Actualités et événements

AGENDA

Lundi 7 octobre 2019, 18h/20h, Brest, Conservatoire de l’Ecole de musique

Quelle Bretagne pour demain ? Conférence de Jean Ollivro

Sked propose le lundi 7 octobre une conférence  sur le thème « Quelle Bretagne pour demain ? Pour une nouvelle approche du développement économique et social des territoires ». Une vision prospective pour la Bretagne de demain. Animée par Jean Ollivro, (Géographe, professeur à l’Université de Rennes II et à l’IEP de Rennes, auteurs de nombreux ouvrages sur la Bretagne, Président de Bretagne Prospective). Entrée libre et gratuite.

Rens. degemer@sked.bzh / 02 98 80 26 71


Vendredi 8 novembre 2019, 9h/17h30, Palais des Congrès de Pontivy

4è Rencontres Breizh 5/5 – Bretagne Prospective

Comme l’an dernier, cette édition est organisée autour d’un forum d’exposition et de trois ateliers le matin qui permettront aux intervenants de parler de leurs réalisations. L’après-midi, après les restitutions d’ateliers, des focus seront faits sur des dynamiques de territoire et donneront lieu à des échanges avec le public.

Les explorateurs d’avenir, Jean Ollivro : la mobilité et le territoire

Synthèse du propos de Jean Ollivro, président de Bretagne prospective, durant la journée Auto-mobilité et intelligence territoriale dont le fil conducteur était comment réussir au sein de chaque territoire une mobilité personnalisée, durable, innovante, connectée, sécurisée et ouverte à tous.

Les mutations engendrées par l’arrivée de la voiture

Comme l’explique J. Ollivro, l’arrivée de la voiture a tout bouleversé. Il rappelle que dans un premier temps, le rapport originel de l’homme est le nomadisme, pas par choix, mais plutôt pour répondre à des difficultés (ressources, climat…). Jusqu’en 1600,  70 % de la population européenne et 90 % des nouveaux mondes étaient nomades.  Puis à l’époque moderne, P. Chaunu1 démontre que 95 % de la vie des gens se déroule dans un périmètre de 7 kilomètres, et que le déplacement est vu comme un problème.

L’arrivée du véhicule motorisé, appelé « l’auto mobilitas » par V. Guigueno2, a tout changé. Tout d’abord, la portée des déplacements se trouve démultipliée sans effort. Puis apparaît l’individualisation des déplacements, alors que les  premiers modes de transport à moteur (train, navire à vapeur …) étaient tous collectifs. Au départ réservée à certains « privilégiés », la voiture se démocratise à la fin de la Seconde Guerre mondiale et dans les années 60, et avec elle, se démocratise la vitesse. (suite…)