Anjou, Mayenne et Sarthe : la fusion est-elle inéluctable ?

Anjou, Mayenne et Sarthe : la fusion est-elle inéluctable ?

Source : Ouest France

Les trois départements intérieurs des Pays de la Loire, l’Anjou, la Mayenne et la Sarthe multiplient les signes de rapprochement et collaborations depuis quelques mois. La création d’un « super » département n’est pas exclue. Explications.

Ces trois départements se rapprochent vraiment. L’accélération date de janvier dernier. L’annonce de l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes a conduit le Maine-et-Loire, la Mayenne et la Sarthe à s’unir pour défendre « le développement de l’aéroport d’Angers-Marcé », dimensionné, selon leurs présidents, pour soulager Nantes-Atlantique. Nouvel épisode, mardi 10 avril, avec l’affichage d’une volonté commune de promouvoir les 250 km de voies navigables du bassin de la Maine, communs aux trois départements, afin de doper le tourisme. (…) (suite…)

Victoire! Des panneaux bilingues breton-français seront installés sur les routes nationales

Victoire! Des panneaux bilingues breton-français seront installés sur les routes nationales

Source : ABP

Le directeur de la DIRO vient d’informer notre collectif, par courrier daté du 29 mars, que les panneaux installés sur les voies express de l’Etat en Bretagne seront désormais bilingues. Les premiers panneaux verront le jour au mois de juin. Ces panneaux seront paritaires, c’est-à-dire que les mentions en breton seront du même format que les mentions en français, évitant ainsi toute discrimination. Nous resterons cependant vigilants lors de leur mise en œuvre. Nous souhaitons par ailleurs que cette signalétique soit installée le long des routes de l’ensemble de la Bretagne, Loire-Atlantique comprise.

C’est le résultat d’une longue lutte menée depuis des années par notre collectif, et avant lui par d’autres militants de la langue bretonne. Cette victoire démontre une fois de plus que la lutte porte ses fruits, surtout lorsqu’elle a recours à la désobéissance civile. L’Etat reconnaît ainsi la légitimité et la pertinence de nos revendications. (suite…)

Les Irlandais pratiquent l’économie verte. Pourquoi pas nous, en Bretagne ?

Les Irlandais pratiquent l’économie verte. Pourquoi pas nous, en Bretagne ?

Source : NHU Bretagne

Depuis les années cinquante, on nous a conseillé de pratiquer des productions de masse en Bretagne. Et on nous y a aidé. Aidé à investir massivement dans quelques secteurs de production qui ont fait vivre, plutôt bien globalement, nos campagnes et pas seulement, durant quelques décennies. Mais la mondialisation est arrivée, de plus en plus précise, de plus en plus globale. Et a très logiquement mis à mal ce tissu agricole et agroalimentaire breton.

Depuis plusieurs années déjà, il faut bien l’admettre, il est de plus en plus difficile de lutter en Bretagne face aux productions agricoles de masse de pays dits émergents. De plus en plus nombreux et de mieux en mieux organisés.
Produire du poulet de consommation courante est plus aisé et économique dans beaucoup de pays, et ne l’est plus en Bretagne. Il en est de même du porc et de la production de lait par exemple. Nos agriculteurs sont, comme tous les autres secteurs de notre économie bretonne, ensevelis sous les contraintes administratives et les charges. Dans un marché devenu mondial. Continuer à produire et commercialiser du produit tout venant dans de telles conditions est suicidaire. (…) (suite…)

CM Arkea. 98 % de oui en Bretagne

CM Arkea. 98 % de oui en Bretagne

18 avril 2018, source : Bretagne Bretons

Un vote massif en faveur de l’indépendance ! C’est ce qu’ont donné les résultats, publiés ce mercredi, du vote organisé dans toutes les caisses locales du Crédit Mutuel Arkea, dans le réseau de Bretagne, mais aussi dans la fédération du Sud-Ouest (Bordeaux). En Bretagne, le oui l’a emporté avec 98 % des voix, selon les résultats publiés par le groupe. Dans la fédération du Sud-Ouest, le vote favorable est à peine moins massif puisque 85 % des votants se sont prononcés pour l’indépendance. La participation est également très forte puisqu’elle atteint 92 %, soit environ 3.000 administrateurs de caisses locales.

En se félicitant de ce « plébiscite », la direction du CM Arkea indique également que six caisses du CM Massif-Central ( Clermont-Ferrand) ont bravé les menaces de sanctions faites par leur fédération en votant elles aussi pour l’indépendance. Elle indique par ailleurs qu’à l’occasion d’une question posée par le député du Morbihan, Paul Molac, le ministre de l’Economie et des Finances a notamment indiqué à l’Assemblée : « Le Gouvernement est également ferme sur un autre point : le nouvel établissement à constituer pourrait choisir, sous certaines conditions, de rester dans le secteur coopératif, avec les caractéristiques qui s’y attachent en termes de gouvernance et d’appartenance au monde de l’économie sociale et solidaire. » (…) (suite…)

Page 1 sur 3123