Sea tech week : des bioressources marines tournées vers la santé

Sea tech week : des bioressources marines tournées vers la santé

Et si le métabolisme de l’huître creuse offrait des pistes afin de lutter contre le développement des cellules cancéreuses ? Une équipe du laboratoire de physiologie des invertébrés marins de l’Ifremer travaille le sujet depuis moins d’un an. « L’huître creuse utilise des mécanismes qui miment le mode de fonctionnement d’une cellule cancéreuse », résume Charlotte Corporeau qui a déjà obtenu le soutien de la fondation ARC afin de démarrer les travaux. Biologistes marins et biologistes santé profitent de ce forum à Brest pour croiser leurs données et leurs connaissances. « Une fois que nous aurons plus distinctement identifié les mécanismes en vigueur dans l’huître (contrôle-t-elle comme nous le pensons l’effet Warburg ?), nous tenterons d’identifier les molécules de défense que produit ce coquillage soumis à des conditions si particulières dans son milieu. On trouvera peut-être un moyen de mieux contrôler le métabolisme et l’évolution des cellules cancéreuses chez l’homme, afin de limiter leur croissance et leur développement à travers le corps (métastases) ».

L’intégralité de l’article

Article du Télégramme publié sur meretmarine.com

Normandie : la réunification qui fait du bien

Normandie : la réunification qui fait du bien

Pour faire émerger une identité culturelle et économique normande, l’action menée depuis presque trois ans joue autant sur « l’exaltation » du sentiment régional que sur l’investissement massif dans des domaines clés. Les dispositifs d’aide et d’accompagnement des entreprises ont été regroupés ou créés sous forme de guichet unique.

« Mon objectif, c’est de faire en sorte qu’on soit fier d’être normand comme on est fier d’être breton. C’est un moteur pour booster l’économie régionale et la faire entrer dans une dynamique porteuse. » S’ils ont de quoi réjouir ses voisins armoricains, les mots d’Hervé Morin, président de la Région Normandie, unifiée dans le cadre de la réforme territoriale de 2015, résument assez bien l’action menée depuis presque trois ans.

L’intégralité de l’article

Article de Pascale Paoli-Lebailly publié sur latribune.fr

Bretagne : révolutionner les filières, inventer de nouvelles solidarités

Bretagne : révolutionner les filières, inventer de nouvelles solidarités

Fière de son particularisme, tournée vers l’océan, la Bretagne n’a pas changé de périmètre dans la réforme territoriale. Défendant une identité positive et ouverte, elle avance ses pions en travaillant en réseau et en innovant tous azimuts.

Son dynamisme est un atout. En 2017, la croissance de la Bretagne a caracolé à 2,4%, contre 1,6% au niveau national, et son taux de chômage est descendu à 7,4% (8,6% en France), au plus bas depuis 2011. Pour autant, le maintien de son périmètre à quatre départements, après la réforme territoriale de 2015, pousse la Région à élever ses objectifs pour faire la différence, voire à jouer la rupture dans certains domaines afin d’accroître son attractivité.

L’intégralité de l’article

Article de Pascale Paoli-Lebailly publié sur latribune.fr

Immobilier. La double fracture bretonne

L’immobilier en Bretagne présente de singuliers contrastes. C’est ce qui ressort des chiffres fournis par l’association des notaires bretons (cinq départements) qui vient de détailler l’évolution des prix de vente. La première tendance marquée est l’accentuation du fossé entre les métropoles, comme Nantes et Rennes, et certains secteurs ruraux. D’un côté, une pression de plus en plus forte qui fait grimper les prix dans ces villes économiquement très dynamiques et dopées par les nouvelles liaisons de TGV. De l’autre, des zones rurales où la désertification entamée de longue date est accentuée par la disparition progressive de certains services publics. Le constat vaut aussi pour certaines villes moyennes dont l’immobilier s’est dégradé ces dernières années. En une année, on peut enregistrer des baisses moyennes pouvant aller jusqu’à 10 ou 15 % dans certaines zones rurales, des chiffres diamétralement opposés aux hausses enregistrées dans les deux principales métropoles de l’ouest.

L’intégralité de l’article

Article de René Perez publié sur bretagne-bretons.fr

Xankom, le petit opérateur qui connecte l’Ouest breton

Xankom, le petit opérateur qui connecte l’Ouest breton

Depuis Guipavas (Finistère), Xankom a fait le pari de résorber le problème des zones blanches de l’Ouest breton. Neuf ans après sa création, l’entreprise est en forte croissance et est devenue un véritable opérateur de services web et infrastructure.

« Nous raccordons à l’internet haut débit les zones où les gros opérateurs télécoms ne vont pas », résume Gabriel Francheteau, directeur technique et cogérant de Xankom. L’aventure a commencé il y a neuf ans à la demande du maire de Bodilis, une commune qui n’avait pas accès au haut débit. « Nous avons installé une antenne sur son clocher et son château d’eau pour créer un réseau Wi-Fi HD propriétaire sur la commune. Les maires d’autres villages isolés se sont ensuite passés le mot ».

L’intégralité de l’article

Article de Jean-Marc Le Droff publié dans le Journal des Entreprises

Dispak : un nouveau média en ligne pour les brittophones

Dispak : un nouveau média en ligne pour les brittophones

Les médias en ligne sont légion. Les médias en breton sont plus rares, mais ils existent aussi. Mais un média en ligne, uniquement en breton, « cela manquait » pour les fondateurs de Dispak. Au club de la presse de Rennes, ils présentaient aujourd’hui les grandes lignes de leur média.

Aidés d’un projecteur, la conférence de presse commence. Trois femmes et un homme, tous jeunes, nous accueillent. Sont présents le magazine Bremañ, Ouest-France et nous, Le Peuple breton. « Nous proposons un média en langue bretonne sur les thèmes du monde d’aujourd’hui », lance Soazick. Au total, ce sont une quinzaine de brittophones qui travaillent depuis presque un an pour lancer Dispak.

L’intégralité de l’article

Article de Gael Briand publié dans Le Peuple Breton