Table ronde sur la réforme territoriale lundi 29 septembre à Rennes

Dans le cadre des rencontres avec ses adhérents et sympathisants, Bretagne Prospective organise une table ronde sur un thème d’actualité le lundi 29 septembre de 18h à 20h à Rennes :

La réforme territoriale, quels enjeux ?

– Quelle légitimité constitutionnelle ?
– Quelles compétences pour les régions ?
– Quelles conséquences sur l’économie, le tourisme… ?

La soirée sera animée par :
Thomas Frinault, Maître de Conférences en Science Politique à l’université Rennes 2, co-responsable du master Management public territorial, chercheur au Centre de Recherches sur l’Action Politique en Europe, auteur de l’ouvrage « Le pouvoir territorialisé en France » (PUR)
Daniel Cueff, maire de Langouët, conseiller régional de Bretagne, président de l’Etablissement Public Foncier de Bretagne, auteur de « la Bretagne, un horizon démocratique pour notre République » (Le Temps éditeur)
Raphael Schmidt, ancien conseiller de Marylise Lebranchu, chargé du financement bancaire des collectivités territoriales.
Lundi 29 septembre de 18h à 20h
Dans les salons de Lecoq-Gadby
156 rue d’Antrain – 35700 Rennes

Entrée gratuite.
Merci de faire part de votre présence à contact@bretagne-prospective.org

 

Lire l'article

A Brest, les incubateurs font éclore les idées des étudiants

Article publié dans Ouest-France le 8 septembre 2014

La rentrée dans les grandes écoles. À Brest, France business school et Télécom Bretagne ont créé une structure permettant de transformer un projet en start-up viable. Certaines ont aujourd’hui un joli succès.

Les incubateurs ne servent pas qu’à couver artificiellement des oeufs. Ils peuvent aussi faire éclore de jeunes entreprises !

À Brest, deux grandes écoles l’ont bien compris. En huit ans, l’incubateur Produit en Bretagne-France business school (FBS) a permis à 34 boîtes d’être lancées, avec « un peu plus d’une centaine d’emplois créés », relève David Merieau, responsable.

Lire l'article

Le .bzh arrive ! Calendrier et modalités

 

Après 10 années passées à porter le projet d’extension bretonne .bzh, nous touchons enfin au but : l’ICANN, organisme de gestion de l’internet mondial, vient en effet d’approuver le calendrier de déploiement du .bzh. Les premières phases de commercialisation des noms de domaine en .bzh pourront ainsi débuter dans quelques semaines ! Il vous sera alors possible d’enregistrer facilement des adresses pour votre site du type www.mon-entreprise.bzh ou www.mon-association.bzh puis des adresses personnalisées comme www.mon-nom.bzh ou prenom@nom.bzh pour votre email.

Une page nouvelle pour l’internet breton est désormais ouverte et marquée par l’arrivée des deux premiers sites en .bzh qui renvoient vers les sites de l’association www.bzh, registre gestionnaire de l’extension www.pik.bzh (« pik » signifie « point » en breton) et celui de la Région Bretagne, soutien historique du projet, www.region.bzh . Nous attendons avec impatience d’écrire la suite avec vous et vous donnons rendez-vous début septembre pour les premières phases d’enregistrement !

Calendrier de déploiement du .bzh

Dès le 4 septembre, les détenteurs de marques et de noms commerciaux pourront réserver leurs noms de domaine. Cette phase prioritaire durera 60 jours.

La deuxième phase de commercialisation débutera le 3 novembre et sera réservée aux collectivités territoriales ainsi qu’aux associations.

Sur cette même période, il sera notamment possible d’acheter des noms de domaines utilisant des termes génériques (ex : camping.bzh, vetements.bzh, sardines.bzh, …).

L’ouverture générale se fera le 4 décembre. A partir de cette date, l’ensemble des Bretons, Bretonnes et amoureux-ses de la Bretagne pourront acheter leur nom de domaine sur le principe du premier arrivé, premier servi.

