En Bretagne, le vent est une richesse naturelle et durable

En Bretagne, le vent est une richesse naturelle et durable

L’Écosse produit plus d’énergie éolienne qu’elle n’en consomme : le vent est une richesse naturelle.

Richesse naturelle du vent à Whitelee Windfarm, près de Glasgow en Écosse. Là où est la plus importante unité de production d’énergie éolienne des îles britanniques. Puis la seconde en Europe, avec 215 turbines Siemens et Alstom pour quelques 539 mégawatts. Sous contrôle de la Scottish Power Renewables, filiale de l’espagnol Iberdrola, qui opère cette unité de production éolienne écossaise. Déjà en 2015, 50% de l’électricité écossaise venait du renouvelable éolien. Quand d’ici 2020 (c’est demain !), le Gouvernement écossais SNP Scottish National Party ambitionne plus grand. Pas moins que la totalité de l’électricité écossaise sera générée par des sources renouvelables. Dont surtout l’éolien. Surtout ce seront 130 000 emplois créés par ces nouvelles technologies de production d’énergie renouvelable.

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site nhu.bzh

Energies renouvelables bretonnes : + 5,1 % en 2014

Energies renouvelables bretonnes : + 5,1 % en 2014

éolienneAvec 44 MW supplémentaires raccordés en 2014, dont le parc éolien citoyen de Béganne pour 8,2 MWé dans le Morbihan, l’éolien progresse en Bretagne de 5,6%. L’éolien reste la première source d’électricité renouvelable en Bretagne puisqu’il contribue à 20 % de la production. En 2013, la dynamique de cette énergie renouvelable avait permis d’atteindre 782 MW électriques. En matière de photovoltaïque, ces sont plus de 1 000 nouveaux raccordements (1114) pour 17 Mwé qui ont été opérés en 2014. Désormais les EnR électriques atteignent 1305 MWé raccordés à fin 2014, soit +5,1 % par rapport à 2013 (x3 par rapport à 2005). Concernant la Biomasse, l’énergie renouvelable thermique, 9 raccordements de cogénérations biogaz (1,5 MW électriques environ), soit 10 % d’énergie primaire supplémentaire ont été produites. Enfin la consommation de bois en chaufferie a atteint 400 000 t / an réparties entre 384 chaufferies sur le territoire représentant environ 40 nouvelles installations sur l’année 2014.

 Article publié sur le site de Bretagne Economique