Produit en Bretagne préserve et développe l’emploi en Loire-Atlantique

Le saviez-vous ? L’association Produit en Bretagne regroupe plus de 19 000 salariés en Loire-Atlantique, répartis dans 43 entreprises membres. Qu’ils soient producteurs de sel à Guérande, de vin à Ancenis ou spécialiste de la propreté tourné vers l’international, ils sont convaincus que faire de la défense de l’emploi local une priorité donne du sens à leurs entreprises.

7 habitants sur 10 de Loire-Atlantique sont favorables à la réunification de la Loire-Atlantique avec la Bretagne. Ce capital sympathie s’est confirmé le samedi 22 septembre, lorsque des centaines de personnes se sont succédé sans interruption pour répondre à l’appel de Produit en Bretagne dans le centre-ville de Nantes. L’Association avait communiqué quelques jours avant sur les réseaux sociaux et sur l’affichage urbain public pour éveiller la curiosité des Nantais sur le message “Et si on regardait la vérité en face…”

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site de l’Agence Bretagne Presse

Pour ou contre le retour de la Loire-Atlantique en Bretagne ?

Pour ou contre le retour de la Loire-Atlantique en Bretagne ?

Le week-end dernier, François de Rugy a relancé sur Twitter le débat sur le retour de la Loire-Atlantique en région Bretagne. Le député nantais (LREM) François de Rugy y répond à une question d’un internaute sur la réunification de la Loire-Atlantique avec la région Bretagne : « Le plus tôt sera le mieux », lâche celui qui est aujourd’hui le président de l’Assemblée nationale.

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site de Presse Océan

Réunification : la Bretagne n’a pas abandonné la partie

Réunification : la Bretagne n’a pas abandonné la partie

Les élus du Conseil régional de Bretagne n’ont pas abandonné l’idée d’une Bretagne à cinq départements, avec le retour de la Loire-Atlantique au sein de la Bretagne historique. Aujourd’hui, après une proposition de la droite et du centre, Loïg Chesnais-Girard (PS), lors de la session budgétaire, a accepté l’idée de nommer un chargé de mission sur le projet. Et un budget de 500 000 € est prêt pour étudier de près les liens déjà tissés entre la Bretagne et la Loire-Atlantique.

Au départ, il y a la proposition de la centriste Isabelle Le Bal pour la création d’une ligne budgétaire de 500 000 €. Elle permettrait d’étudier concrètement comment des liens sont déjà tissés entre la Bretagne administrative à quatre départements et la Loire-Atlantique.

L’intégralité de l’article

Article publié dans Ouest-France

La Bretagne : les réalités contre l’appareil

La Bretagne : les réalités contre l’appareil

gwenn ha duUne frontière de plus en plus vive s’instaure entre une Bretagne vécue, ressentie et la réalité institutionnelle. La population considère ici la pluralité urbaine et rurale comme une chance et Paris finance des métropoles. 71 % des habitants de la Loire-Atlantique se disent bretons et l’on conforte la région des « Pays de la Loire ». La quasi-totalité des scientifiques étudie sans plus d’interrogation la Bretagne telle qu’elle est, sur ses cinq départements et pour de simples cohérences analytiques (les historiens, les naturalistes, les sociologues, les géographes, les anthropologues etc.). Mais on impose à marche forcée une fusion administrative « Bretagne-Pays de la Loire » que personne ne réclame. On pourrait poursuivre la litanie des incohérences. On a tenté un temps d’effacer la Bretagne juridique, heureusement sans succès. Le droit n’en avait plus. Le droit était sans droit. 30 000 personnes dans la rue à Nantes et l’on fait comme si rien ne se passe. On vient d’abandonner les projets touristiques de valorisation des marches de Bretagne qui courent depuis des siècles de Fougères à Machecoul.

Oui mais l’histoire n’existe pas. C’est connu, les universitaires bretons sont incompétents. Ils consacrent leurs vies à un territoire sans intérêt. Le droit a tort. La science a tort. Le peuple a tort. La géographie a tort. L’histoire a tort. L’Etat français devient le nettoyeur des identités. Un effaceur de mémoire. La fusion des universités et du « savoir » est un exemple emblématique et l’on avance sur une technocratie toujours plus loin des hommes. (suite…)

« Lettre à la Bretagne », Pierrick Massiot

La Bretagne, le vrai projet d’avenir

Le débat sur une grande réforme territoriale est lancé. Chacun y allant de son découpage, de sa carte, et de ses propositions de mariages… Tout y est souvent présenté comme si la question institutionnelle était prioritaire, comme si le débat n’était que technique, comme si le sujet ne concernait que les seuls élus et pas les citoyens, comme si, enfin, la question se résumait à une opposition entre les « modernes » et les « anciens ». (suite…)