Les FAB LABS en Bretagne : au cœur d’une 3e Révolution industrielle ?

Comme ailleurs, les FABLABS se développent en Bretagne plaçant au centre de leur fonctionnement la coopération entre des individus de tous horizons et de toutes compétences pour créer et innover. Cette façon égalitaire de concevoir le monde du travail a été accélérée par le numérique dès les années 80. Ils représentent bien les prémices de la 3e Révolution industrielle et la mutation du capitalisme annoncées par l’économiste américain Jérémy Rifkin.

Fondés sur le partage de connaissances, les Fab Labs ou FabLabs ou LabFabs articulent leurs activités autour du numérique qui a été à l’origine, dans les années 80, des premières idées de ressources partageables. Fabriquer, entreprendre, inventer, innover, réparer, apprendre, échanger… : les « laboratoires de fabrication », la plupart associatifs, réunissant outils, machines-outils, numériques ou non, permettent tout cela et plus encore. Leur fonctionnement basé sur le partage et la mutualisation des ressources et des compétences étend en effet autant les possibilités qu’ils ont d’adhérents et d’idées. Principe : être ouvert à tous les âges, tous les métiers, toutes les innovations, toutes les coopérations.

L’intégralité de l’article

Lire l'article

Breizh 5/5 : premières rencontres à Pontivy

Article paru sur le site de l’Agence Bretagne Presse

montageAvec Breizh 5/5, on est dans le concret. Une marche de plus a été montée avec les premières Rencontres qui viennent de se dérouler à Pontivy. Non contente d’avoir réussi à installer près de 110 panneaux Breizh 5/5 dans de nombreuses villes des 5 départements bretons (dont Quimper, Pontivy, Saint-Malo-de-Beignon, Blain, Ouessant, Loudéac, etc.), l’association va aujourd’hui plus loin en impliquant le monde économique dans ses initiatives.
A côté des maires qui se sont déplacés à ce premier rendez-vous pontivyen, des représentants de nombreuses structures régionales sont venus témoigner de la valeur ajoutée que constitue la Bretagne à 5 départements.

L’intégralité de l’article

Lire l'article

Les trois passions de Marie-Laure Collet, à la tête d’Abaka

Article de Fanny Degorce sur le site de Bretagne-Bretons

akaba« J’ai trois passions : l’emploi, l’innovation, le territoire », aime à répéter Marie-Laure Collet, à la tête d’Abaka. Cette entreprise de ressources humaines externalisées basée à Rennes et disposant d’agences à Nantes, Paris et Vannes couvre trois pôles d’expertise auprès de ses clients, entreprises ou bénéficiaires : le recrutement, l’évolution et le conseil. Marie-Laure, elle, a commencé sa carrière professionnelle dans la Capitale, avant de revenir aux sources. Cinq questions à une Bretonne engagée, aujourd’hui à la tête du plus grand cabinet de Ressources Humaines indépendant de l’Ouest.

L’intégralité de l’article

Lire l'article

Le cidre breton se renouvelle pour conquérir de nouveaux marchés

Article de Françoise Thomas sur le site de Ar C’hannad

Longtemps vu comme une activité vieillissante, pour ne pas dire dépassée, la fabrication du cidre connaît depuis quelques années un renouveau, visible non seulement par la surface de pommiers plantés mais également par la variété des productions désormais disponibles. Et une nouvelle tendance se fait jour avec l’apparition de cidres avec différents goûts, à l’image de ce qui peut exister pour la bière ou la vodka.
Il fut un temps pas si lointain où l’Etat versait des primes aux agriculteurs pour arracher les pommiers. Mais aujourd’hui, la région aide ces mêmes agriculteurs à planter de nouveaux vergers comme à entretenir les plus anciens.

L’intégralité de l’article

Lire l'article

Kozh Ensemble : le gérontopôle breton

Article publié sur le site cotesdarmor.com

KOZH-ENSEMBLE-le-gerontopole-breton-rassemble-des-acteurs-impliques-pour-le-bien-vieillirLa jeune association KOZH ENSEMBLE rassemble des acteurs bretons impliqués pour le bien vieillir (associations, entreprises, pouvoirs publics, citoyens…).

Elle s’est réunie le 10 janvier à Brest pour découvrir les travaux de recherche d’ITM Ecole Mines Télécom (ex Télécom Bretagne) sur les technologies d’autonomie de la personne, en présence de Benjamin ZIMMER, dirigeant de Silver Valley et conseiller à France Silver éco et des membres de KOZH ENSEMBLE (ARESAT, Harmonie Mutuelle, MFR, UNA, ADEUPA et Côtes d’Armor Développement).

