L’union Groupe d’aucy-Triskalia s’appellera Eureden

L’union Groupe d’aucy-Triskalia s’appellera Eureden

Ce jeudi 31 janvier, Groupe d’aucy et Triskalia ont levé le voile sur le nom de leur future union qui s’appellera Eureden.

Rien d’étonnant à la consonance bretonne de la nouvelle entité coopérative polyvalente, Eureden, puisqu’elle est le fruit du rapprochement entre deux grands groupes coopératifs bretons : Groupe d’aucy (siège social à Theix, dans le Morbihan) et Triskalia (siège social à Landerneau, dans le Finistère). Ce nom vient du breton « euredenn » qui signifie mariage, alliance, et synonyme également de bonheur, chance pour « eure » et grain de blé pour « edenn ».

L’intégralité de l’article

Article d’Hélène Laurandel publié sur Agrodistribution Actualités

Alternatives à la voiture : les zones rurales expérimentent

Alternatives à la voiture : les zones rurales expérimentent

Moins bien pourvues en transports en commun que les villes, les zones rurales innovent pour offrir des alternatives à la voiture individuelle. Exemples avec le département du Nord et le Pays de Ploërmel, lauréat de French mobility.

« Sur notre territoire, les déplacements en voiture sont faciles, voire trop faciles, ce qui limite la recherche d’alternatives pour se déplacer ». Pierrick Allard, directeur du pays de Ploërmel – cœur de Bretagne (Morbihan), résume en quelques mots la difficulté qu’ont les zones rurales à promouvoir les alternatives à la voiture. Ainsi, selon une étude de l’observatoire de la mobilité émergente, 73 % des habitants des zones rurales ont un usage quotidien de la voiture, contre 28 % dans les villes centres des métropoles. L’absence d’alternatives, mais aussi parfois la facilité et la liberté qu’offrent les déplacements en voiture freinent le développement d’une mobilité plus durable. Pourtant, le budget carburant pèse sur le pouvoir d’achat des ménages et les enjeux environnementaux accentuent la nécessité de changer de modèle de mobilité.

L’intégralité de l’article

Article de Sophie Fabrégat publié sur actu-environnement.com

L’indispensable relance du projet maritime breton.

L’indispensable relance du projet maritime breton.

La Bretagne oubliée des nouvelles cartes maritimes de l’Europe : faisons le point.

Confrontée au Brexit et à la nécessité de développer des liaisons maritimes directes entre l’Irlande et l’Europe, la Commission Européenne avait souhaité renforcer les grands ports de Rotterdam et Anvers en oubliant les ports du Nord-Ouest de la France et, plus encore, les ports bretons. Le 10 janvier, suite à l’action de plusieurs députés européens, le Parlement Européen a voté l’intégration de ces ports oubliés dans le « réseau central », ce qui leur donnerait un accès à une enveloppe de subventions européennes. Cependant, comme toujours en Europe, la décision finale appartiendra aux États nationaux et au Conseil européen.

Lire l’intégralité de l’article

Article rédigé par François Arbellot-Repaire publié sur www.nhu.bzh

L’indispensable relance du projet maritime breton.

La Bretagne oubliée des nouvelles cartes maritimes de l’Europe

Confrontée au Brexit et à la nécessité de développer des liaisons maritimes directes entre l’Irlande et l’Europe, la Commission Européenne avait souhaité renforcer les grands ports de Rotterdam et Anvers en oubliant les ports du Nord-Ouest de la France et, plus encore, les ports bretons. Le 10 janvier, suite à l’action de plusieurs députés européens, le Parlement Européen a voté l’intégration de ces ports oubliés dans le « réseau central », ce qui leur donnerait un accès à une enveloppe de subventions européennes. Cependant, comme toujours en Europe, la décision finale appartiendra aux États nationaux et au Conseil européen.

Mais ce choix de la Commission Européenne est-il si étonnant compte tenu de la faiblesse des « grands ports » français et de leurs connexions ?

L’intégralité de l’article

Article de François Arbellot-Repaire publié sur nhu.bzh

Pourquoi les jeunes ne participent-ils pas au Grand débat ?

Pourquoi les jeunes ne participent-ils pas au Grand débat ?

Méfiance vis-à-vis de cette consultation nationale qualifiée « de poudre aux yeux », sentiment de ne jamais être écoutés, questions orientées ou déconnectées du quotidien des lycéens et étudiants… Les critiques des jeunes sur le Grand débat national sont nombreuses.

Depuis son lancement il y a huit jours, le Grand débat national voulu par le président de la République fait pas mal recette. Les rencontres se multiplient dans les communes un peu partout en France. Les habitants se pressent à chaque réunion. Et les questions de fiscalité dominent largement les discussions. Selon un récent sondage Opinionway publié mardi, 67 % des Français jugent d’ailleurs comme « une bonne chose » cette consultation nationale.

