Plus de 6.400 noms de domaine ont déjà adopté le «.bzh »

Plus de 6.400 noms de domaine ont déjà adopté le «.bzh »

Article de Jérôme Gicquel paru sur le site de 20 minutes

Ouvert d'abord aux entreprises et associations depuis septembre, l'extension .bzh est accessible aux particuliers depuis fin 2014. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Ouvert d’abord aux entreprises et associations depuis septembre, l’extension .bzh est accessible aux particuliers depuis fin 2014. – C. Allain / APEI / 20 Minutes

Une petite vague déferle depuis près de deux ans sur l’Internet mondial avec l’apparition de noms de domaine qui sentent bon l’air marin. Ouverte depuis septembre 2014 aux entreprises et depuis décembre de la même année aux particuliers, l’extension régionale « . bzh » a déjà enregistré plus de 6.400 noms de domaines.

Un bon début mais qui reste toutefois assez loin de l’objectif « des 20.000 noms de domaines d’ici trois ans » que s’était fixée l’association Point BZH en septembre 2015, au moment de l’enregistrement du 5.0000e  nom de domaine. « La croissance se poursuit quand même et nous sommes aussi dépendants de la conjoncture économique », souligne David Lesvenan, président de l’association.

L’intégralité de l’article

Langouët, en Bretagne, première commune rurale en France à emprunter à ses habitants

Langouët, en Bretagne, première commune rurale en France à emprunter à ses habitants

Article de Brigitte Hug sur le site de France Bleu

LangouetDepuis fin 2015, un décret permet aux collectivités locales d’avoir recours au financement participatif. Il est peu utilisé. Langouet, petite commune rurale de 650 habitants, au nord de Rennes, l’a expérimenté et le succès a dépassé les espérances.

Langouët est reconnu pour ses engagements écologiques. La petite commune a déjà sa cantine 100% bio, sa propre production électrique et deux lotissements écologiques mais elle veut aller plus loin et lance un nouveau programme d’habitats avec zéro pollution et 100% de matériaux réutilisables. « On essayait d’être le moins possible impactant pour l’environnement et on s’est dit qu’on pouvait allait plus loin. », souligne le maire, Daniel Cueff. Il n’a d’ailleurs pas eu froid aux yeux et a fait appel à une équipe de 10 ingénieurs et architectes pour ce nouveau projet. L’étude doit être remise en novembre. Elle coûte 145 000 euros. La commune a obtenu un peu plus de 100 000 euros de subventions. Le reste, elle l’a emprunté à ses habitants. « Nous voulions associer les habitants et c’était une bonne manière de le faire. »

L’intégralité de l’article

Comment anticiper les transformations des activités individuelles et collectives par la blockchain ?

Du 16 au 20 janvier, pour la 7e année consécutive, une centaine d’étudiants appartenant à plusieurs masters 2 des Universités de Rennes 1 et Rennes 2 vont travailler ensemble dans un cadre pluridisciplinaire et en contrainte temporelle (une semaine) pour traiter d’un sujet d’intérêt pour le territoire et les entreprises dans une logique d’anticipation et d’innovation. Pour cette édition, les étudiants auront à traiter des impacts possibles de la technologie Blockchain sur les activités individuelles et collectives.

Fabrique de projets – Blockfest 1 1 – présentation publique 12 janvier 2017

Comment les entrepreneurs bretons tentent d’éviter une nouvelle affaire Lactalis

Article de Gaëlle Fleitour sur le site de l’Usine Nouvelle

Pour apaiser les tensions entre agriculteurs, industriels et grande distribution, l’association Produit en Bretagne expérimente un forum réunissant tous les grands acteurs bretons du secteur agroalimentaire.

L’été dernier, le conflit entre le géant Lactalis et les éleveurs laitiers du grand Ouest avait enflammé le secteur agroalimentaire. Exemple médiatisé des tensions qui règnent entre agriculteurs, industriels et grande distribution. Alors que la Bretagne est la première région agroalimentaire française, l’association Produit en Bretagne, qui représente 380 entreprises bretonnes (à 37 % dans l’agroalimentaire), a décidé de s’emparer du problème sous la houlette de son nouveau président, Loïc Hénaff, par ailleurs président du directeur de l’entreprise éponyme. Lors d’une conférence organisée à la Maison de la Bretagne à Paris, mardi 10 janvier 2017, ce dernier a détaillé l’initiative lancée discrètement depuis juillet 2016 : le Forum Agro Agri Distri.

L’intégralité de l’article

Treffieux (44) : des matériaux écologiques et locaux et un chantier participatif pour la future école

Treffieux (44) : des matériaux écologiques et locaux et un chantier participatif pour la future école

Article publié sur le site de Bruded

treffieuxAprès la construction d’une nouvelle mairie en 2015, la municipalité de Treffieux (située entre Nozay et Châteaubriant) est engagée dans un nouveau chantier pour la création d’un groupe scolaire.

Au menu : participation de parents bénévoles et de travailleurs en insertion et mise en oeuvre de matériaux biosourcés ! Le nouveau groupe scolaire comprendra un restaurant scolaire avec possibilité de cuisine sur place, un accueil périscolaire (36 places) et la nouvelle école publique qui comptera trois classes. Ce projet est « un pari sur l’avenir, qui a vocation à répondre aux attentes des deux écoles », précise le maire René Bourrigaud.

L’intégralité de l’article

En Bretagne, des fragilités sociales très présentes dans les quartiers de la politique de la ville et plus diffuses dans leur environnement urbain

Par Serge Le Guen, Insee

La Bretagne compte désormais 32 quartiers de la politique de la ville (QPV), regroupant près de 90 000 habitants. Comme dans les autres régions, la population de ces quartiers présente des spécificités : plus touchée par la pauvreté, elle est également plus jeune et compte davantage de familles nombreuses ou monoparentales et d’étrangers. Son insertion sur le marché du travail est également plus difficile en raison notamment de niveaux de qualification plus faibles. (suite…)