Denez Prigent, le chant de la Bretagne

Denez Prigent, le chant de la Bretagne

Dans le manoir du Nord de la Bretagne où Denez Prigent habite, un coffre contient les gwerz, les complaintes qu’il a écrites par dizaines et dont les couplets se comptent par milliers. Il compose les mélodies à part. Il vient un moment où les textes les rencontrent et les aspirent.

Ce n’est pas un phare qu’habite Denez Prigent mais un manoir au Nord de la Bretagne, à une douzaine de kilomètres en retrait de la mer. Il l’avait choisi avec Stéphanie, sa femme. Les murs en sont épais et alentour, il restait des arbres qui témoignaient du paysage d’autrefois. Stéphanie n’est plus. Les arbres tombent plus souvent qu’à leur tour. France Bleu Armorique lui a offert un poste de radio performant et France Inter traverse maintenant les murs.

Podcast de l’interview de Denez Prigent par Jean Lebrun dans l’émission « La marche de l’Histoire » sur France Inter

Âmes de Bretagne, la websérie 100 % bretonne

Âmes de Bretagne, la websérie 100 % bretonne

Âmes de Bretagne, c’est une websérie lancée en 2016 par Anne-Laure et Kévin Hamon, deux frère et sœur originaires de Carhaix. Deux Bretons qui ont vu du pays, de Paris à Boston en passant bien sûr par leur propre région. Le projet s’inspire de « Human » et « 7 milliards d’Autres », les films humanistes du réalisateur Yann-Arthus Bertrand ; mais cette fois, ce sont des Bretons (ou amoureux de la Bretagne) qui passent devant la caméra !

« On s’est rendu compte que les Bretons étaient très fiers, mais qu’ils ne savaient plus vraiment pourquoi. »

C’est ce constat, fait par Anne-Laure, qui a donné l’élan à ce projet. Qu’est-ce que la Bretagne pour vous ? Que signifie être Breton ? Que connaissez-vous de l’histoire de la Bretagne ? Autant de questions auxquelles il n’est pas si simple de répondre, même en étant breton et fier de l’être… Âmes de Bretagne a donc pour but de faire redécouvrir aux Bretons leur propre culture.

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site portdattache.bzh

Fret irlandais. La contre-offensive des Armateurs de France et de la Région

Fret irlandais. La contre-offensive des Armateurs de France et de la Région

Ni le président des Armateurs de France, qui est aussi celui de Brittany Ferries, ni la région Bretagne n’ont l’intention de laisser l’Europe considérer comme quantité négligeable les ports de la Manche pour la desserte du fret irlandais d’après Brexit.
« C’est une faute ! Il faut corriger le tir très rapidement ! ». Injoignable lundi, Jean-Marc Roué, président des Armateurs de France et patron de Brittany Ferries, réagit vivement à la proposition de la Commission européenne d’exclure les ports de la Manche du dispositif de financement du Réseau transeuropéen de transport. Dispositif auquel ils auraient pu prétendre au titre de la future desserte de la République irlandaise.

L’intégralité de l’article

Article publié sur letelegramme.fr

Brexit : la région Bretagne défend ses ports

Brexit : la région Bretagne défend ses ports

Le président de la région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, alerte le ministre des Affaires étrangères sur les pistes de travail de l’Europe, pour sa connexion avec l’Irlande, suite au Brexit. Des relations qui privilégieraient la Belgique et les Pays-Bas, en faisant l’impasse sur les ports bretons.

La Commission Européenne vient d’adopter une proposition, concernant les connexions entre l’Irlande et le reste de l’Union européenne, après l’entrée en vigueur du Brexit. Cette proposition, relative à l’aménagement du corridor logistique Mer du Nord Méditerranée du réseau RTE-T « semble ignorer totalement les ports français, pour privilégier en particulier une connexion entre Cork et des ports belges et néerlandais », relève le président de la région Bretagne, Loïg Chesnais Girard, qui alerte par courrier adressé ce vendredi soir, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. « La confirmation d’une telle décision serait une injure à la géographie, un camouflet inacceptable à la France en ce qu’elle ignorerait totalement notre système portuaire et un préjudice important pour le développement du port de Brest et de Roscoff », considère le président de la Région.

L’intégralité de l’article

Article de Krystell Veillard publié sur le site de France 3 Bretagne

Vu d’Espagne. La guerre française contre le tilde

Vu d’Espagne. La guerre française contre le tilde

Utilisé en breton et en basque, le tilde est un signe diacritique interdit par l’administration française. Une situation qui se traduit par des batailles juridiques en France et qui étonne en Espagne.

FañchIñaki, Begoña, Íñigo ou encore Peña : “Aucun de ces prénoms ne peut être inscrit dans les registres de l’état civil français”, souligne El Periódico de Catalunya. Depuis Barcelone, le quotidien espagnol raconte comment “la France décapite le ñ” en menant la guerre au tilde, ce signe orthographique présent notamment dans les langues basque et bretonne.

L’intégralité de l’article

Article publié dans Le Courrier International