Morbihan. Le lisier de sept fermes transformé en carburant

Morbihan. Le lisier de sept fermes transformé en carburant

En 2021, sept agriculteurs du pays de Pontivy (Morbihan) transformeront leur lisier en biogaz, qui sera directement utilisé dans la station-service voisine. Un projet innovant à onze millions d’euros.

Alors que le climat se dérègle et que le coût des carburants fossiles s’envole, la méthanisation a tout bon. Par ce procédé, les déchets agricoles, comme le lisier, se transforment en biogaz.

Dans le pays de Pontivy (Morbihan), sept agriculteurs viennent de lancer la construction d’un pôle de méthanisation « unique en France, qui permettra à quasiment tout le territoire d’être autonome en gaz ». Un investissement de onze millions d’euros.

L’intégralité de l’article

Article de Julie Schittly publié sur ouest-france.fr

La Bretagne se pique pour Gwenan

La Bretagne se pique pour Gwenan

Pour ce nouvel épisode de notre série « Construire une réalité utile » penchons-nous sur un insecte qui nous est familier : l’abeille. Alors que le printemps se termine et que l’été arrive, il est d’actualité de partir pour les Côtes d’Armor afin de découvrir le projet « Gwenan, les ruchers solidaires de Bretagne ». (Propos recueillis auprès de Sylvain Couanon pour le collectif Gwenan)

Depuis plusieurs années, l’abeille (gwenan en breton) est reconnue comme une espèce en voie de disparition. Pourtant son rôle dans l’équilibre des écosystèmes est fondamental. « Derrière la disparition de l’abeille, c’est toute la chaîne de pollinisation qui est menacée », nous explique Sylvain Couanon, cogérant de la coopérative d’activités « Avant-Premières » au sein de laquelle Gwenan a vu le jour. Ainsi parler de cet insecte, c’est sensibiliser le plus grand monde à l’environnement et aux menaces qui pèsent sur lui. Voilà tout l’enjeu de cette belle idée née de l’initiative d’un apiculteur, Didier Ducauroy, et de quatre entrepreneurs en 2014.

Une aventure humaine pour l’environnement

C’est en 2015 que le projet se concrétise. Le collectif se rapproche alors de Bretagne vivante afin de lancer l’installation d’un premier rucher. L’association a en gestion de nombreuses réserves à travers la Bretagne et le site de Ploubazlanec s’y prête à merveille. C’est ainsi que 8 ruches (ndlr : une ruche peut accueillir jusqu’à 65 000 abeilles), apparaissent dans ce cadre idyllique. En cela réside l’une des missions du groupe : « installer des ruches dans des endroits qui gagnent à être connus ».

L’année suivante, Gwenan prend son envol et lance sa première campagne de financement afin d’assurer l’entretien du rucher. Une quarantaine de parrains répondent à l’appel du collectif qui, en contrepartie, leur donne le miel produit. Mais l’aventure ne s’arrête pas là. La vocation première du collectif étant de sensibiliser le grand public au rôle capital de cet insecte pour l’environnement, il invite tous ces parrains à venir découvrir le rucher nouvellement installé et devenir des ambassadeurs de l’abeille.

Un projet d’utilité environnementale et sociale

En 2017, un second rucher est implanté. Cette fois, les abeilles trouvent refuge sur le site des ateliers des deux rivières à Plourivo, près de Paimpol. Les ouvriers de cet E.S.A.T. (Etablissement et Service d’Aide pour le Travail) sont alors formés à l’entretien des ruches. Par ailleurs, ils animent régulièrement les visites des parrains qui sont de plus en plus nombreux. Des entreprises soutenant le projet vont d’ailleurs plus loin dans la démarche pédagogique en invitant sur les ruchers des établissements scolaires. Les plus jeunes peuvent ainsi découvrir cet insecte aussi familier que méconnu.

Depuis, de nouvelles ruches ont été installées sur les toits du magasin Biocoop La Gambille à Trégueux ainsi que sur un site naturel à proximité. Ici, Gwenan apporte son expertise pour l’entretien de ces maisons d’abeilles. A plus long terme, il s’agit de multiplier ce genre d’initiatives et donc d’embaucher de nouveaux apiculteurs afin de créer de l’activité économique autour de cette filière pleine de sens.

En cette année 2019, le nombre de parrains continue de progresser grâce notamment aux particuliers qui se mobilisent avec une augmentation de 100% par rapport à l’année 2018.

Et pour ceux que cela intéresse, particulier ou entreprise, il est toujours possible de parrainer des ruches. Nos abeilles semblent donc avoir un bel avenir sous le soleil breton !

