Thomas Le Guilloux, 16 ans, milite pour sauver l’avenir des générations futures “quoi qu’il en coûte”

Thomas Le Guilloux, 16 ans, milite pour sauver l’avenir des générations futures “quoi qu’il en coûte”

Depuis le printemps 2019,  le jeune Breton s’investit à plein temps dans le mouvement mondial « Youth For Climate ». Le confinement a stoppé net les marches pour le climat mais pas son rêve d’un changement politique majeur. Maintenant. Tout de suite. Parce que sa génération n’a plus le temps.

Il a quitté le lycée parce qu’il ne s’y retrouvait plus. Ni les enseignements, ni la charge de travail ne le rendaient heureux. C’était plutôt l’inverse. Elève de seconde au lycée Saint-Charles à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), Thomas Le Guilloux a jeté l’éponge en novembre 2018. Avec l’accord de ses parents. Depuis, il apprend différemment. En autodidacte.

L’intégralité de l’article

Article de Catherine Bazille publié sur france3bretagne

Musique et danse bretonne : le top 5 des vidéos les plus originales

Musique et danse bretonne : le top 5 des vidéos les plus originales

Un danseur confiné ne tient pas longtemps tranquille. Les cercles celtiques et les bagadoù ont eu beaucoup d’inspiration pour pratiquer leur art, via les réseaux sociaux. Cela donne de chouettes vidéos.

Laisser son costume de côté ? Trop difficile. Son biniou ? Impossible. Alors, durant le confinement, les cercles celtiques et les bagadoù, séparés par la distance, se sont réunis sur les réseaux sociaux. Diffusion de vidéos d’archives, coulisses, défis lancés entre cercles, pétage de câble général… Ça donne des vidéos franchement hilarantes. Petite sélection.

L’intégralité de l’article

Article de Flora Chauveau publié sur ouest-france.fr

Outil numérique « Marché de territoire du Pays de Lorient »

Outil numérique « Marché de territoire du Pays de Lorient »

Lorient Agglomération lance un nouvel outil numérique pour faciliter les échanges commerciaux entre les producteurs locaux et professionnels de l’alimentation du territoire à la recherche de produits agricoles : « Le Marché de territoire du Pays de Lorient ».

Face à la situation difficile que nous traversons, cet outil numérique apporte une réponse opérationnelle concrète aux producteurs agricoles locaux et aux professionnels de l’alimentation du territoire.

Réalisée avec l’entreprise Via Terroirs, en collaboration avec la Chambre d’agriculture de Bretagne, cette initiative s’inscrit dans le Projet Alimentaire Territorial (PAT) du Pays de Lorient.

L’intégralité de l’article

Article publié sur lorient-agglo.bzh

La transition numérique : un accompagnement utile ?

La transition numérique : un accompagnement utile ?

En Bretagne, d’après des données issues d’une enquête menée par Marsouin en 2017, la transition digitale est assimilée différemment par les artisans et les PME. Tout d’abord, plus de trois PME sur quatre disposent d’un site internet. Mais moins d’un artisan sur deux. Concernant la vente sur Internet, les chiffres sont plus faibles. Seuls 5% des TPE et 15% des PME la pratiquent. L’enjeu est donc très fort. A l’origine, les raisons expliquant la faible visibilité numérique sont multiples. D’une part, toutes les entreprises ne disposent pas des ressources nécessaires (argent, temps). Et le prix d’un site peut varier de 1 à 100 en fonction du format et de la prestation, cela reste un coût supplémentaire pour l’entreprise alors que rien ne garantit des retombées positives (plus de clients, plus de ventes). D’autre part, la couverture numérique peut être aussi défaillante et fait que le dispositif n’est tout simplement pas possible. Ce qui crée pour lors des injustices. Sans oublier un effet d’âge avec des générations d’entrepreneurs, parfois, intégrant moins l’exposition numérique dans leurs « principes ».

Or, une étude menée actuellement par Bretagne Prospective prouve une très forte appétence des jeunes pour les commerces de proximité. A l’inverse, pour 66,5% des jeunes Bretons interrogés, leur exposition numérique est insuffisante et ne permet pas concrètement d’accéder aux services proposés. Il existe donc un relais défaillant. A renforcer. A privilégier. Les jeunes sont de plus en plus intéressés par le « consommer local ». A l’inverse, le graphique précédent prouve un écart entre cette aspiration et la possibilité effective de nouer un contact.

Or, de nombreux réseaux permettent d’être visibles numériquement et de faire circuler l’information. Ce sont des alternatives peu coûteuses au fameux « site internet », considéré par certains comme nécessaire alors qu’il existe d’autres solutions.

