Un dynamisme digital breton qui remet en cause l’hégémonie parisienne !

Un dynamisme digital breton qui remet en cause l’hégémonie parisienne !

Il y a un an, l’équipe de la West Web Valley et ses partenaires se lançaient un défi : « Créer une infographie de l’écosystème digital breton (à 5 départements, évidemment !)« . L’idée était de gagner du temps lors de nos rencontres avec les startups car la question qui revenait le plus régulièrement était: « Est-ce que vous pouvez m’expliquer qui fait quoi ? ». Pas simple de répondre à cette question et pas évident d’être exhaustif, mais cette initiative fut globalement bien accueillie par les « faisous » du numérique (laissons de côté les quelques « disous » grincheux).

Un écosystème exemplaire et en croissance

Les trois French Tech du territoire (FrenchTech Brest+, Nantes Tech et la FrenchTech Rennes/Saint-Malo) confirment leur rôle de points d’entrée incontournables pour toute personne ou structure souhaitant avancer dans le digital.

L’intégralité de l’article

Article de Sébastien Le Corfec, Cofondateur de la WestWebValley

Le plastique biodégradable, un nouveau débouché pour le lait breton

Le plastique biodégradable, un nouveau débouché pour le lait breton

En 2016, la région Bretagne comptait 11 600 exploitations laitières, 772 000 vaches laitières et a produit 5,3 milliards de litres de lait. La Bretagne est leader en ce domaine même si souvent il y a surproduction.

Une bonne nouvelle, et dieu sait si les producteurs de lait bretons ont besoin de bonnes nouvelles puisque beaucoup d’entre eux produisent à perte, c’est la découverte récente que l’on peut fabriquer des plastiques biodégradables avec des molécules de lait. Certes on peut aussi en faire avec des algues mais le lait semble plus prometteur du fait des difficultés évidentes de collecte en milieu marin.

L’intégralité de l’article

Article de Philippe Argouarc’h publié sur le site de l’Agence Bretagne Presse

Data2B. Le Big Data, mine d’or pour les entreprises !

Data2B. Le Big Data, mine d’or pour les entreprises !

Data2B fait partie du monde très couru du big data, ou données de masse. Elle propose aux entreprises de secteurs traditionnels de mettre à profit leurs données pour atteindre des objectifs business grâce à un système de préconisations. La start-up rennaise est actuellement sur la plateforme de financement participatif Gwenneg. Objectif : lever 220 000 euros pour finir l’amorçage de l’entreprise. Rencontre avec Franck Gallos, son fondateur et dirigeant.

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site bretagne-bretons.fr

Produit en Bretagne ouvre un réseau pour le marketing collaboratif

Produit en Bretagne ouvre un réseau pour le marketing collaboratif

Produit en Bretagne a lancé, mardi, la Breizh marketing akademi, un réseau de professionnel du marketing. Pourquoi créer la Breizh marketing akademi ?

« On s’est rendu compte qu’à l’heure où tout n’était que mise en réseau et digitalisation, il n’existait pas de réseau dédié au marketing en Bretagne », raconte Loïc Hénaff, président de l’association Produit en Bretagne.

La création de la Breizh marketing akademi est le fruit d’une enquête cherchant à identifier les besoins des acteurs du marketing. « Le problème, c’est la solitude », constate Stéphane Gouin, enseignant chercheur à Rennes. « Un réseau où on peut confier ses problèmes, mutualiser ses compétences et trouver des solutions, c’est une force. Ici, on décloisonne. C’est du marketing collaboratif. »

L’intégralité de l’article

Article de Raphaëlle Besançon publié dans Ouest-France

Le photovoltaïque et l’énergie solaire : Libérons nos énergies en Bretagne

Le photovoltaïque et l’énergie solaire : Libérons nos énergies en Bretagne

Il y a deux ans, les médias nous ont gavés de la COP21, et cette année on sait à peine que la COP23 se déroule en ce moment même. A Bonn en Allemagne, du 06 au 17 Novembre.
Déjà la 23e conférence internationale sur le climat ! Où des milliers de communicants et de décideurs venus en avion du monde entier vont consommer à tout va. Pourquoi ? Au mieux pour prendre quelques engagements que personne ne tiendra ensuite. Et surtout pour promettre. A la réunion finale, ce sera à qui fera la plus belle promesse. Moi, je promets -30% d’émission de CO2 à l’horizon 2040. L’horizon, tu sais, cette ligne qui s’éloigne plus tu avances. Et moi, je fais mieux : – 36% dès 2035.

L’intégralité de l’article

Article publié sur nhu.bzh