Bruded : un réseau unique en France pour l’avenir breton

Le réseau Bruded (Bretagne rurale et urbaine pour un développement durable) fédère désormais 126 communes des cinq départements bretons. Il s’agit d’une initiative quelque peu atypique, à la bretonne, qui vise à la culture du don pour permettre aux communes de partager des expériences concrètes de développement durable. « Ober brud » en breton, c’est rendre célèbre, assurer la notoriété. Unique en France, le réseau breton permet notamment de mettre en réseau des communes plus petites souvent délaissées par l’aménagement du territoire et qui doivent faire preuve d’originalité pour s’en sortir. Co-fondée par Daniel Cueff (maire de Langouët) et Serge Moëlo (maire de Silfiac), la structure légère compte quatre permanents et illustre cette capacité des Bretons à partager de manière souple et très concrète l’innovation. Le réseau est soutenu par le Conseil régional, l’ADEME et les trois départements du Finistère, de l’Ille-et-Vilaine et de la Loire-Atlantique. L’association va participer à l’animation de la 7e édition des Ecoterritoriales, qui aura lieu à Vannes le 28 et le 29 avril et regroupera plus de 80 exposants. Il s’agit sur les 5 départements d’offrir et de mutualiser l’information non pas pour « imaginer le développement durable » mais pour le mettre concrètement en place. Au total, 315 584 habitants des cinq départements sont d’ores et déjà concernés par ce réseau singulier qui, preuves à l’appui, prépare la Bretagne de demain.

Bruded

Les Ecoterritoriales des 28 et 29 avril : voir le programme

Le Comité de Rédaction de construirelabretagne.org

Gwenood, un moteur de recherche breton

Vous avez sans doute déjà fait une recherche avec le moteur de recherche Google et vu des résultats de plus de 1,5 million de pages. Les enquêtes ont montré que les utilisateurs dépassent rarement la deuxième page. Et si les résultats étaient filtrés a priori pour ne présenter que les résultats en relation avec la Bretagne ? C’est ce qu’a fait Marie-Therèse Poulain, de Bénodet, qui vient de créer Gwenood suite à une suggestion d’Olivier Andrieu, intervenant à la Chambre de commerce et de l’industrie de Quimper.

Il se trouve que Google est bien plus qu’un moteur de recherche, il offre depuis des années des services gratuits aux développeurs web dont le plus connu est sans doute googlemaps (utilisé par l’ABP), ou des moteurs de recherche pour son propre site web. Google offre aussi aux développeurs la possibilité de personnaliser Google, en définissant des filtres tout en continuant à utiliser la base de données google qui comprend plusieurs milliards de pages web. C’est ce qu’a fait Marie-Thérèse Poulain et son équipe avec Gwenood.

Gwenood est pour la recherche ce que l’Agence Bretagne Presse est pour les actualités. ABP se limite à l’actualité bretonne uniquement et Gwenood se limite à des résultats bretons uniquement ou presque et Google se réserve le droit d’afficher sa publicité. Gwenood a déjà 1 500 visites par jour. ABP a testé le système en recherchant «offre d’emploi» et les résultats sont impeccables, listant tous les sites régionaux. Par contre ABP a recherché «hébergement web» sur Gwenood, se mettant dans la peau d’une entreprise qui voudrait héberger son site web par un hébergeur en Bretagne. Les résultats affichent quand même les grands hébergeurs nationaux et même internationaux. Il est vrai qu’il existe très peu d’hébergeurs web bretons. Les résultats ne sont pas toujours assez filtrants et des ajustements restent à faire, avoue Marie-Thérèse Poulain.

Philippe Argouarch

Sur le site de l’Agence Bretagne Presse

La Bretagne casse les frontières pour mieux se vendre aux Français

Certains y verront une énième strate administrative, d’autres une simplification de l’offre touristique. Depuis mardi, la Bretagne compte dix destinations touristiques qui dépassent les frontières des départements, et même des régions. Exit les pointes du Raz et presqu’île de Crozon. Faites place à la destination Quimper Cornouaille. De la même manière Dinard, Dinan, Cancale sont absorbées par la destination Saint-Malo baie du Mont Saint-Michel.

« La Bretagne regorge de joyaux et c’est une chance. Nous sommes tellement riches que nous ne savons pas quoi mettre en avant. C’est peut-être pour ça que notre offre touristique était trop floue », explique Maria Vadillo, conseillère régionale en charge du dossier. Quatrième région touristique française derrière l’Ile-de-France, Rhône Alpes et Paca, la Bretagne espère ainsi faciliter les séjours. « Jusqu’ici chacun faisait sa promotion dans son coin. Il fallait simplifier pour que les visiteurs s’y retrouvent plus facilement. Aujourd’hui, la concurrence est mondiale », poursuit l’élue.

Pour définir ses dix destinations, le Comité régional s’est appuyé sur l’étude « Morgoat » réalisée de 2005 à 2008 auprès de plus de 20.000 visiteurs de la région. « On voit les habitudes des gens. Ils ne s’arrêtent pas aux frontières d’un département pendant leurs vacances », poursuit Michael Dodds, directeur du comité régional du tourisme. Pas étonnant donc de voir les destinations déborder dans la Manche et en Loire-Atlantique, même si Nantes n’y entre pas. « C’est encore un autre univers », justifie Maria Vadillo.

