Les cabanes ostréicoles se mettent à l’abri des prédateurs immobiliers

Les cabanes ostréicoles se mettent à l’abri des prédateurs immobiliers

Afin d’éviter les spéculations immobilières, la loi du 20 mai dernier protège les espaces fonciers des cultures marines situées en zone littorale. Celles-ci ne pourront plus changer d’affectation avant une période de 20 ans. Dans le Morbihan, le « foncier conchylicole » a fondu d’environ 20 % au cours des dernières années.

C’est ce qu’on appelle avoir les pieds dans l’eau. A tel point que les fermes ostréicoles attirent particuliers et promoteurs désireux de les transformer en maison de vacances en bord de mer. On a pu voir ces dernières années une exploitation partir à plus de 900.000 euros, alors qu’elle avait été initialement estimée à 250.000 euros par la Safer, la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural chargée de veiller à la transmission des espaces agricoles.

L’intégralité de l’article

Article de Stanislas du Guerny publié sur lesechos.fr

Immobilier. La double fracture bretonne

L’immobilier en Bretagne présente de singuliers contrastes. C’est ce qui ressort des chiffres fournis par l’association des notaires bretons (cinq départements) qui vient de détailler l’évolution des prix de vente. La première tendance marquée est l’accentuation du fossé entre les métropoles, comme Nantes et Rennes, et certains secteurs ruraux. D’un côté, une pression de plus en plus forte qui fait grimper les prix dans ces villes économiquement très dynamiques et dopées par les nouvelles liaisons de TGV. De l’autre, des zones rurales où la désertification entamée de longue date est accentuée par la disparition progressive de certains services publics. Le constat vaut aussi pour certaines villes moyennes dont l’immobilier s’est dégradé ces dernières années. En une année, on peut enregistrer des baisses moyennes pouvant aller jusqu’à 10 ou 15 % dans certaines zones rurales, des chiffres diamétralement opposés aux hausses enregistrées dans les deux principales métropoles de l’ouest.

L’intégralité de l’article

Article de René Perez publié sur bretagne-bretons.fr