« Densifier Rennes se traduit par une délocalisation de l’étalement urbain »

« Densifier Rennes se traduit par une délocalisation de l’étalement urbain »

Ana Sohier est élue de l’UDB à Rennes, déléguée au patrimoine et à la politique linguistique. Récemment, elle publiait une tribune dans Ouest-France au sujet de l’urbanisme et de ses conséquences sociales.

Le Peuple breton : Il y a peu, vous publiiez une tribune sur Ouest-France à propos de l’urbanisation et du patrimoine à Rennes. Pourquoi ces thèmes ?

Ana Sohier : D’abord parce que je suis déléguée au patrimoine et qu’il est nécessaire d’alerter quand on voit que l’urbanisation commence à empiéter sur l’équilibre entre le bâti ancien et le contemporain. Nous ne sommes pas obligés de subir la banalisation architecturale et de la standardisation du logement propre à nos sociétés contemporaines. Ce n’est pas une fatalité !

L’intégralité de l’article

Interview d’Ana Sohier publiée sur lepeuplebreton.bzh

Noms de lieux en Bretagne : « Aujourd’hui, le jacobinisme est une idée de ploucs ! »

Noms de lieux en Bretagne : « Aujourd’hui, le jacobinisme est une idée de ploucs ! »

300 intellectuels et artistes bretons de renom ont signé une lettre ouverte pour dénoncer la constante francisation des noms de lieux en Bretagne. Un petit détail qui touche à quelque chose d’essentiel, disent les signataires : le droit à la diversité culturelle. Reportage.

Comme une traînée de poudre, la colère est partie d’un conseil municipal du 27 février 2019 à Telgruc sur mer. Cette commune de 2 124 habitants située dans la péninsule de Crozon, dans le Finistère, venait d’adopter 32 nouveaux noms de rues. 32 appellations, sorties de l’imagination du maire, avec pour thèmes les oiseaux, la minoterie ou la mer. Seulement, aucun de ces noms n’est en breton.

L’intégralité de l’article

Article de Cécile de Kervasdoué publié sur franceculture.fr

Le sel de Guérande, l’or blanc de Bretagne

Le sel de Guérande, l’or blanc de Bretagne

Après l’époque de la cueillette de dépôts naturels (vers 3000 avant JC), est venue celle de méthode ignigène (800 avant JC) qui consommait beaucoup de bois. Puis enfin la production solaire dont les origines remontent à deux mille ans. Les premiers écrits (cartulaire de Redon) décrivent des salines à Batz Guérande vers le IVe siècle. Et certaines salines carolingiennes sur Batz sont dans leur état d’origine. Si on retrouve des sites de production ignigène sur une bonne partie du littoral breton, les salines solaires, du fait des conditions météo, se sont plutôt concentrées au sud (de Vannes à la presqu’île Guérandaise).

L’intégralité de l’article

Article publié sur nhu.bzh

Pontivy communauté pionnière du gaz vert

Pontivy communauté pionnière du gaz vert

La moitié des besoins en gaz de Pontivy communauté (Morbihan), 46 000 habitants, sera produite sur place, d’ici 2025. Pour se chauffer, cuisiner et même rouler, puisqu’une station-service pour véhicules biogaz ouvrira en mars 2020 à Saint-Gérand.

Pontivy communauté, 46 000 habitants au nord du Morbihan, lutte à sa manière contre le réchauffement climatique et travaille à son autonomie en énergie renouvelable en lançant West grid synergy.

L’intégralité de l’article

Article de Julie Schittly publié sur ouest-france.fr

En Bretagne, des vaches « bas carbone » pour ménager la planète

En Bretagne, des vaches « bas carbone » pour ménager la planète

Rien ne les distingue a priori d’autres collègues ruminants. Et pourtant, les 120 vaches laitières de la ferme expérimentale de Trévarez, dans le Finistère, sont des bovins « bas carbone », objet de minutieuses expérimentations pour réduire leur impact sur le climat.

Avec 14% des gaz à effet de serre issus de l’élevage, selon le Citepa (Centre technique d’études de la pollution atmosphérique), et une forte dépendance au tourteau de soja brésilien, l’empreinte carbone du lait français est loin d’être négligeable.

L’intégralité de l’article

Article publié sur nouvelobs.com