Prix du galo-priz du galo

Prix du galo-priz du galo

Découvrez les initiatives primées par les Prix du gallo – Priz du galo cette année ! La remise des prix a eu lieu le vendredi 21 décembre.

Les prix du gallo distinguent chaque année les actions les plus pertinentes et innovantes en faveur de la transmission et de l’utilisation du gallo. Ils seront remis cette année dans cinq catégories :

Prix de la collectivité – Priz de l’aguerouéy
Prix de l’entreprise ou de l’association – Priz de l’enterprinze ou de la souéte
Prix de l’action culturelle- Priz de la fezerie qhultura
Prix de l’avenir du gallo- priz de l’aviendr du galo
Prix du·de la gallophone de l’année- priz du galozou ou de la galozouère de l’année

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site de la Région Bretagne

39 événements financés pour la 11e fête de la Bretagne

39 événements financés pour la 11e fête de la Bretagne

La Fête de la Bretagne revient pour sa 11e édition du 17 au 26 mai 2019. Suite à l’appel à projets lancé en juillet 2018, 39 projets d’événements bénéficieront d’un soutien particulier de la Région !

Plus de 56 structures ont postulé à l’appel à projets lancé l’été dernier auprès de tous ceux qui souhaitaient proposer un événement pour la Fête de la Bretagne 2019 ! Parmi les projets retenus, 33 projets candidats à l’appel à projets Bretagne et 6 à l’appel à projets France. Les 39 lauréats se partageront donc une aide régionale totale de 180 000 €.

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site de la Région Bretagne

Brest : Charles Cabillic, le digital, c’est sa passion et son business

Brest : Charles Cabillic, le digital, c’est sa passion et son business

AlloVoisins à Nantes, West Web Valley à Brest (Finistère), c’est lui et son groupe W3. Charles Cabillic l’a créé en 2009 pour regrouper ses activités dans le secteur digital.

AlloVoisins, la plateforme d’échanges de services, s’appuie sur une communauté de 2,6 millions de membres. Elle emploie 20 personnes à Nantes (Loire-Atlantique). « Cette année, elle fait travailler plus de 1 200 personnes : particuliers, entreprises, auto-entrepreneurs… », se félicite Charles Cabillic, le fondateur du groupe W3 installé à Guipavas (Finistère) dont dépend AlloVoisins.

L’intégralité de l’article

Article de Matthieu Gain publié sur cotebrest

Ty kdoz stimule le commerce local

Ty kdoz stimule le commerce local

Ty Kdoz est le chèque cadeau départemental permettant de créer du lien entre toutes les entreprises morbihannaises. Les employeurs morbihannais bénéficient des exonérations sociales en vigueur en achetant ces chèques pour leurs salariés. Cette valeur offerte aux collaborateurs est dépensée au bénéfice de l’économie morbihannaise, dans les commerces locaux. Le tout avec un service créé localement et à moindre frais. Un cercle vertueux pour booster l’économie locale est ainsi enclenché.

L’intérêt de Ty Kdoz ? Pouvoir être dépensé aussi bien dans les pôles urbains que dans les territoires ruraux, aussi bien dans les grands que dans les petits commerces, ainsi qu’auprès des activités de loisirs et culturelles.

L’intégralité de l’article

Article publié sur morbihan.cci.fr

Les entrepreneurs bretons moins confiants en leur territoire malgré un attachement toujours fort

Les entrepreneurs bretons moins confiants en leur territoire malgré un attachement toujours fort

La Fondation MMA des Entrepreneurs du Futur dévoile les résultats de son baromètre sur l’attractivité du territoire pour entreprendre, mené au niveau national mais également en régions.

La seconde édition de cette étude montre que 92 % des entrepreneurs bretons sont attachés à leur territoire. Cependant, les atouts de ce territoire sont moins bien perçus qu’en 2017 notamment le cadre de vie (-7 points) et le dynamisme économique (-9 points). 36 % des entrepreneurs de la région jugent le contexte économique moins propice à la création d’entreprise qu’il y a 12 mois.

Un attachement au territoire fort malgré des atouts moins bien perçus

En Bretagne, les entrepreneurs revendiquent un lien fort avec leur territoire puisque 92 % disent y être attachés, principalement pour des raisons personnelles (52 %) ou liées au dynamisme économique (39 %). Un attachement plus marqué qu’au national (84 %).

L’intégralité de l’article

Article publié sur abp.bzh