Mignoned ar brezhoneg : Faire vivre le breton au quotidien

Mignoned ar brezhoneg : Faire vivre le breton au quotidien

Bretagne Prospective vous propose à nouveau d’embarquer à la rencontre de certains de ceux qui choisissent de s’identifier à cette région qui bouge.

Pour cette sixième escale de « construire une réalité utile », nous découvrons l’association « Mignoned ar brezhoneg » basée  à Vannes (Propos recueillis auprès de Divi Kerneis).

La vie et l’avenir d’une langue s’apprécient à leur degré d’intégration dans la vie quotidienne. Un enjeu fondamental pour la langue bretonne, dont le nombre de locuteurs a diminué de près de 16% entre 1997 et 2018 (selon sondage TMO). La plateforme « Stal.bzh », sera lancée le 8 Juin prochain lors de Gouel Broadel ar Brezhoneg (La fête de la langue bretonne) à Langoned, par l’association « Mignoned ar brezhoneg ». Ce projet propose de relever ce défi et de mettre en lumière les entreprises qui font le choix de soutenir, de porter et  faire vivre la langue bretonne au quotidien.

Relever le défi de la langue

Fondée en 2013 avec la volonté « d’être un outil au service de la langue », l’association « Mignoned ar brezhoneg » (littéralement « les amis de la langue bretonne ») s’engage sur les cinq départements pour la réappropriation du breton par la société civile et notamment  par les entreprises.

Et c’est justement vers ces dernières que se positionne aujourd’hui l’association qui compte 38 membres. Certes, de nombreuses structures font un travail quotidien formidable pour la promotion de la langue, son enseignement et son animation. Mais le monde économique reste encore largement inexploré. Pourtant, un nombre croissant de professionnels n’hésitent plus à franchir le pas et utilisent le breton dans leur communication voire dans la vie interne de leur société.

La langue dans le monde économique

C’est fort de ce constat que l’association, dont les bureaux sont installés à Vannes, a décidé d’accompagner les acteurs. Son réseau de professionnels bilingues lui permet de proposer des services de qualité pour la conception et la traduction de campagnes de communication.

Vecteur de différenciation positive, le breton est générateur de valeurs tant symboliques qu’économiques. En effet, il recèle de véritables pépites de marketing pouvant booster l’économie locale en assurant à la langue un bel avenir.

Mettre en lumière les bonnes initiatives

Aujourd’hui, l’association déclarée d’intérêt général, se lance un nouveau défi avec le lancement en Juin prochain de la plateforme « Stal.bzh ». Il s’agit de mettre en lumière tous les amis de la langue dans le monde économique. Qu’elles soutiennent la langue ou l’utilisent dans leur quotidien, nos entreprises sont d’ores et déjà invitées à  s’inscrire. Les utilisateurs du site, bretonnants ou non, pourront ainsi diriger leurs actes d’achat vers ces entreprises.

Un mariage unique en Bretagne mais qui connaît déjà un très large succès au Pays Basque où « l’eusko » (une monnaie locale) valorise l’économie en langue basque.

Avec « Stal.bzh », nous pourrons donc très prochainement soutenir notre économie, notre culture et notre langue pour faire grandir la Bretagne.

En savoir plus

Loïck Roulaud

Articles précédents :

Babigoù Breizh : le breton comme un jeu d’enfant !

Breizh Barter : ça troque en Bretagne !

Breizh Wash : la lessive qui prend soin de la Bretagne

A la rencontre de « Reder Bro »

A la rencontre du .bzh

Bretagne Prospective sur Tébéo

Bretagne Prospective sur Tébéo

Mercredi 20 Mars 2019, Loïck Roulaud, chargé de mission au sein de Bretagne prospective, était sur le plateau de l’émission « l’instant T » pour évoque la question du « Breizh marketing ». Une réflexion qui suit un travail de plusieurs mois de l’association sur le terrain à la rencontre des acteurs qui s’identifient à cette région qui bouge.

Voir la vidéo 

Marques. Le mot « Breizh » est-il vendeur ?

Marques. Le mot « Breizh » est-il vendeur ?

Le Brestois Loïck Roulaud a travaillé, pendant quatre mois, au sein du laboratoire d’idées Bretagne prospective, sur une étude portant sur l’utilisation des mots « Breizh » et « Bretagne » dans les noms des entreprises. Il anime ce jeudi à Quimper une conférence sur la question (*).

Combien d’entreprises ont le mot « Breizh » dans leur nom ?

Nous pouvons avoir un ordre d’idée par le biais d’indicateurs comme le greffe des entreprises ou encore l’Inpi (Institut national de la propriété intellectuelle, NDLR). Ils comportent des limites car certains artisans ne vont pas voir l’intérêt de protéger leur nom de marque. Sur l’Inpi, 789 entités sont enregistrées en « Breizh » et 951 pour « Bretagne ». Quand on parle de marketing et ancrage régional, on élimine l’île de France et Paris, qui sont des objets internationaux. Paris, par exemple, est recensé 14 000 fois. En guise de comparaison, pour la Corse et le Pays Basque, les chiffres sont nettement inférieurs : 500 pour Corse et 200 à 300 pour Pays Basque. Le phénomène s’inscrit vraiment en Bretagne, d’une manière très forte que l’on ne retrouve pas forcément dans d’autres régions.

Voir l’intégralité de l’article

Article d’Hélène Caroff publié sur Le Télégramme

 

L’Avion de papier propose des livres pour enfants à 2€, imprimés en Bretagne

L’Avion de papier propose des livres pour enfants à 2€, imprimés en Bretagne

Mettre à la portée du plus grand nombre d’enfants des histoires intelligentes les ouvrant au monde, telle est l’ambition de L’Avion de papier. En pleine prospection pour densifier son réseau de points de vente, la maison d’édition prépare aussi une nouvelle collection autour de l’environnement.

Ca n’est pas donné à tout le monde d’assurer la promotion de son entreprise durant… « Question pour un champion ». Sébastien Quéré l’a fait récemment et a reçu de nombreux appels au lendemain de son passage dans l’émission phare de France 3.

Il faut dire que le pitch de L’Avion de papier a de quoi séduire. La jeune entreprise quimpéroise édite des livres pour enfants (de 3 à 10 ans), fabriqués en Bretagne et vendus à 2 €.

L’intégralité de l’article

Article de Julie Menez publié sur le site de La Bretagne Economique

L’ ADN breton, un atout pour le management de demain ? Mercredi 10 avril de 18h30 à 19h45 en gare de Rennes

La littérature est très riche au sujet du manager de demain qui devra piloter par le sens, être agile, travailler avec plus d’horizontalité et de collaboratif… Au regard des organisations actuelles, ces nouvelles orientations sont perçues comme un véritable changement de cap.

Plusieurs adhérents de Bretagne Prospective ont souhaité se pencher sur ces évolutions et les croiser avec les valeurs qui font l’identité de la culture bretonne. Après plusieurs séances de travail sur le thème « culture bretonne et management », ils nous livreront leurs pistes de réflexion qu’ils partageront avec Franck ZAL, chercheur et fondateur de la société Hemarina, basée à Morlaix et dont les innovations médicales proposées à partir d’un ver marin intéressent aujourd’hui le monde entier !

Vous voulez en savoir plus ? Nous vous donnons rendez-vous le 10 avril à 18h30 en gare de Rennes.

Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire auprès de contact@bretagne-prospective.bzh