La voile peut-elle passer aux fibres naturelles ?

La voile peut-elle passer aux fibres naturelles ?

Aujourd’hui, la plupart des bateaux sont en composite : des fibres de verre ou de carbone recouverts d’une résine issue de la pétrochimie. Des matériaux légers et rigides, mais qui nécessitent d’importantes quantités d’énergie et ne sont pas recyclables. « Les matériaux les plus performants sont les structures composites », confirme Christophe Baley de l’université de Bretagne sud, qui travaille depuis près de trente ans sur les alternatives naturelles à ces plastiques.

L’intégralité de l’article

Article d’Aurore Toulon publié sur voilesetvoiliers

Veando : une nouvelle interface entre vendeurs et consommateurs

Veando : une nouvelle interface entre vendeurs et consommateurs

Testée actuellement sur Vannes, Lorient, Rennes et Saint-Malo (voir leur site), l’entreprise Veando.com est un cas tout à fait intéressant qui offre une expérience d’achat particulière. L’expérience d’achat, c’est l’addition des émotions que va ressentir un client qui pratique un commerce dans l’objectif de consommer, de s’informer ou encore de se divertir. Cela inclut les points de vente physique et les relais numériques. Pour les canaux numériques, il s’agit surtout de proposer des services divers et simples d’utilisation. Focus sur Veando, startup vannetaise qui facilite l’interaction « online » entre clients et vendeurs.

Au regard des actuels risques sanitaires et des difficultés rencontrées par nos commerces de proximité, l’usage de cet outil est plus que jamais pertinent.

Proposer une expérience d’achat de qualité : favoriser la vente à distance

La qualité et la diversité des services proposés par un commerce sont autant de facteurs qui contribuent à faciliter et à motiver l’achat. Grâce aux outils numériques, l’achat peut être réalisé physiquement comme numériquement. Compte tenu des actuels modes de consommation, l’offre d’une plateforme e-commerce peut s’avérer déterminante (site internet – individuel ou collectif – et application).

Complémentaires des réseaux sociaux, ces plateformes offrent informations et services à distance. Surtout, ces supports renforcent la visibilité et facilitent l’accès du consommateur aux produits et services proposés. Ces vitrines virtuelles permettent au client d’interagir avec le point de vente en quelques secondes depuis leur domicile ou lieu de travail. Conseil, réservation d’un produit, livraison, conseil, sont autant de services qu’une plateforme permet de réaliser « hors sol » via internet.

Le e-commerce : un paramétrage difficile

Proposer un service de vente est synonyme de tâches supplémentaires pour le commerçant (mise à jour de la plateforme, gestion des stocks et des catalogues, etc.). De plus, parler de e-commerce, c’est parler de service de livraison. Etape décisive dans le succès ou non d’un e-commerce, ce service est peu aisé à mettre en place. Frais de port, choix du transporteur, mode de livraison adapté au produit, suivi des commandes, SAV en cas de perte… Cela nécessite réflexions et coûts qui bien souvent intimident les commerçants. Toutefois, l’offre d’un service e-commerce peut s’avérer déterminant pour une entreprise qui souhaite gagner des parts de marché ou satisfaire sa clientèle. De plus, cela permet à celles et ceux qui sont peu mobiles d’accéder à la consommation. La vente à distance est essentielle pour que commerces et habitants interagissent sur une même commune.

Veando : une plateforme qui renforce le « e-commerce » de proximité

Entreprise bretonne de l’Economie Sociale et Solidaire, l’objet de Veando est de redynamiser les centres-villes. Pour reprendre les mots d’Olivier Jullian, fondateur, « Veando c’est la digitalisation du commerce de proximité et l’humanisation du e-commerce ». Disponible sur web et mobile, la plateforme permet aux clients d’appeler leurs commerçants en vidéo. Cela permet à l’acheteur de se téléporter dans la boutique et de visualiser les produits tout en bénéficiant des conseils du commerçant. Le paiement est effectué par carte bancaire via la plateforme, ce qui facilite les transactions. Il appartient ensuite aux clients et aux commerçants d’organiser le retrait des produits ou leur livraison via les livreurs locaux partenaires.

