Emmanuel Macron la définit comme la loi majeure de son quinquennat, la CGT et les Insoumis y voient « un coup d’état social » en raison du recours aux ordonnances. Dans les semaines qui viennent, on verra jusqu’où peut aller le bras de fer autour de la loi-travail, entre le gouvernement et un front social moins large que celui qui s’était formé face à la loi El Khomeri.

A ce stade, une évidence s’impose : la Bretagne est particulièrement concernée par cette loi qui a clairement placé les petites et moyennes entreprises au coeur même du dispositif. Ce sont elles qui recèlent le plus grand gisement d’emplois, mais à condition de fluidifier le marché du travail en desserrant tous les verrous qui sont autant de freins pour les chefs d’entreprises. C’est l’objectif premier, clairement affiché par cette loi.

L’intégralité de l’article

Article de René Perez sur bretagne-bretons.fr