L’intégralité de l’article

Article d’Yves-Marie Robin publié dans Ouest-France

Des algues sous serres dans les terres du Léon

Passer de la culture de légumes à la culture d’algues sous serres, ce n’est pas la mer à boire. C’est du moins la conviction et l’audacieux pari de Jean-François Jacob. Le légumier du Léon, ex président de la puissante Sica de Saint-Pol-de-Léon (un millier d’adhérents) ), voulait diversifier ses activités. Mais il n’y est pas allé avec le dos de la cuillère puisque l’énorme projet qu’il conduit devrait bientôt déboucher sur la première serre de macroalgues algues au monde, à Saint-Pol-de-Léon sous l’égide de la société Berzhin-Breizh (algue bretonne), comme il l’a révélé au Télégramme.

Pour un légumier, cela paraît un brin extravagant mais n’est-on pas ici sur les terres de ces paysans qui ont naguère créé la Brittany Ferries, aujourd’hui première compagnie française de transport de passagers ? De la terre à la mer, il n’y a qu’un pas. Et vice-versa dans ce pays de terriens marins.

L’intégralité de l’article

Article de René Perez publié sur bretagne-bretons

A quand un gérontopole breton ?

A quand un gérontopole breton ?

En Bretagne, les chiffres prévisionnels du vieillissement de la population sont connus et tout est en place pour affronter ce qui n’est pas un problème mais bien un défi. Le nombre des plus de 60 ans va augmenter d’un tiers d’ici 2040 et la population des plus de 75 ans va doubler[1]. A moins d’un incident démographique majeur, on sait que la prospective démographique est la plus fiable et pour répondre à cette situation, un seul mot est nécessaire : l’anticipation. Or, les différentes collectivités ont plutôt eu tendance à botter en touche et à reporter des décisions inéluctables.  On le constate par exemple déjà avec des problèmes d’accès et de soins pour les personnes de grands âges (les « déserts » médicaux, les limites des structures EHPAD insuffisantes pour des raisons de place et de coûts à accueillir tout le monde, etc.). Il est désormais certain que les solutions ne viendront pas uniquement des collectivités mais aussi d’une capacité des différents acteurs à s’organiser, voire se saisir de cet enjeu avec un autre regard[2].

C’est exactement ce qu’ont réalisé les différents acteurs de « Kozh Ensemble » Il est aussi appelé le gérontopole breton puisqu’il en existe d’autres (en Pays de la Loire, à Toulouse, etc.). Toutefois, son originalité est qu’il n’est en rien une structure institutionnelle ou coûteuse. Celui de Toulouse a mobilisé 350 000 Euros dès sa première année (2007). Le projet de gérontopole des Pays de la Loire commençait par un projet pour créer une « maison de la longévité » estimé… à 3 millions d’Euros pour héberger cette nouvelle structure. (suite…)

L’hydrogène arrive, soyez prêts !

Le territoire breton croit en l’hydrogène et vous invite à venir en découvrir le potentiel.

Fabriqué par électrolyse de l’eau et à partir d’énergies renouvelables, l’hydrogène est une énergie propre. Elle peut remplacer avantageusement les énergies fossiles dans  les applications de petites, moyennes et fortes puissances : du vélo au train, en passant par les poids lourds, les chariots élévateurs et les groupes froids. Jeudi 7 février, venez découvrir et tester les solutions hydrogène dans les locaux de Morbihan Energies, 27 rue de Luscanen à Vannes.

Au programme, présentation de projets innovants de mobilité hydrogène et essais de véhicules.

Cliquez ici pour vous inscrire

Renseignements : Claudine Sauval – Tel 06 10 27 46 81 – email claudine.sauval@seiya-consulting.com

Patrimoine. Pas assez bretonne Rennes ?

Patrimoine. Pas assez bretonne Rennes ?

Des passionnés du patrimoine aimeraient que Rennes assume son identité bretonne. Ils proposent d’y installer des statues rappelant les codes régionaux. Leur projet a été retenu par la Ville pour son budget participatif.

Rennes n’est pas la Bretagne. Le reproche est souvent fait à la capitale régionale. Et plus on s’éloigne vers l’ouest, plus il est présent dans les discussions de comptoir. L’inauguration, l’année dernière, de la ligne à grande vitesse (LGV), mettant la ville à 1 h 30 de Paris, a amplifié le phénomène, laissant entendre que la ville administrée par Nathalie Appéré ne serait plus qu’une lointaine banlieue. Si cette vision relève plus de la caricature que d’une réelle étude sociologique, il n’empêche. Les Parisiens y sont effectivement de plus en plus nombreux, et la ville se densifie au risque de perdre le peu d’identité bretonne qui lui reste. C’est en tout cas le constat fait par la toute jeune Association Patrimoine Commun, créée en novembre dernier et réunissant une soixantaine de passionnés.

Voir l’intégralité de l’article
Article de Philippe Créhange publié sur Le Télégramme.