Veando : un facilitateur pour les commerçants

Si Veando permet aux individus d’accéder à distance aux commerces de proximité, cela permet surtout de faciliter les démarches du vendeur. En effet, ce service est simple d’utilisation et nécessite peu de paramétrages. En soi, il suffit de présenter les produits via la caméra de son smartphone/tablette. De plus, le modèle économique de Veando est favorable aux commerçants et livreurs. Il n’y a aucun coût d’inscription, aucun abonnement, la communication est gratuite et aucune marge sur les livraisons n’est prise. Seule une commission de 10% est reversée par le commerçant sur les paiements réalisés en ligne.

La start-up lève les obstacles et offre aux commerces de proximité la possibilité de développer un canal de vente qui répond aux actuels modes de consommation. C’est précisément ce type d’outil, non complexe et peu coûteux, qui permet de renforcer les interactions économiques et sociales entre les acteurs de la vie quotidienne.

Vincent Tual

Cinémathèque de Bretagne : plus de 6 000 films à voir en ligne gratuitement

Cinémathèque de Bretagne : plus de 6 000 films à voir en ligne gratuitement

La cinémathèque de Bretagne dispose d’un large patrimoine audiovisuel, avec 30 000 films, vidéos et bandes-son.

Plus de 6 500 films sont disponibles en ligne sur son site internet. Jusque-là, 2 000 l’étaient gratuitement. En cette période de confinement, face à la propagation du coronavirus Covid-19, l’équipe de la cinémathèque a décidé de tous les mettre librement à la disposition du public.

L’intégralité de l’article

Article de Julien Saliou publié sur cotebrest

Autosuffisance à l’horizon ?

Autosuffisance à l’horizon ?

Depuis les années 1980, Belle-Île-en-mer livre près de deux millions de litres de lait au continent. Décidé à relocaliser la filière, un groupe d’éleveurs souhaite mettre en place une laiterie belliloise pour transformer une partie de cette production. Le projet s’inscrit, parmi d’autres initiatives, dans un élan favorisant l’autonomie alimentaire de l’île, où seulement 6% des aliments consommés sont issus du territoire.

L’intégralité de l’article

Article publié sur villagemagazine.fr

Les réseaux, quel fonctionnement ? Focus sur Wiker : un réseau breton au service de l’économie de proximité

Les réseaux, quel fonctionnement ? Focus sur Wiker : un réseau breton au service de l’économie de proximité

Les entreprises qui ont intégré la transition numérique affichent une croissance 6 fois supérieure aux entreprises plus en retard. Complémentaire des sites en ligne, le succès ou non d’un commerce est directement lié à sa présence sur le réseau et aux services « online » proposés. C’est autant la capacité d’un commerce à être visible sur les supports digitaux que sa capacité à faciliter l’accès à distance des clients aux informations et produits qui entre en ligne de compte. En l’occurrence, de multiples outils existent en Bretagne pour les commerces et activités de proximité qui souhaitent renforcer leur visibilité.

Comprendre les réseaux et leur fonctionnement

Tout d’abord, il s’agit de comprendre les réseaux et leur fonctionnement. Ces derniers sont des supports de communication performants. En fonction de l’activité du commerce, il s’agit d’identifier l’information la plus pertinente à relayer. Par exemple, pour une enseigne de prêt-à-porter, il peut s’agir de faire la promotion des nouveaux produits. Pour un restaurant, il s’agirait plutôt de communiquer sur le menu du jour. Surtout, compte tenu des réseaux existants, il s’agit d’identifier le réseau le plus performant au regard de la clientèle. Beaucoup de dirigeants s’efforcent de proposer des bons produits ou un site internet de qualité sans penser à la manière dont ils arriveront à leurs clients. Or, les réseaux sont idéaux pour véhiculer des informations sur les initiatives et offres commerciales. Ces supports doivent être entretenus et mis à jour via des publications. Ces publications se veulent intéressantes et doivent accrocher le regard du client. Pour cela, il faut faire preuve de créativité, créer de l’interaction, et informer les clients sur des informations dont ils ne disposent pas.

