La répartition territoriale des cadres du privé fait apparaître une importante concentration dans quelques bassins d’emploi. Sur les 304 zones d’emploi de France métropolitaine, seules 17 regroupent plus de 25 000 cadres. Ces places fortes pour l’emploi cadre rassemblent ainsi 58 % des cadres du privé, contre 34 % de la population et 44 % des emplois du secteur privé. De surcroît, ces territoires bénéficient d’une dynamique économique très favorable et d’un positionnement sur des activités à forte valeur ajoutée. Dans 16 des 22 régions françaises, on observe également une concentration des cadres du privé autour d’une seule zone d’emploi. Toutefois, des pôles secondaires peuvent également regrouper un volume significatif de cadres. Ce couplage entre une zone d’emploi principale pour l’emploi cadre et des zones d’emploi annexes se trouvera renforcé dans le nouveau découpage régional en 13 régions.

Focus sur la Bretagne

Avec 38 900 cadres, la zone d’emploi de Rennes mobilise près de 40 % des cadres bretons. La répartition des cadres de la région s’observe à travers plusieurs pôles secondaires, et en particulier Brest qui compte 15 300 cadres soit 15 % des cadres régionaux. Réunies, les zones d’emploi de Rennes et de Brest regroupent plus de la moitié de la population cadre de la région. Vannes (7 900 cadres), Quimper (7 300), Lorient (7 100) et Saint- Brieuc (6 800) disposent également d’un volume significatif de cadres. Portée par les activités de télécommunications, Lannion se distingue aussi par un effectif de cadres important (3 600) au regard du volume d’emplois présents dans la zone d’emploi. Les onze autres zones d’emploi de Bretagne rassemblent, quant à elles, moins de 3 000 cadres chacune.

Avec 58 500 cadres du privé, la zone d’emploi de Nantes concentre 44 % des cadres de la région Pays de la Loire.

L’emploi cadre