Pascale Paoli-Lebailly

214 projets labellisés en 10 ans pour 721 millions d’euros d’investissement en R&D, 40 brevets déposés. Pour la prochaine décennie, le Pôle Mer Bretagne Atlantique veut doubler ces chiffres et accompagner encore mieux la commercialisation de produits et services innovants liés à l’économie bleue. Cela passe par une intensification de son action en France et à l’international.

La tenue à Paris de la conférence sur les changements climatiques, COP 21, qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre prochain, va offrir au pôle Mer Bretagne Atlantique, une belle fenêtre de tir pour communiquer auprès du grand public.

Egalement partenaire du Tour de France pour le climat initié par la navigatrice Catherine Chabaud, le pôle de compétitivité veut profiter du coup de projecteur porté sur le rôle que jouent les océans dans l’équilibre du climat pour mettre en avant les innovations maritimes de demain, tant dans les domaines des énergies marines renouvelables (EMR), du naval que des biotechnologies bleues. (suite…)

Moins de pauvreté et d’inégalités de revenus entre les ménages et entre les territoires

En 2012, la Bretagne reste, avec les Pays de la Loire, la région où le taux de pauvreté est le plus faible et les inégalités les moins marquées. La part des revenus d’activité dans le revenu des ménages y est moindre qu’ailleurs en raison de salaires moyens plus faibles et de la présence importante de retraités. Les familles monoparentales et les jeunes forment les catégories de ménages les plus exposées à la pauvreté.

Au sein de la région, des disparités territoriales existent. Les niveaux de vie et les inégalités sont plus élevés dans les grandes aires urbaines et sur le littoral. Les taux de pauvreté les plus importants se retrouvent dans les villes-centres et le Centre-Bretagne.

Toutefois, comparées au niveau national, ces disparités restent limitées. Aucune commune bretonne ne se retrouve parmi les communes françaises les plus riches ou les plus pauvres.

Pdf insee

 

Oui, les votations de Dibab sont utiles au débat politique

Article publié sur le site de Ar Ch’annad

Et de onze. Depuis le 30 novembre, onze communes de la Bretagne historique ont donc eu l’occasion de se prononcer sur leur volonté, ou non, de voir la Loire-Atlantique revenir en Bretagne administrative mais également sur une possible fusion des six collectivités (le Conseil régional et les Conseils généraux) dans une seule et unique entité, l’Assemblée de Bretagne.

L’objectif de ces votations est simple : peser au maximum lors de la future campagne pour les élections régionales en démontrant qu’il y a une réelle adhésion populaire en faveur de la réunification et de cette assemblée unique. Après le raté de la réforme territoriale, pour laquelle le gouvernement a choisi de ne pas choisir dans l’Ouest de la France afin de ne pas froisser les potentats locaux, Dibab espère amener les candidats à prendre position pour que la nouvelle majorité régionale fasse ce qu’il faut afin d’y parvenir. (suite…)

Page 1 sur 212