Vu d’Espagne. La guerre française contre le tilde

Vu d’Espagne. La guerre française contre le tilde

Utilisé en breton et en basque, le tilde est un signe diacritique interdit par l’administration française. Une situation qui se traduit par des batailles juridiques en France et qui étonne en Espagne.

FañchIñaki, Begoña, Íñigo ou encore Peña : “Aucun de ces prénoms ne peut être inscrit dans les registres de l’état civil français”, souligne El Periódico de Catalunya. Depuis Barcelone, le quotidien espagnol raconte comment “la France décapite le ñ” en menant la guerre au tilde, ce signe orthographique présent notamment dans les langues basque et bretonne.

L’intégralité de l’article

Article publié dans Le Courrier International

Yann Tiersen : « Ouessant, c’est mon écosystème »

Yann Tiersen : « Ouessant, c’est mon écosystème »

Les artistes celtes se retrouvent à Lorient au 48e Festival interceltique. Derrière son piano, Yann Tiersen y jouera demain son nouvel album. Il affirme son attachement à la Bretagne. Entretien.

Que représente le Festival interceltique pour vous ?

Une belle initiative. Je pense que les nations celtes ont la même histoire et que les tentatives pour les mettre en avant sont intéressantes. On a toujours un peu réécrit l’histoire alors que l’histoire celtique est beaucoup plus importante pour nous, Bretons, que l’histoire de France. La France est un pays un peu artificiel.

L’intégralité de l’article

Article publié sur ouest-france.fr

A Erquy (22), Biogroupe carbure au kombucha et aux desserts végétaux

A Erquy (22), Biogroupe carbure au kombucha et aux desserts végétaux

Porté par la demande d’aliments et de boissons santé naturels, le marché du kombucha possède, depuis 2010, l’une des croissances les plus fortes sur le marché européen des boissons. En à peine 4 ans, Biogroupe à Erquy en a fait sa boisson phare lui assurant 40 % de son CA. De 5 millions d’euros en 2017, celui-ci devrait bondir à près de 8 millions en 2018, de quoi envisager l’agrandissement de l’unité de production de desserts végétaux créée il y a un an.

L’intégralité de l’article

Article de Véronique Maignant publié sur le site bretagne-economique.com

Carwyn Jones veut développer les liens avec la Bretagne

Carwyn Jones veut développer les liens avec la Bretagne

Le Premier ministre du Pays de Galles, Carwyn Jones, est arrivé ce matin à Lorient et a tenu une conférence de presse ce midi avec Lisardo Lombardia, le directeur du festival interceltique. Très heureux de se trouver au festival «enjoying the common keltic heritage» après avoir rencontré le Président de la région administrative à Rennes, Carwyn Jones a déclaré que la Bretagne se trouve là où se trouvait le Pays de Galles il y a 50 ans en ce qui concerne la langue bretonne. Beaucoup pensent aussi qu’en Bretagne, nous avons 50 ans de retard en ce qui concerne la dévolution politique.

L’intégralité de l’article

Interview réalisée par Philippe Argouarch sur le site de l’Agence Bretagne Presse

Vers une Eurorégion Bretagne et Pays de Galles

Vers une Eurorégion Bretagne et Pays de Galles

Le Premier ministre gallois, Carwyn Jones, sera à Lorient le lundi 6 août, durant l’Interceltique. Il nous parle du Brexit et de la création d’une Eurorégion, espace commun de coopération.

Le 23 juin 2016, 53 % des Gallois ont voté pour le Brexit. Il n’y a guère qu’à Cardiff que le remain l’a emporté. Pourtant le pays de Galles a reçu d’importants financements européens pendant des années… Comment expliquez-vous ce paradoxe deux ans après le vote ?

Beaucoup de votants ont vu dans ce vote l’occasion de protester contre la stagnation de leur niveau de vie du fait de la crise économique et de l’échec des politiques d’austérité menées par les gouvernements britanniques, l’occasion de donner une bonne claque à la classe politique. J’ai fait campagne pour le maintien dans l’Union européenne.

L’intégralité de l’article

Article publié dans Ouest-France

Une bière armoricaine au goût américain

Une bière armoricaine au goût américain

Breizh Amerika, c’est le nom d’une nouvelle bière. Mais jusqu’à présent, c’était surtout l’appellation d’une association bretonne, née à New York, qui s’est donné pour mission de promouvoir les projets culturels et économiques entre la Bretagne et les USA. Une passerelle entre les deux côtés de l’Atlantique que peuvent emprunter tous ceux qui ont un projet dans un sens ou dans un autre.

Et puisque sur les deux rives, la mode des bières artisanales (craft beer, Outre-Atlantique) a creusé son sillon ces dernières années, l’association Breizh Amerika a eu l’idée de proposer à la brasserie morbihannaise Lancelot, de créer une bière qui s’appellerait bien sûr Brest Amerika et serait porteuse de valeurs des deux terroirs. Banco, a répondu Lancelot en concoctant une bière composée avec du malt breton et du houblon américain.

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site bretagne-bretons.fr