Comment acheter un .bzh ?

Lire l'article

construirelabretagne.org

 

bandeau construire la Bretagne

Madame, Monsieur,

Le calendrier de la réforme territoriale s’accélère. Il est urgent et important de prendre part aux débats de façon constructive pour une Bretagne qui gagne.
C’est l’objectif du site

http://www.construirelabretagne.org

que nous venons de mettre en ligne avec un comité éditorial qui rassemble des signatures fortes et des personnalités d’horizons divers. Vous trouverez sur le site les prises de positions les plus importantes, les textes fondateurs, les réponses aux
principales objections (notamment une remarquable contribution de Jean-Michel le Boulanger), les résultats des sondages, et les derniers événements de l’actualité. Bref, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Bretagne à cinq départements sans jamais oser le demander…

N’hésitez pas à faire connaître ce site autour de vous. Bonne visite !

Merci à tous de diffuser le plus largement possible l’adresse du site :

http://www.construirelabretagne.org

Si vous souhaitez recevoir des informations en provenance du site,
n’hésitez pas à vous y inscrire.

 

 

Lire l'article

Nominoë : un nouveau fonds breton en faveur de projets de santé innovants

Article publié sur le site de « Bretagne Economique » du 1er juillet 2014

Le Fonds Nominoë lancé à l’initiative du CHU de Rennes souhaite financer des projets innovants dont la valeur ajoutée pour les patients se veut incontestable. Même si le CHU de Rennes est un établissement financièrement à l’équilibre, il estime avoir besoin de l’appui d’entrepreneurs et de tous les acteurs économiques pour investir dans des équipements de pointe non financés par l’Assurance Maladie. Concrets et visibles, les premiers projets seront transversaux et devront permettre au CHU de Rennes de propager le meilleur de l’excellence médicale en tout point du territoire. Fonds de dotation ,régi par la loi de modernisation de l’économie (JO du 5 août 2008), le fonds Nominoë est administré par un conseil d’administration composé des personnalités suivantes : – André FRITZ, , Président du Fonds Nominoë et Directeur général du CHU de Rennes, – Karim BOUDJEMA, Professeur des Universités, chef du service de chirurgie hépatobiliaire et digestive, – Jacques DELANOË, Conseil en communication, fondateur d’Euro RSCG 360°, Pierre LE DUFF, fondateur du groupe Super Sport, Jean-Paul LEGENDRE, PDG du Groupe Legendre, Yannick MALLEDANT, Professeur des Universités, chef du service de réanimation chirurgicale, Pierre ROCHCONGAR, Professeur des Universités.
Le Fonds Nominoë  se veut la « start-up » du CHU créée pour financer des projets innovants parmi lesquels : . . . 1. Une Biobanque pour développer la médecine personnalisée : une analyse très fine des échantillons sanguins et tissulaires collectés auprès des patients permet de connaître le contexte dans lequel évolue une maladie pour déployer le protocole thérapeutique le plus adapté. Ce projet est essentiel et stratégique pour offrir une nouvelle génération de techniques diagnostiques et thérapeutiques ciblées. . . . 2. Des équipements hightech pour renforcer le lien parents-enfant né prématuré, pour aider le patient contraint dans sa mobilité ou pour faciliter l’autonomie du patient pendant son séjour à l’hôpital. . . . 3. L’imagerie dernière génération (TEP-IRM) pour mieux diagnostiquer les malades atteints d’un cancer ou d’une maladie dégénérative et accroître la radiologie interventionnelle pour réparer un anévrisme ou désobstruer une artère. . . . 4. La télémédecine et les nouvelles technologies pour suivre, en permanence, les patients tout comme les nouveau—nés : des petits capteurs simples et légers à porter ou intégrés dans des prothèses implantables permettent la transmission immédiate de données (rythme cardiaque, tension, glycémie) via un smartphone, grâce aux applications de la m-santé. . . . 5. Les nouvelles approches thérapeutiques : • La thérapie génique : Avec le séquençage à haut débit, on identifie le gène responsable de la maladie pour le corriger ou le remplacer, • La thérapie cellulaire se développe dans les domaines de l’immunothérapie et de la médecine régénératrice : l’utilisation clinique de cellules souches mésenchymateuses favorise la réparation tissulaire in vivo. • Les médicaments biologiques : d’ici à 10 ans, 40% des médicaments seront des médicaments biologiques. • La recherche et la validation de nouveaux biomarqueurs (tests diagnostics sur des échantillons biologiques, sang, urine, tissus cancéreux) contribuent à personnaliser un traitement.

