Article de Raphaël Baldos publié dans le journal « La Croix »

Le-Tremargad-Kafe-centre-nevralgique-bourg-cafe-gite-associatif_1_730_487Trémargat, petite commune des Côtes-d’Armor, explore avec succès les valeurs de solidarité, d’entraide et d’écologie. Dans ce laboratoire à ciel ouvert de projets alternatifs, les habitants soutiennent l’installation de paysans, s’approvisionnent dans une épicerie de produits bio et locaux, et se retrouvent au café associatif.

 

Les chênes, au bord de la route, ont été élagués. La mousse qui recouvre leurs troncs prend, dans la lumière grise de l’après-midi, une couleur émeraude. Les branches, dispersées sur le talus, attendent d’être glanées.

Elles ont été coupées par 38 personnes lors d’un chantier collectif organisé, il y a quelques jours, par la municipalité de Trémargat (Côtes-d’Armor). « Voir autant de gens qui se dévouent, c’est incroyable ! », s’exclame la maire, Yvette Clément. « Il y avait une ambiance vraiment sympa, et comme d’habitude, le casse-croûte était offert au café. »

Les absents pourront se rattraper bientôt. Des bras sont à nouveau réclamés, le 5 mars, pour poursuivre l’aménagement du centre du bourg. Il faudra planter des arbres fruitiers, des plantes vivaces, construire une cabane en saule et effectuer quelques travaux de bricolage. Ici, l’esprit coopératif règne.

Mobilisation citoyenne

Les 200 administrés prennent part à la conception et à la réalisation des projets publics au sein de « commissions participatives », qui réunissent à parts égales élus et non-élus. Sans cette implication, la rénovation de la place de l’Église aurait coûté 120 000 €, soit la totalité du budget municipal annuel. La commune a refusé le projet classique, 100 % béton, d’un cabinet spécialisé, et préféré un théâtre de verdure réalisé par les agriculteurs. De jeunes apprentis charpentiers ont construit une pergola. Coût total : 12 000 €.

« Beaucoup de collectivités et d’étudiants en urbanisme viennent nous voir. Ils sont intrigués par notre façon de faire et souhaiteraient s’en inspirer. Mais beaucoup d’élus ne parviennent pas à impliquer leur population comme nous le faisons », souligne la maire.

L’intégralité de l’article