Créé dans les années 1950, le Comité d’étude et de liaison des intérêts bretons (Celib) a façonné la Bretagne moderne. L’universitaire rennais et ancien élu Claude Champaud lui consacre un ouvrage.

Le Celib a été créé, il y a près de 70 ans. Que peut-il représenter aux yeux d’un jeune Breton, aujourd’hui ?
J’ai peur que cela soit considéré comme un club de rencontres (rire) ! Ce qui me paraîtrait devoir intéresser un jeune aujourd’hui, c’est de savoir que la Bretagne était vraiment aux trente-sixième dessous dans les années 1950, après deux siècles de sommeil, et que, brusquement, elle s’est réveillée, poussée par des hommes de tous horizons politiques et professionnels. En quelques années, la Bretagne s’est placée dans les régions de tête, notamment en matière d’esprit d’entreprise, dont l’exemple le plus connu est la Brittany Ferries.

L’intégralité de l’article

Propos recueillis par Philippe Créhange pour Le Télégramme