Lire l'article

Ce qui est bon pour Rennes est bon pour la Bretagne ? Pas sûr

Article publié sur le site d’informations bretonnes et internationales « Ar c’hannad »

« Ce qui est bon pour Rennes est bon pour la Bretagne ». En ces termes, Nathalie Appéré entendait rassurer, le 18 mai dernier, les Bretons qui seraient éventuellement inquiets du fait du statut de métropole conféré à Rennes.

Pour la député-maire de la capitale bretonne, il s’agissait de mettre en avant les intérêts de sa ville, comme moteur de croissance et créateur d’emploi pour l’ensemble de la région. Dans son idée, fort louable au demeurant, Rennes ne compte pas oublier de faire jouer la solidarité pour que son développement profite à tous.

Lire l'article

Internet. Le « .bzh » de la Bretagne est la première extension régionale

Publié dans Ouest-France – 25 juin 2014

point bzh

Au terme de dix ans de travail, le « bzh » est désormais présent sur la toile. La Bretagne devient la première Région française à disposer de sa propre extension internet.

Les premières adresses activées renvoient dès a présent, et pour l’instant, vers deux sites : celui de l’association, www.pik.bzh (« pik » signifie « point » en breton) et celui de la Région Bretagne, www.region.bzh.
Les sites des partenaires pionniers du « .bzh » pourront s’afficher durant l’été avec l’appui technique del’Afnic1.
Suivra, en septembre, la commercialisation des noms de domaines en « .bzh ». La première phase sera réservée aux détenteurs de marques, puis un deuxième temps, en novembre, sera dédié aux collectivités, associations et autres acteurs économiques régionaux.
Accessible à tous en décembre
En décembre , le « .bzh » sera accessible à tous, y compris aux particuliers qui pourront acheter leur nom de domaine auprès des bureaux d’enregistrement agréés pour y héberger leur site web personnel, leur blog, ou l’utiliser tout simplement pour leur adresse e-mail.

Lire l'article

Réunification de la Bretagne. «Une évidence et une nécessité» pour le géographe Jean Ollivro

Article publié le 20 juin sur le site breizh-info.com

20/06/2014 – 07H00 Nantes (Breizh-info.com) – Invité par le Conseil de développement de Nantes métropole du CCO  et la revue « Place publique », Jean Ollivro était le 17 juin à Nantes pour parler de la Bretagne du futur. Professeur à l’Université de Rennes 2, ce géographe est aussi  président du ‘think thank’ Bretagne prospective consacré aux enjeux du développement local et régional en Bretagne. Pour lui, la réunification est « une évidence et une nécessité ».

Dès le début de son intervention le conférencier place l’enjeu de la réunification de la Bretagne dans une dynamique de projet. Il insiste particulièrement sur la nouvelle dynamique maritime que doit connaître la Bretagne. Celle-ci oublie la mer alors que 71 % de sa superficie est maritime et qu’1/5 du trafic mondial de marchandises passe devant ses côtes. Jean Ollivro rejette d’emblée le statu quo des régions administratives Bretagne et Pays de la Loire dans le projet gouvernemental. Il ne mâche pas ses mots pour condamner la déclaration commune des maires PS de Nantes, Brest et Rennes pour une fusion de ces deux régions : « c’est une trahison, une honte historique, ce sont des coupables… on ne peut attaquer un Pays qui a 1100 ans d’histoire ».

