La conjonction des planètes

Tout commence le 13 février 2008 lorsqu’un Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) oblige de façon indivisible chaque Français à avoir un triangle de pré-signalisation et un gilet jaune. Sous peine d’une amende forfaitaire de 135 Euros. A tort ou à raison, on équipe les Français d’un uniforme visible que chacun porterait isolé en cas de crise.

Neuf ans plus tard, suite à de nouveaux hasards et notamment après l’effondrement du candidat de la droite « à qui la victoire et l’élection étaient promises », une deuxième météorite surgit de nulle part. C’est un nouveau Président qui va recréer l’unité nationale avec, nous dit-on, plein de projets petits ou grands et « une France qui va bouger de partout ». Une direction commune va amener tous les Français sur le même chemin. En marche.

Et puis voilà qu’il existe la planète oubliée : Paris. Pire. L’hyper jacobinisme français. Dès la première année du quinquennat, Paris reçoit au bas mot 126 milliards d’Euros quand le budget annuel moyen d’une région française est d’environ 1,5 milliard. Dès la première année, la technostructure reprend le dessus et l’hyper centralisme des palais de l’Elysée, de Matignon, de Bercy… fait l’exact inverse de ce qu’il avait promis. Pire, en martelant sans cesse l’indispensable unité nationale, en matraquant partout « la liberté, l’égalité, la fraternité », le pouvoir construit une concentration inédite, une pyramide suprême. C’est à toutes les échelles l’ultracentralisme. Celui des grands corps de l’Etat. La France des riches.

Le ñ de Fañch et le mépris des jeunes de Diwan. Celui du CAC 40 et de ses patrons, dont les salaires et primes, apprend-on la semaine dernière, ont dépassé les 5 millions d’Euros en moyenne. Celui des ors de la capitale, avec tous les soirs ces journaux de TF1 et de France 2 qui nous projettent en arrière-plan l’image d’un pays merveilleux, de Tour Eiffel dorée et de Palais coloriés en rose, en jaune, en bleu, celle des quais de Seine où l’on présente même une fréquentation fluide. Ils sont bien dans leur monde. Celui des métropoles en asséchant les ressources de toutes les autres collectivités territoriales et surtout locales. Celui de la nécessaire « concentration » urbaine alors que tout le monde ne peut vivre au même endroit et qu’en réalité plus on concentre, plus on étale ces lointaines couronnes périurbaines en opposant, comme on l’évoque depuis des années, les riches à ceux coincés dans leurs problèmes et leurs embouteillages. Celui encore de l’hyper concentration des services publics en oubliant la ruralité, voire en la dépeçant des derniers services restants (la maternité à Guingamp).

Et voilà ! C’est la syzygie. L’alignement des planètes. 18 mois après l’élection du Président, la France bouge effectivement de partout. Sauf que ce n’est pas du tout dans le sens espéré et que l’on a construit un immense bazar. C’est un bazar sans chef, sans nom. Le mouvement des Gilets jaunes, De « Gilles et John » dit l’humoriste. Gilles. C’est le Français qui croit en la devise « Liberté, Egalité, Fraternité », en a assez qu’elle soit pervertie par ceux qui la proclament. Alors Gilles enfile son gilet et devient, par magie, Soleil d’un collectif agrégeant toutes les pannes mais peut être aussi tous les espoirs. John, c’est l’individu inquiet d’une mondialisation injuste et débridée, de tout et peut-être même de l’écologie, de son avenir, de son pouvoir d’achat surtout, qui en appelle paradoxalement à plus d’Etat tout en le dénonçant. Plus d’Etat mais pas comme cela.

Et c’est précisément le problème. Avec des promesses qui correspondaient à ce que les gens attendaient, la République française a sans doute abattu une de ses dernières cartes, celle d’une réconciliation dépassant les frontières politiques et surtout territoriales. Celle d’une union faisant que la France que les gens construisent une France valorisée par la diversité de ses terrains, de ses projets, des accents. Dix-huit mois plus tard, cet échec mérite analyse d’un pays menacé d’une réelle implosion. Ce pays jadis d’un « roi soleil », devenu un trou noir en raison de ses excès d’hypercentralité. Pourquoi ? Tout simplement car il n’est plus possible de produire l’exact inverse de ce que l’on raconte. Cinquante ans après le discours du Général de Gaulle à Quimper et sous peine d’effondrement, il faudra bien parler un jour sérieusement de ce que l’on appelle la décentralisation.

Et plus encore de la mise en place d’une démocratie dans et par les territoires, avec ces habitants qui débordent d’énergie, qui sont parvenus aussi à tort ou à raison à s’organiser tout seul, à se prendre en charge. La fin de la monarchie parisienne symbolisée par ce drapeau union d’un Roi et d’une ville. La France par ses territoires et avec ses gens. C’est pour quand ?