D’une part, on a évoqué des plates-formes de mutualisation (Wiker par exemple) qui permettent de diminuer les coûts fixes tout en apparaissant sur la toile. Une première possibilité est donc moins de se lancer dans la création d’un site personnel ou isolé qui sera peut-être perdu dans les fins fonds du web que de s’inscrire sur des sites collectifs plus fréquentés et avec un coût moindre.

Ensuite, les jeunes nourrissent aussi directement les réseaux (Facebook, Instagram, etc.) et l’importance d’ensemble des internautes et influenceurs est grandissante (les notes par exemple). Les avis de ces derniers interviennent souvent dans le cycle de « pré-achat » ou de « pré-fréquentation » d’un produit ou d’un lieu. Ils jouent un rôle certain dans la fréquentation, le référencement (artisan, hébergement, etc.). Deviennent même parfois incontournables, qu’on le souhaite ou non. Sans forcément investir (parfois lourdement) sur un site, il existe pour les entreprises des possibilités directes ou indirectes d’être présents. Dans tous les cas cette présence est cruciale, permet d’agir sur la dimension servicielle, relationnelle, l’image. Par exemple en motivant les échanges digitaux, en renforçant la proximité avec le client, ou bien en diffusant au bon moment et au bon endroit le contenu pertinent.
Ces nouvelles stratégies ne sont pas forcément simples. Que faut-il choisir ? Un site isolé ? Une plate-forme collective ? Un jeu complexe d’interférence, très souvent profitable, avec les réseaux sociaux ? La solution n’est sans doute pas univoque. A l’inverse, dans tous les cas, les enjeux d’informations et de formations apparaissent essentiels.

Ces nouvelles stratégies ne sont pas forcément simples. Que faut-il choisir ? Un site isolé ? Une plate-forme collective ? Un jeu complexe d’interférence, très souvent profitable, avec les réseaux sociaux ? La solution n’est sans doute pas univoque. A l’inverse, dans tous les cas, les enjeux d’informations et de formations apparaissent essentiels.

Exemple de Lorient : opération « Mon centre-ville connecté »

En septembre 2018, la première opération « Mon centre-ville connecté » a été réalisée à Lorient. Cette initiative nous semble intéressante car le but était de sensibiliser les commerçants du centre aux outils numériques qui de toute façon existent, de leur présenter la gamme disponible et de les accompagner dans les transitions. Sur le fond, à eux bien sûr de choisir. A l’inverse, il leur était proposé l’éventail des possibilités souvent plus larges qu’envisagées. C’est une vraie stratégie. L’opération fut co-organisée par la Ville de Lorient, l’Union commerciale Lorient Compagnie des commerces, et la CCI du Morbihan. Elle a été soutenue financièrement par des partenaires financiers (Banque des territoires, la Région, autres banques). Et la C.C.I proposait aux commerçants qui le souhaitaient de poursuivre par la suite l’aventure, à participer à des ateliers numériques afin d’agir de façon opérationnelle. Plusieurs innovations ont été proposées aux commerçants. Suite à cet événement, certaines boutiques de Lorient ont investi dans un site vitrine, d’autres ont choisi de rejoindre une plateforme web, d’autres se sont intéressées aux réseaux sociaux.

Ainsi, il n’existe pas, bien sûr, une solution magique pour apparaître d’un bond sur la toile. Travailler l’image. Assurer plus largement sa notoriété, être présent, réactif. A l’inverse, encouragé par la crise actuelle, le basculement vers le numérique est si important que des opérations similaires peuvent être encouragées. La couverture numérique devient indispensable et il devient difficile de négliger ces enjeux d’information de formations. Ces opérations favorisent la compréhension des outils numériques, motivent le dialogue entre acteurs d’un même territoire (commerces, start-up bien sûr mais aussi activités artisanales, relations clients, etc.). Or, le dialogue est essentiel pour renforcer le lien générationnel, les achats de proximité souhaités, résoudre certaines fractures, accélérer la transition numérique et encourager l’émergence de nouvelles collaborations.

Vincent Tual

Histoire de Bretagne pour tous désormais disponible en ligne

Histoire de Bretagne pour tous désormais disponible en ligne

Skol Vreizh et Coop Breizh, deux piliers de l’édition et de la culture en Bretagne, s’associent pour rendre accessibles gratuitement et au plus grand nombre les 5 heures de programme audio Histoire de Bretagne pour tous, via les plateformes grand public (Deezer, Spotify…) avec une chaîne YouTube dédiée.

Sous la forme d’une conversation naturelle et vivante, tout en restant factuels et en respectant une progression chronologique, Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot offrent au public une chronique épique qui a comme premier mérite celui de replacer l’Histoire de la Bretagne dans celle de l’Europe et du monde.

youtube