L’industrie bretonne en pleine mutation

L’industrie bretonne en pleine mutation

Article de Stanislas du Guerny sur www.usinenouvelle.com

 

L’agroalimentaire se remet à peine d’une période très difficile marquée par des fermetures d’usines alors que le secteur automobile a perdu de sa superbe. La filière algues et les énergies marines renouvelables sont au centre de tous les espoirs de reprise.

carte usine nouvelleLes chiffres sont sans appel. La filière agroalimentaire a vu disparaître plus de 2 000 emplois au cours des quatre années écoulées. Les fermetures des usines Gad, Doux et Marine Harvest sont encore dans toutes les mémoires. Mais ce secteur clé de l’économie bretonne, qui emploie plus de 60 000 salariés, redresse la tête. Des recrutements importants se profilent notamment au sein du groupe laitier Even qui annonce « plus d’une centaine d’embauches par an », indique Christian Couilleau son directeur général. Quant au chinois Synutra, il achève la construction d’une vaste tour de séchage à Carhaix (Finistère) dans laquelle auront été investis plus de 100 millions d’euros pour la production de lait en poudre destiné exclusivement aux bébés chinois. A la clé, la création de 150 emplois.

La filière porcine reste fragile, « compte tenu notamment de la concurrence des Espagnols et des Allemands, ainsi que de la poursuite de l’embargo russe sur les produits alimentaires », se désole Michel Boulaire, le PDG du groupe d’abattage et de transformation porcine Jean Floc’h. Il investit actuellement près de 9 millions d’euros dans l’extension de sa conserverie de pâtés pour des productions à plus forte valeur ajoutée.

S’engager dans de réelles innovations alimentaires

(suite…)

L’ABC de l’agriculture et de l’agroalimentaire en Bretagne

Tableau de bord de l’agriculture et de l’agro-alimentaire breton publié en juillet par les Chambres d’agriculture de Bretagne

 

Filière par filière, toutes les données chiffrées de l’agriculture et de l’agroalimentaire en Bretagne ont été compilées, analysées et mises en perspective, ce travail fastidieux mais indispensable pour envisager l’avenir, fait chaque année l’objet de la parution d’un document complet, réalisé par les chambres d’agriculture de Bretagne. Son édition 2015 vient de sortir et dessine une situation bretonne inédite où les productions animales, socle de l’économie agricole régionale, sont mises à mal par l’exacerbation des concurrences sur fond d’embargo russe et de tassement de la consommation européenne et mondiale. (suite…)