En Bretagne, l’innovation fait recette

En Bretagne, l’innovation fait recette

En Bretagne, l’agroalimentaire monte en gamme grâce à de jeunes entreprises à la recherche de créneaux à forte valeur ajoutée. C’est vrai aussi dans la broderie et le travail du cuir.

Combien de salariés travaillent dans le luxe en Bretagne ? Les statistiques sont imprécises sachant que l’emploi y est très diffus. Le nombre de plus de 3 000 collaborateurs est évoqué. Certaines entreprises commencent à faire référence.

L’intégralité de l’article

Article de Stanislas du Guerny publié sur usinenouvelle.com

Langue bretonne. Le cri d’alarme des associations

Langue bretonne. Le cri d’alarme des associations

Pour les associations de défense de la langue bretonne, si l’on veut encore entendre parler breton dans la région, il faudrait former 5 000 nouveaux locuteurs par an, contre 500 actuellement. Dénonçant l’inaction du Conseil régional de Bretagne, elles ont établi un plan d’actions. Elles espèrent être entendues par les élus.

« Que la langue bretonne soit toujours en vie est un miracle. » C’est un véritable cri d’alarme que relaie Fulup Kere, directeur de DAO, centre de coordination des formations en langue bretonne.

L’intégralité de l’article

Article de Philippe Créhange publié sur letelegramme.fr

Les écoles en langue régionale « craquent » sous la demande

Les écoles en langue régionale « craquent » sous la demande

Au Pays basque notamment, les établissements qui pratiquent un enseignement dit « immersif » anticipent une rentrée des classes « sous tension ».

La préparation de la rentrée donne des sueurs froides aux « ikastola », ces écoles en langue basque qui se battent pour que les emplois alloués par l’Etat soient à la hauteur des demandes d’inscriptions. « Aurons-nous assez d’enseignants ? », s’inquiète-t-on au sein de l’association Seaska qui les fédère. « Il nous faut trente postes pour la rentrée, quand l’éducation nationale ne nous en accorde que dix », chiffrait en juin Paxkal Indo, son président. Près de dix autres postes ont, depuis, été débloqués pour ce réseau.

L’intégralité de l’article

Article de Mattea Battaglia et Michel Garicoïx publié sur lemonde.fr

Pourquoi choisir l’extension .bzh pour son nom de domaine ?

Pourquoi choisir l’extension .bzh pour son nom de domaine ?

Lorsque l’on parle de noms de domaines de sites internet et d’adresses e-mail, l’extension ce sont les quelques lettres qui se trouvent après le point, en fin d’adresse.

Il existe environ trois mille extensions de noms de domaines actuellement. Ces extensions de noms de domaines se classent globalement en deux catégories. D’abord les extensions dites « génériques ». La plus connue et commune est le .com comme commercial. Vous connaissez aussi les .org dédiées aux organisations à but non commercial. Puis les .net, .edu, .gouv pour les sites gouvernementaux, etc …
Par ailleurs, l’autre catégorie rassemble les extensions dites « géographiques » des noms de domaines. Dont le .dk pour le Danemark, le .ie pour l’Irlande et le .cat pour la Catalogne. Également le .sco pour l’Écosse, le .cymru pour le Pays de Galles. Enfin, notre .bzh pour la Bretagne.

L’intégralité de l’article

Article de Rémy Penneg publié sur nhu.bzh