Citant l’exemple de l’INPI (Institut national de la propriété industrielle), le géographe rappelle  qu’il y a plus de 1500 appellations référencées Bretagne alors que seulement 71 font référence aux Pays de Loire. Et, constate-t-il, le sentiment d’appartenance est très présent : 71% des habitants de Loire-Atlantique se sentent bretons. La réalité bretonne est vécue au quotidien, que ce soit dans la culture, la langue  – dynamisme des écoles Diwan en 44 – le sport, la toponymie. Il insiste sur le plan entrepreneurial citant l’exemple de « Produit en Bretagne » regroupant 330 entreprises représentant plus de 10 000 emplois et particulièrement dynamique en Loire Atlantique. « Les entreprises jouent la carte de l’unité bretonne pour plus d’efficacité », affirme le géographe, « et le  point BZH ça marche ! ».

Quant à la question de la capitale régionale, « c’est un faux problème attisé par les jacobins français ». Nantes et Rennes ont « une formidable complémentarité », il faut construire un partenariat entre ces deux villes, sans oublier Brest. Jean Ollivro dénonce la carence logistique bretonne en matière de transports routiers, ferroviaire ou aériens en Bretagne. Une Bretagne unie aurait pu transcender les égoïsmes urbains, diminuer les coûts et apporter de la cohérence à tous les grands projets.

Répondant au journaliste Thierry Guidet qui menait  les débats et se faisait incidemment le défenseur des oligarchies socialistes bretonnes et ligériennes, Ollivro rappelle que le terme « identité », souvent déformé  en « repli identitaire » est « un beau mot, moderne ». « Je l’assume, »  déclare-t-il, ajoutant  « qu’il ne faut pas le laisser qu’aux jacobins qui ont une conception très nationaliste de l’identité française.»Il en est de même, selon lui, du mot « communauté » vite traduit en « communautarisme ».

Aux zélateurs d’une région Ouest, qui vont jusqu’à prétendre récemment qu’elle a un «soc anthropologique» (sic),  Jean Ollivro répond « qu’on ne peut transformer une terre de civilisation en un point cardinal. Les éléments d’identité sont cruciaux pour l’avenir », laissant clairement entendre qu’une région « Grand Ouest » n’en a pas.

En conclusion l’intervenant rappelle que le vrai débat oppose toujours les Jacobins et les Girondins, les centralisateurs aux décentralisateurs, les premiers demeurant « toujours imprégnés d’un système de pensée pyramidal ». L’enjeu d’une Bretagne forte dépasse le simple cadre régional, il n’est pas, selon lui, antinomique d’une France forte. A l’instar de l’Europe, l’unité bretonne se réalisera, affirme Ollivro, en réalisant des opérations très concrètes entraînant une unité de fait.

Qu’ils soient historiques, économiques ou stratégiques tous les arguments avancés par le conférencier mènent au même constat : la réunification de la Bretagne est à la fois une évidence et une nécessité. L’auditoire du Centre de Communication de « l’ouest » l’avait bien compris.

Lire l'article

« Lettre à la Bretagne », Pierrick Massiot

La Bretagne, le vrai projet d’avenir

Le débat sur une grande réforme territoriale est lancé. Chacun y allant de son découpage, de sa carte, et de ses propositions de mariages… Tout y est souvent présenté comme si la question institutionnelle était prioritaire, comme si le débat n’était que technique, comme si le sujet ne concernait que les seuls élus et pas les citoyens, comme si, enfin, la question se résumait à une opposition entre les « modernes » et les « anciens ».

Lire l'article

Commandez « Explorateurs d’Avenirs » par Bretagne Prospective

Le livre « Explorateurs coopCOUV-BRETAGNE-PROSPECTIVE (2)d’Avenirs » est disponible au prix de 12 euros auprès de :

Coop Breizh : http://www.coop-breizh.fr/

Kerangwenn | 29540 Spézet / Speied | Tél. 02 98 93 83 14

 

ou en écrivant à l’adresse suivante :

contact@bretagne-prospective.org

Lire l'article