Selon l’Insee, au 1er janvier 2015, la population de la Bretagne est estimée à 3 294 300 habitants, en progression annuelleBretagne_eco moyenne de 0,6 % depuis 2008 (soit 20 700 habitants supplémentaires chaque année). En 2015, pour la première fois depuis deux siècles en période de paix, le solde naturel est négatif en Bretagne. Le nombre de naissances, en baisse en 2015, n’a pas compensé la hausse exceptionnelle du nombre de décès. L’excédent migratoire est ainsi l’unique moteur de la croissance démographique bretonne. En 2015, 33 700 bébés sont nés dans la région. Avec 1,93 enfant par femme, la Bretagne est moins féconde que la plupart des régions françaises. Le nombre de décès s’établit à 34 100 en 2015, niveau record depuis l’après-guerre. Outre le vieillissement de la population et l’arrivée des baby-boomers dans le 3e âge, la forte hausse des décès s’explique par un épisode grippal de forte intensité qui a touché la France en début d’année. L’analyse des chiffres par département montre un réel écart ente l’Ille-et-Vilaine et les trois autres départements.

L’intégralité de l’article