Stal bzh : une application pour l’économie et la langue bretonne !

Un nouveau site internet et appli mobile est en développement pour référencer les professionnels utilisant la langue bretonne. Il s’agit d’un outil pour trouver les commerces et entreprises qui proposent des services en breton. Le projet permettra aussi de mettre en valeur les initiatives des professionnels en faveur de la langue bretonne.

Un pré-site déjà en ligne pour inscrire les entreprises

Le pré-site STAL.BZH est déjà en ligne : les professionnels peuvent ainsi dès maintenant créer un compte et renseigner une fiche sur leur commerce. Une invitation a par ailleurs été adressée à plus de 1 000 entreprises ayant un lien avec la langue bretonne. Une centaine d’entreprises se sont déjà inscrites à ce jour. On y trouve déjà une grande variété de métiers : designers, agriculteurs, libraires, boulangers, électriciens, artistes…

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site de l’ABP

Les Entreprises familiales de Taille Intermédiaire

Les Entreprises familiales de Taille Intermédiaire

Dans un précédent article, nous vous faisions part de la Thèse de doctorat en sociologie soutenue, à Rennes2 au sein du Liris[1], par Jean-Luc Poulain, sous la direction du Professeur Ali Aït Abdelmalek.

Nous avons demandé à ce « jeune docteur » de 71 ans ce qui lui avait fait choisir les E.T.I. comme sujet de recherche.

« Tout d’abord, explique-t-il, il y a peu de sociologues à  travailler, spécifiquement, sur le dirigeant d’entreprise. En matière de « professions », les avocats, enseignants, cadres, agents de maîtrise et ouvriers ont fait l’objet de nombreuses études par les sociologues du travail et des professions. L’entreprise a aussi fait l’objet de travaux par les sociologues de l’Entreprise et des Organisations. Notre choix a, aussi, été déterminé par la décision politique, en 2008, de créer ce type d’entreprises (de 256 à 5 000 salariés) entre les P.M.E. et les grands groupes. Les E.T.I. sont particulièrement développées en Italie, en Angleterre et bien sûr en Allemagne sous le nom de « Mittelstand ». Peut-on envisager, en France, que ces Entreprises de Taille Intermédiaire puissent, dans une conjoncture tendue depuis la crise des subprimes, créer de la richesse et  de l’emploi sur notre territoire ? » (suite…)