Prendre contact avec Gwenan :

Site internet : www.gwenan.bzh

Page facebook : www.facebook.com/gwenan.ruchers.solidaires

Tél. 02 96 52 19 69

Courriel : infos@gwenan.bzh

Loïck Roulaud

 

Articles précédents :

Breizh 5/5 prend le large

Renouer les chaînes du temps avec Tiez Breiz

Des lunettes made in Naoned

Mignoned ar brezhoneg : Faire vivre le breton au quotidien

Babigoù Breizh : le breton comme un jeu d’enfant !

Breizh Barter : ça troque en Bretagne !

Breizh Wash : la lessive qui prend soin de la Bretagne

A la rencontre de « Reder Bro »

A la rencontre du .bzh

Voyage au coeur de la Breizh Tech

Voyage au coeur de la Breizh Tech

La région de Rennes, ex-bastion des télécoms, s’est reconvertie en un terreau fertile pour les start-up et leurs grandes sœurs, les fameuses scale-up. L’été, elles trouvent même leur place entre deux concerts au festival des Vieilles Charrues.

Tout un symbole… Ancien quartier général de France Telecom, berceau du Minitel et de la carte à puces, l’immeuble du Mabilay abrite désormais un start-up hôtel branché pour les jeunes pousses rennaises encore balbutiantes. Avec son antenne surdimensionnée et sa soucoupe jaune doré, le vaisseau spatial qui domine la métropole de 443 000 habitants est l’icône la plus évidente de la révolution technologique en train de transformer l’économie bretonne.

L’intégralité de l’article

Article d’Isabelle Lesniak publié sur le site lesechos.fr

Quatre collectivités bretonnes lâchent Google pour Qwant

Quatre collectivités bretonnes lâchent Google pour Qwant

Eric Léandri est à la tête de Qwant. Ce moteur de recherche français, qu’il a lancé en 2013, est présenté comme l’anti-Google, respectueux de la vie privé, sans traçage, neutre dans l’affichage des résultats. Neuf régions françaises l’ont déjà adopté. Demain, jeudi 23 mai, la Bretagne, le Département d’Ille-et-Vilaine, Rennes Métropole et la Ville de Rennes vont l’installer par défaut sur toutes les postes de leurs administrations.

Vous allez installer votre moteur de recherche Qwant sur tous les ordinateurs de quatre collectivités : la Région Bretagne, le Département d’Ille-et-Vilaine, Rennes Métropole et la Ville de Rennes.

Oui, c’est génial. On vient signer une charte de partenariat avec ces collectivités, demain, jeudi 23 mai, à Rennes. Elles installeront Qwant (par défaut sur les PC de leurs administrations et de leurs services au public, N.D.L.R.) au fur et à mesure. Rennes peut aller très vite (les 83 écoles publiques et les 3 000 agents municipaux utilisent déjà Qwant, N.D.L.R.). Le Département et la Région suivront. C’est un processus qui s’enclenche et ira au bout. J’ai beaucoup de plaisir à voir notre moteur de recherche en Bretagne. Qwant est utilisable dans plus de 29 langues, dont les langues régionales, le Corse, le Breton, le Basque, le Gaélique, le Catalan, l’Écossais…

L’intégralité de l’article

Article de Yann-Armel Huet publié sur ouest-france.fr

Tous à la Ferme le 16 juin 2019 !

Tous à la Ferme le 16 juin 2019 !

Le dimanche 16 juin 2019, les agriculteurs et agricultrices de Bretagne vous donnent rendez-vous pour la septième édition de « Tous à la Ferme ! ».

La journée portes ouvertes « Tous à la Ferme ! » est devenue un rendez-vous incontournable du mois de juin en Bretagne. L’an passé, 20 fermes avaient accueilli plus de 23 000 visiteurs. Le dimanche 16 juin 2019 dans toute la Bretagne, les agriculteurs et agricultrices poursuivront dans le dialogue et la convivialité la relation de confiance qui les unit avec les Bretons.

L’intégralité des informations sur l’opération

La Petite Filature Bretonne. Un projet 100 % pure laine

La Petite Filature Bretonne. Un projet 100 % pure laine

Dans quelques mois, Nicolas Besseau et Émilie Renard ne fileront plus seulement le parfait amour, ils seront aussi capables de valoriser la laine des éleveurs et des particuliers grâce à leur Petite Filature Bretonne. Ce projet osé de micro-filature, à Plouguernével (Côtes-d’Armor), suscite déjà beaucoup de réactions enthousiastes.

En s’initiant au filage au rouet, il y a trois ans, Émilie Renard ignorait qu’elle filait vers une nouvelle destinée. Alors en quête de matière première, la fileuse amateur a fait le tour des éleveurs pour collecter des toisons. Elle a récolté de la laine… et un constat. « En Bretagne, il n’y a pas de gros élevages de moutons, c’est beaucoup de particuliers. Je me suis rendu compte qu’il y a plein de belles choses de qualité mais que ces laines ne peuvent pas être valorisées car les quantités ne sont pas assez importantes ». 

L’intégralité de l’article

Article de Samuel Uguen publié sur letelegramme.fr