Eviter les doublons

Sur le terrain, l’arrivée de ces dix destinations doit permettre de limiter la concurrence entre les différents sites et de limiter les doublons. « Sur la côte de granit rose, on a quatre offices de tourisme et pas un seul ne vante la même chose. Il faut travailler dans le même sens pour faire la promotion de la Bretagne dans son ensemble », explique Paul Droniou, responsable du comité du tourisme de Lannion-Trégor, devenu « Côte de granit rose, baie de Morlaix ». Une onzième destination devrait même être créée pour regrouper toutes les îles.

Camille Allain, www.20minutes.fr

La Bretagne la plus suivie sur Twitter, les Pays de la Loire en queue de peloton

L’intérêt porté aux sites des Conseils régionaux est un indicateur du sentiment d’appartenance régional. La région Bretagne est sur ce sujet la plus suivie de France pour le nombre d’abonnés Twitter (33 000) devant Rhône-Alpes (26 100 abonnés) et l’Ile-de-France (22 200). Ce chiffre est d’autant plus parlant que les populations des trois régions sont forts dissemblables : 11,9 millions d’habitants en Ile-de-France ; 6,4 millions en Rhône-Alpes … 3,4 millions en Bretagne administrée. Dans ce classement, à noter le très faible intérêt pour la région des « Pays de la Loire » qui ne regroupe que 5 969 abonnés pour … 3,6 millions d’habitants et se situe en queue de peloton des régions françaises. Un nouveau signe évident pour la Loire-Atlantique, un indicateur de plus avec des résultats à retrouver sur le site suivant :

http://www.eterritoire.fr/blog/2015/03/27/les-regions-les-plus-suivies-sur-twitter-au-27-mars-2015/

A noter, selon le magazine Bretons, que la région dite des « Pays de la Loire » va dépenser entre … 20 000 et 60 000 Euros pour « tenter de résoudre le problème » !

Article publié par le Comité de Rédaction de construirelabretagne.org

Bretagne des villes contre Bretagne des champs

Au-delà des couleurs politiques, s’il y avait un enseignement à tirer de ces élections départementales, c’est avant tout le décalage territorial qu’elles mettent en lumière. Car il est symptomatique de remarquer que la carte des cantons offre, en partie, une lecture assez inédite du visage de la Bretagne. Une opposition entre la Bretagne des villes et la Bretagne des champs, qui n’a sans doute jamais été aussi marquée qu’aujourd’hui.

Certes, quelques nuances méritent d’être apportées. La large zone de Tréguier à Carhaix, remontant jusque Morlaix est restée à gauche. L’ex « campagne rouge » n’a pas dérogé à sa tradition en gardant sa préférence pour une gauche qui y était d’ailleurs, bien souvent, plus unie qu’ailleurs. Mais même dans cette zone, on a vu apparaître pour la première fois des triangulaires avec le FN, en particulier à Callac, une situation nouvelle qui pourrait être appelée à se répéter à l’avenir.

Sur le reste du territoire, il est curieux de remarquer que les bons scores de la gauche, et en particulier du Parti Socialiste, se concentrent dans les principales villes de la région, quand les campagnes bretonnes, à quelques nuances près donc, ont largement voté en faveur de l’union de la droite. Et dans une moindre mesure, mais loin d’être négligeable, du Front National, qui y a fait une percée remarquée et confirmée depuis les scrutins de 2014, en particulier les régionales. (suite…)

Transoceanic Wind Transport : appareillage dans 10 jours !

Transoceanic Wind Transport : appareillage dans 10 jours !

A 10 jours de l’appareillage de “Biche”, les derniers préparatifs de la “Plate-Forme bretonne de transport à la voile” sont en cours avant de prendre la mer pour presque un mois.

Transoceanic

La cargaison

A l’heure actuelle, les diverses marchandises sont en cours de préparation et de labellisation chez les quelque 20 producteurs locaux qui viendront livrer le navire au fur et à mesure des escales. Près de 40 références de vins, mais également des conserves de légumes ou de poissons, de la bière, de la laine mais ou du thé livré à la voile depuis les Açores et du chocolat de République Dominicaine seront ainsi chargés à bord du grand voilier.

Avec en tout une vingtaine de tonnes de marchandises transportées sur environ 1 200 milles, cette ligne, désormais régulière, de cabotage breton au sens large, permettra une économie allant jusqu’à 10 tonnes de CO2, qui sera certifiée par le label “Transporté à la voile”.

Les Distributeurs

Tout autour de la Bretagne, près d’une cinquantaine d’établissements feront confiance au transport à la voile pour s’approvisionner en produits lointains, par la force du vent. Aux escales, les Distributeurs seront livrés jusqu’au dernier km “Zéro Emission” grâce à un Kangoo utilitaire électrique offert par Renault. (suite…)