Lire l'article

Lancement du concours Breizh Amerika Startup Contest

Lancement du concours Breizh Amerika Startup Contest à la French Tech de Rennes mardi 31 janvier à 18h30.

breizh AmerikaLe concours donnera la chance aux jeunes entreprises/startups bretonnes lauréates de cette seconde édition de venir à New York City, USA afin de suivre un programme intensif pour développer des liens, comprendre et se former au marché américain ainsi que de trouver de potentiels investisseurs américains.

Lire l'article

CanalBreizh, nouvelle webradio musicale 100 % bretonne

Article publié dans Ouest-France le 20 janvier 2017

Cette nuit, l’association Tamm-Kreiz va lancer CanalBreizh, sa radio en ligne intégralement dédiée à la musique bretonne, avec une équipe d’une quinzaine de bénévoles.

Jérôme Floury et Stéphane Julou

Jérôme Floury et Stéphane Julou

Jeudi matin, dans son bureau à Ti ar Vro, sur le port du Légué, Jérôme Floury écoute le groupe breton Plantec sur son ordinateur avec « un peu de stress ». Il est président de l’association Tamm-Kreiz. Le site de CanalBreizh, la nouvelle webradio, apparaît sur son écran. Et, pour l’instant, il est le seul à y avoir accès. Mais dans moins de 48 h, c’est le lancement officiel. Hier, l’heure était donc aux « derniers réglages techniques. Il faut être attentif ».

L’intégralité de l’article

Lire l'article

Régions. Plaidoyer pour une autre carte

Article de Jacques Lescoat dans Le Télégramme du 21 janvier 2017

article Jacques LescoatDocteur en géographie et créateur de l’association Géographes de Bretagne, Jacques Lescoat n’a jamais admis la réforme de la carte régionale. Auteur d’un opuscule, intitulé «Une identité régionale pour la France», il y défend une France à 16 régions, contre les 13 de la réforme entrée en vigueur il y a un an.

Que contestez-vous dans la réforme qui a été faite ?
Je condamne cette France des blocs. C’est quelque chose qui casse l’identité régionale de la France. L’État ne voulait pas de régions avec une forte identité.

L’intégralité de l’article

Lire l'article

Plus de 6.400 noms de domaine ont déjà adopté le «.bzh »

Article de Jérôme Gicquel paru sur le site de 20 minutes

Ouvert d'abord aux entreprises et associations depuis septembre, l'extension .bzh est accessible aux particuliers depuis fin 2014. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Ouvert d’abord aux entreprises et associations depuis septembre, l’extension .bzh est accessible aux particuliers depuis fin 2014. – C. Allain / APEI / 20 Minutes

Une petite vague déferle depuis près de deux ans sur l’Internet mondial avec l’apparition de noms de domaine qui sentent bon l’air marin. Ouverte depuis septembre 2014 aux entreprises et depuis décembre de la même année aux particuliers, l’extension régionale « . bzh » a déjà enregistré plus de 6.400 noms de domaines.

Un bon début mais qui reste toutefois assez loin de l’objectif « des 20.000 noms de domaines d’ici trois ans » que s’était fixée l’association Point BZH en septembre 2015, au moment de l’enregistrement du 5.0000e  nom de domaine. « La croissance se poursuit quand même et nous sommes aussi dépendants de la conjoncture économique », souligne David Lesvenan, président de l’association.

L’intégralité de l’article

Lire l'article

Langouët, en Bretagne, première commune rurale en France à emprunter à ses habitants

Article de Brigitte Hug sur le site de France Bleu

LangouetDepuis fin 2015, un décret permet aux collectivités locales d’avoir recours au financement participatif. Il est peu utilisé. Langouet, petite commune rurale de 650 habitants, au nord de Rennes, l’a expérimenté et le succès a dépassé les espérances.

Langouët est reconnu pour ses engagements écologiques. La petite commune a déjà sa cantine 100% bio, sa propre production électrique et deux lotissements écologiques mais elle veut aller plus loin et lance un nouveau programme d’habitats avec zéro pollution et 100% de matériaux réutilisables. « On essayait d’être le moins possible impactant pour l’environnement et on s’est dit qu’on pouvait allait plus loin. », souligne le maire, Daniel Cueff. Il n’a d’ailleurs pas eu froid aux yeux et a fait appel à une équipe de 10 ingénieurs et architectes pour ce nouveau projet. L’étude doit être remise en novembre. Elle coûte 145 000 euros. La commune a obtenu un peu plus de 100 000 euros de subventions. Le reste, elle l’a emprunté à ses habitants. « Nous voulions associer les habitants et c’était une bonne manière de le faire. »

L’intégralité de l’article

Lire l'article