Wiker : le réseau local qui dynamise les territoires

« C’est le réseau local qui dynamise les territoires en connectant ceux qui bougent et ceux qui veulent bouger ». Fondé en Bretagne par Dylan Deshayes, ce réseau allie des animateurs locaux à une plateforme numérique moderne qui regroupe et collecte les données locales. L’objectif, via cette plateforme, est de soutenir le développement durable des territoires. Comment ? En rapprochant les acteurs afin de créer du lien social, favoriser l’économie de proximité et faciliter l’accès aux circuits courts. Aux côtés des associations, commerçants, professionnels et collectivités, Wiker œuvre quotidiennement pour révéler et valoriser les initiatives locales. Une ambition commune : le numérique pour l’humain.

Précisément, la plateforme offre la possibilité de recenser toutes les activités d’une commune. Cela permet aux activités de proximité de gagner en visibilité sur la toile. Les dirigeants mettent l’information qu’ils souhaitent sur la plateforme et sont libres de l’actualiser quand bon leur semble. A titre d’exemple, à Donges (commune de 7000 habitants), la plateforme est visitée plus de 3000 fois par mois. Le cinéma associatif de la commune a vu sa fréquentation multipliée par 3 en 6 mois.

Wiker est l’outil adéquat pour permettre aux activités locales d’exister numériquement. Non seulement cet outil renforce la visibilité des activités existantes, mais il motive l’émergence de nouvelles en permettant une médiatisation locale. Par exemple, au regard des événements réalisés par le Celtico Mode & Sport (sujet ayant fait l’objet d’un précédent article), l’usage de Wiker prend tout son sens. Ce sont précisément des initiatives similaires que la plateforme peut renforcer et encourager.

Wiker, une alternative à Google Maps ?

Google Maps, service de cartographie de référence qui permet à l’individu de rechercher une adresse. S’affichent ensuite les informations relatives au lieu en question et l’itinéraire pour s’y rendre. Pour un commerce, la présence ou non sur ces supports est déterminante. De nombreux administrés et touristes ont pour habitude de questionner Google Maps quand ils sont en quête d’un restaurant ou d’un commerce quelconque. Ce service est très souvent le premier lien entre les consommateurs et les points de vente. C’est un moteur de recherche qui détermine fortement la visibilité ou non d’un commerce dans l’espace numérique.

Toutefois, Google Maps est gouverné dans le seul objectif de faire du profit. Ce service se désintéresse du territoire. Avec Wiker, l’opportunité nous est offerte de pouvoir tirer bénéfice du numérique sans perdre la maîtrise du service. Ce réseau référence finement les activités d’un territoire et en permet une lecture précise. De plus, il est géré localement par un animateur dont l’objectif est de révéler et de valoriser les initiatives d’un territoire. Ainsi, cette plateforme répond autant à un enjeu de société qu’est la proximité, qu’à un enjeu de gouvernance. Surtout, elle permet de renforcer les interactions économiques et sociales entre les acteurs de la vie quotidienne.

Vincent Tual

Jean-Marie Le Clézio : « La Bretagne est infinie, la langue bretonne est une musique »

Jean-Marie Le Clézio : « La Bretagne est infinie, la langue bretonne est une musique »

Le prix Nobel de littérature d’origine bretonne, et qui assume cet héritage breton comme d’ailleurs les autres «facettes» de son identité, a tenu hier soir des mots puissants et justes à propos de cette Bretagne qu’il aime tant et où il passe de plus en plus de temps dans sa maison du Cap Sizun.

Invité dans une émission spéciale de la Grande Librairie qui lui était consacrée à l’occasion de la sortie de son nouveau livre Chanson bretonne, qui sort demain, Jean-Marie Le Clézio a expliqué son enracinement ou selon ses mots «son rhizome» dans cette terre de légendes où l’on côtoie des survivances du néolithique.

L’intégralité de l’article

Article de Philippe Argouarch publié sur abp.bzh