Florilège poétique des langues de France

Contrairement à une idée répandue, il est possible de produire de grands textes en corse, en breton ou en basque. La preuve par l’exemple.
Il est un paradoxe français qui m’étonne autant qu’il m’exaspère. Pourquoi, chez nos intellectuels et nos artistes, cet émerveillement devant les cultures et musiques du monde et ce mépris abyssal pour la diversité culturelle hexagonale ? Pourquoi cette admiration (méritée) devant Cesaria Evora et Ravi Shankar et ce désintérêt pour l’étrangeté sur notre propre sol ? La réponse tient en un mot : l’ignorance, et voici un livre qui permettra de la faire reculer.

L’intégralité de l’article

Chronique de Michel Feltin-Palas publié sur lexpress.fr

Lucky Luke parle breton plus vite que son ombre

Lucky Luke parle breton plus vite que son ombre

Lucky Luke, le célèbre cow-boy de Morris et Goscinny, maintenant en breton.
Notre héros du far-west a déjà été doublé dans de nombreuses langues dans le monde. Maintenant Brezhoweb, la chaîne télé internet en brezhoneg nous l’offre en breton. Plus exactement dans une série de petits films.

Ainsi le premier des treize épisodes est diffusé aujourd’hui. Ensuite il restera accessible gratuitement en ligne en vidéo pendant six semaines. Donc jusqu’au 18 mai.

L’intégralité de l’article

Article publié sur nhu.bzh

C’h : le tribunal de Rennes a du mal avec l’orthographe bretonne

C’h : le tribunal de Rennes a du mal avec l’orthographe bretonne

Le tribunal administratif de Rennes ne réussit pas à écrire la lettre bretonne c’h correctement quand il rédige une ordonnance pour faire évacuer les Gilets jaunes d’un giratoire brestois.

Ce lundi 14 janvier, le juge des référés du tribunal administratif de Rennes a ordonné aux Gilets jaunes de quitter les abords du rond-point de Pen ar C’hleuz, à l’entrée de Brest. Il donne ainsi raison au préfet du Finistère, qui l’avait saisi de cette demande.

Mais le tribunal administratif de Rennes ne s’embarrasse guère de la toponymie. Il écrit tout au long de son ordonnance datée du 10 janvier Pen Ar Ch’leuz à Brest ! L’effort de mettre l’apostrophe est bien là, mais pas au bon endroit… C’est à peu près comme si on vous écrivait langue-de-bœuf à la place de langue-de-vache : pire, Ch’leuz ça ne veut rien dire.

L’intégralité de l’article

Article de Christian Gouerou publié dans Ouest-France

Mathématiques contre Mathématix

A-t-on le droit, en France, d’utiliser la langue historique de sa région ? Pas toujours, visiblement. La preuve avec la querelle qui agite depuis quelques jours la Bretagne et le Pays basque. Dans le Finistère, une quinzaine de lycéens ont rédigé les copies de mathématiques du baccalauréat en langue bretonne, malgré l’interdiction formelle du rectorat. Des collégiens du même département leur ont emboîté le pas lors de l’épreuve de sciences, comme des élèves de troisième au Pays basque. Mal leur en a pris : tous risquent de récolter une note catastrophique et de manquer leur examen. En effet, le ministère de l’Education campe sur une ligne ferme : pour le bac, seule l’épreuve d’histoire-géographie peut être rédigée en langue régionale ; pour le brevet, cette disposition est réservée aux mathématiques et à l’histoire-géographie.

L’intégralité de l’article

Article de Michel Feltin-Palas publié sur L’express.fr

Le breton et le gallo mis à l’honneur en mars

Le breton et le gallo mis à l’honneur en mars

Durant tout le mois de mars, les deux langues régionales, le breton et le gallo, sont mises en avant dans toute la Bretagne. Au programme : une multitude d’événements portés par des associations locales : ateliers, conférences, projections, contes, initiation linguistique…, avec la Région Bretagne.

« Mizvezh ar brezhoneg » et « Maiz du galo ». En ce mois de mars, les langues régionales bretonnes sont mises en avant. Une opération voulue par la Région Bretagne, qui soutenait déjà durant quatre années jusqu’en 2017 « la semaine du Breton ». Depuis l’année dernière, c’est donc un mois entier qui est dédié au breton, de même qu’au gallo. Objectif : découvrir comment pratiquer ces deux langues régionales dans la vie quotidienne, notamment grâce au travail des nombreuses associations présentes sur le territoire.

L’intégralité de l’article

Article publié sur eco-bretons.info