insee articles taggués

En Bretagne, des fragilités sociales très présentes dans les quartiers de la politique de la ville et plus diffuses dans leur environnement urbain

Par Serge Le Guen, Insee

La Bretagne compte désormais 32 quartiers de la politique de la ville (QPV), regroupant près de 90 000 habitants. Comme dans les autres régions, la population de ces quartiers présente des spécificités : plus touchée par la pauvreté, elle est également plus jeune et compte davantage de familles nombreuses ou monoparentales et d’étrangers. Son insertion sur le marché du travail est également plus difficile en raison notamment de niveaux de qualification plus faibles.

Lire l'article

Fragilisation sociale des territoires : un phénomène à forte inertie et aux multiples facettes

Hervé Bovi et Ludivine Neveu-Chéramy, Insee

La Bretagne figure parmi les régions les moins confrontées aux difficultés sociales. Pour autant, certains bassins de vie connaissent la précarité ou recèlent de fortes inégalités sociales.

La fragilisation sociale des territoires, processus à forte inertie, va de pair avec la détérioration d’indicateurs multiples, tant sociaux que démographiques ou économiques. Ainsi, les bassins de vie qui se sont fragilisés ont suivi des trajectoires qui s’écartent ou accentuent les grandes tendances de fond à l’oeuvre dans des territoires analogues : vieillissement de la population, ouverture et tertiarisation de l’économie locale, périurbanisation… A contrario, certains territoires périurbains ont connu des mutations sociales allant dans le sens d’une amélioration.

L’intégralité de l’étude

Lire l'article

Une répartition plus homogène de l’emploi en Bretagne

Répartition de l'emploi régional en 2012

Répartition de l’emploi régional en 2012

Comme au niveau national, les grands pôles urbains bretons abritent une part importante de l’emploi régional. Celui-ci est cependant moins concentré que dans d’autres régions. En effet, en Bretagne, les villes moyennes sont plus importantes et les couronnes périurbaines offrent relativement plus d’emplois qu’ailleurs.

La répartition de l’emploi entre les territoires se modifie cependant. D’une part, l’emploi se développe plus dans l’est de la région en raison d’une forte croissance de la métropole rennaise. D’autre part, l’emploi est de moins en moins concentré dans les grandes agglomérations mais se diffuse à leur périphérie.

A noter sur, selon cette étude de l’Insee, la région a gagné entre 1982 et 2012 près de 530 000 habitants et 270 000 emplois.

Voir étude

Lire l'article

Tertiarisation des emplois, essor des activités au service de la population : trente ans de mutations dans les territoires bretons

L’Insee publie dans son bulletin de février 2015 le résultat d’une étude menée par Isabelle Baudequin sur la tertiarisation des emplois.

Entre 1982 et 2011, malgré les crises économiques successives, le nombre total d’emplois en Bretagne a davantage augmenté que la population (respectivement + 25 % et + 19 %), comme en France de province. Les zones d’emplois ayant connu les plus fortes progressions telles Rennes, Vitré et Vannes, le doivent à la fois aux activités productives et à celles tournées vers les besoins de la population. À l’inverse, les zones d’emplois de Morlaix, Guingamp, Fougères et Carhaix-Plouguer cumulent pertes d’emplois dans les activités productives et moindre gain dans les activités au service de la population.

Les activités productives ont connu un fort mouvement de tertiarisation. L’agriculture, le BTP et l’industrie n’y représentent plus que 40 % des emplois contre 70 % il y a 30 ans et ne restent majoritaires que dans 3 zones d’emplois sur 18 (Loudéac, Carhaix-Plouguer et Ploërmel). Concernant la sphère présentielle, la part dans l’emploi est passée de 54 % à 65 %. La santé et l’action sociale, les services de proximité et l’administration publique contribuent majoritairement à son développement, notamment dans les territoires en difficulté.

Lire l’étude Tertiarisation des emplois

Lire l'article