Jean Ollivro

Réunification : avec 100 000 signatures, Bretagne Réunie réussit son pari

L’association l’avait annoncé : la barre des 100 000 signatures serait franchie ce week-end. C’est chose faite. Une prouesse pour l’association qui a multiplié les rendez-vous avec les citoyens de Loire-Atlantique pour les faire signer la pétition papier. Mais la route reste semée d’embûches.

10 % du corps électoral, c’est énorme pour une pétition ! Cela représente plus de 5 millions de signatures à l’échelle française. L’association se félicite pour cette « première en France ». Mais voilà : cette dépense de militantisme risque fort d’être bloquée tout bonnement par les règles institutionnelles car le droit d’option et le droit de pétition sont mélangés.

L’intégralité de l’article

Article publié sur lepeuplebreton.bzh

Fañch : le parquet général rejette le tildé et se pourvoit en cassation…

Fañch : le parquet général rejette le tildé et se pourvoit en cassation…

Ce n’est plus de la résistance, c’est de l’acharnement.
La nouvelle vient de tomber.

« Mesdames et messieurs les officiers d’état civil,

Le parquet général de Rennes a décidé de se pourvoir en cassation à l’encontre de l’arrêt de la cour d’appel qui valide l’emploi du tilde dans les prénoms déclarés à l’état civil. Cette décision n’est donc pas définitive et les précédentes instructions de la chancellerie demeurent valables. Aussi je vous saurai gré de ne pas ajouter de tilde à des prénoms déjà existants, et de me saisir de tout nouveau prénom comportant un tilde.

Je vous prie de croire, mesdames et messieurs les officiers d’état civil, à l’assurance de ma considération la meilleure ».

Le parquet général rejette la décision de la Cour d’Appel de Rennes.

L’intégralité de l’article

Article paru sur nhu.bzh

Inscrivez-vous à la soirée de Bretagne Prospective : « Bretagne », « Breizh » : leviers de développement territorial ?

A l’occasion de son assemblée générale le vendredi 30 novembre à 18h au Conseil régional des Notaires – 14 rue de Paris – à Rennes, Bretagne Prospective vous propose de venir débattre autour de la thématique suivante : « Bretagne », « Breizh » : leviers de développement territorial ?

A partir de sources croisées et de différents indicateurs, Loïc Roulaud a travaillé avec Bretagne Prospective afin de comprendre à partir d’une base de données riche de 1208 entreprises, collectivités ou associations les motivations qui les ont poussées à choisir dans leurs intitulés les mots « Bretagne » ou « Breizh ». Il donnera les conclusions de son étude.

Trois grands témoins viendront apporter leur expertise :

–         Jean-Michel Le Boulanger, premier vice-président du Conseil régional en charge de la culture et de la démocratie régionale

–         Olivier Clanchin, président du groupe Triballat Noyal

–         Agnès Lanoë, présidente du Conseil régional des notaires

Entrée gratuite sur inscription à : contact@bretagne-prospective.bzh

Innovation. Une marque pour les notaires bretons

Innovation. Une marque pour les notaires bretons

Les notaires bretons ont dévoilé leur nouvelle marque lors de leur assemblée générale, mardi à Rennes.

La nouvelle marque des notaires bretons marie deux emblèmes : l’hermine du drapeau breton et la plume du stylo qui servait à signer les contrats sur papier. Ce logo est associé à la formule « Notaire & Breton » ainsi qu’à la couleur bleue, qui symbolise la mer entourant les cinq départements de la Bretagne historique. « Nous avons construit cette marque sur la base de nos valeurs de notaires mais aussi de Bretons », souligne Me Agnès Lanoë, présidente des notaires bretons.

Voir l’intégralité de l’article

Article de Olivier Mélennec publié sur Ouest France

« Bretagne »-« Breizh » : Nouvelles dynamiques des territoires : inscrivez-vous aux Rencontres Breizh 5/5 du 7 décembre

« Bretagne »-« Breizh » : Nouvelles dynamiques des territoires : inscrivez-vous aux Rencontres Breizh 5/5 du 7 décembre

« Bretagne »-« Breizh » : Nouvelles dynamiques des territoires : tel est le thème des 3e Rencontres Breizh 5/5 co-organisées par Bretagne Prospective le vendredi 7 décembre 2018 de 10h à 17h au Palais des Congrès de Pontivy.

Conforter la pluralité des bassins de vie bretons. Créer des synergies entre les porteurs de projets, les élus, les entreprises et le monde associatif. L’objectif de cette journée est de partager des expériences et aider au développement d’initiatives concrètes.

3 ateliers participatifs le matin, une séance plénière l’après-midi, un forum d’exposition. Découvrez le programme et surtout inscrivez-vous en précisant l’atelier auquel vous souhaitez participer. Inscription gratuite mais obligatoire.

contact@bretagne-prospective.bzh

3e Rencontres Breizh5sur5