Bientôt des filets de pêche biodégradables ?

Bientôt des filets de pêche biodégradables ?

La pollution des océans par les déchets plastiques prend de plus en plus d’ampleur. Le monde de la pêche, qui perd fréquemment ses engins (filets, casiers, lignes, etc.) en mer, est très concerné par ce phénomène. C’est pourquoi le projet IndiGO vient de voir le jour. Ce projet européen qui relie scientifiques et industriels, de la Bretagne à l’Angleterre en passant par la Normandie, mène, entre autres, un très important travail d’étude et de conception de futurs filets biodégradables. Piloté par l’Université de Bretagne sud (UBS), à Lorient (Morbihan), il dispose d’un budget global de 4,2 millions d’euros (M€), subventionné par des fonds européens à hauteur de 2,9 M€.

L’intégralité de l’article

Article de Nora Moreau publié sur leparisien.fr

Veando, l’appli circuit-court de commerce de proximité née à Vannes

Veando, l’appli circuit-court de commerce de proximité née à Vannes

Veando est une application Web et mobile de l’Économie Sociale et Solidaire, créée à Vannes en novembre 2017 pour soutenir le commerce de proximité face aux géants de la vente en ligne et la prolifération des drives. Pour les commerçants, l’inscription est gratuite et va à l’essentiel : présentation de l’activité, quelques photos de la boutique, adresse et numéro de téléphone.

L’intégralité de l’article

Article de Rémy Penneg publié sur nhu.bzh

Qui veut parrainer les vieilles voiles ?

Qui veut parrainer les vieilles voiles ?

Alors que les 20 premiers bateaux de la fête viennent tout juste d’être annoncés, qu’ils soient grands voiliers, répliques, bateaux historiques ou symboliques, une belle opération de restauration des navires a également été lancée par l’organisation des prochaines fêtes maritimes de Brest (Finistère) – les plus importantes du genre en Europe -, qui se dérouleront du 10 au 16 juillet. Via le site officiel Brest 2020, les propriétaires de vieux gréements peuvent maintenant déposer un dossier de souscription afin que les particuliers puissent participer, par un don, au parrainage du bateau de leur choix. Une première.

L’intégralité de l’article

Un article de Nora Noreau publié sur leparisien.fr

Le réseau Produit en Bretagne veut devenir une signature responsable et sociétale

Le réseau Produit en Bretagne veut devenir une signature responsable et sociétale

Créé en 1993, le réseau Produit en Bretagne grandit (436 adhérents aujourd’hui) et veut devenir responsable. L’association a décidé d’inclure la Responsabilité Sociétale des Entreprises dans son cahier des charges. Désormais, les entreprises adhérentes s’engagent durablement sur la voie d’une responsabilité économique, environnementale et sociale plus marquée. Et devront prouver chaque année leur progression en la matière. Objectif visé : une Bretagne belle, prospère, solidaire, responsable et ouverte sur le monde.

L’intégralité de l’article

Article de Maude Duval publié sur bretagne-economique.com

Pour une politique agricole, alimentaire et climatique bretonne

Pour une politique agricole, alimentaire et climatique bretonne

Quatre associations bretonnes appellent le gouvernement à la régionalisation de la gestion des aides  de la politique agricole commune [Pac], sous conditions. Découvrez la lettre adressée aux ministres de l’agriculture et de l’écologie.

La réforme de la PAC [politique agricole commune,] entrée en vigueur en 1992, n’a pas permis de mettre fin aux incohérences entre les aides économiques et les incitations environnementales. Celle de 2014 a amélioré l’intégration des enjeux environnementaux, sans toutefois opérer un virage déterminant dans le soutien à la performance écologique des exploitations. L’intensification de l’agriculture bretonne doublée d’une concentration élevée des productions animales, largement encouragée par la Pac, a engendré de multiples dégradations de l’environnement en Bretagne. Cette situation doit en outre aujourd’hui s’apprécier au regard des inéluctables dérèglements climatiques à venir.

L’intégralité de l’article

En avant Guingamp. Les Kalon s’engagent en faveur de l’unité de la Bretagne

En avant Guingamp. Les Kalon s’engagent en faveur de l’unité de la Bretagne

L’association de supporteurs actionnaires d’En Avant adhère à Breizh 5 / 5, qui promeut une Bretagne réunifiée. Elle l’a annoncé avant le derby de Ligue 2 face à Lorient.

Juste avant que les joueurs guingampais ne reçoivent leur voisin du FC Lorient au Roudourou, samedi 8 février 2020, le conseil d’administration des Kalon se réunissait, au siège du club. En ce jour de derby, l’association des supporteurs et actionnaires des Rouge et Noir ont pris deux décisions symboliques, comme l’annonce son président, Arnaud Toudic : « Plus des deux tiers des Kalon sont bretons. Notre souhait, c’est de les réunir. Les derbys sont l’occasion d’une grande fête de la Bretagne. Mieux que l’affrontement, nous sommes d’abord tous bretons ». 

L’intégralité de l’article

Article de Fabrice Bernay publié sur ouest-france.fr

En Bretagne, sous la pression de l’étalement urbain, le béton gagne du terrain

En Bretagne, sous la pression de l’étalement urbain, le béton gagne du terrain

En Bretagne, deuxième région agricole de France, l’équivalent de neuf terrains de football sont bétonnés chaque jour, sous la pression de l’étalement urbain. Un phénomène qu’essaie de contenir l’établissement public foncier (EPF) de Bretagne, créé il y a dix ans.

Plus de 3 100 km2 de terres bretonnes sont d’ores et déjà transformées en zones artificielles (maisons individuelles, zones commerciales, routes, etc.) par opposition aux terres agricoles et espaces naturels. Et cette tendance augmente de 0,76% par an, soit l’équivalent de neuf terrains de football par jour, selon la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (Dréal) de Bretagne.

Article publié sur le site de France3 Bretagne

Renouveler les générations d’agriculteurs, un défi pour nourrir l’Europe

Renouveler les générations d’agriculteurs, un défi pour nourrir l’Europe

Le nombre très bas de jeunes agriculteurs, âgés de moins de 35 ans, constitue un défi pour la transition agricole et la sécurité alimentaire, s’inquiètent des sources agricoles françaises et européennes.

Qui va produire l’alimentation de demain en Europe ? Le nombre très bas de jeunes agriculteurs, âgés de moins de 35 ans, constitue un défi pour la transition agricole et la sécurité alimentaire, s’inquiètent des sources agricoles françaises et européennes.

L’intégralité de l’article

Article d’Isabelle Malsang publié sur latribune.fr

Une mutuelle collective avec Rezore Bretagne

Une mutuelle collective avec Rezore Bretagne

Après avoir compris que la moitié des habitants de la région Bretagne n’avaient pas de mutuelle, Jean-Pierre Chariou et son épouse ont eu l’idée de rassembler un nombre important de futurs adhérents et de démarcher les différentes mutuelles existantes, pour obtenir des tarifs préférentiels en échange de nombreuses adhésions.

Au début, il y a eu un accord avec GSMC Mutuelle, qui ne s’est pas pérennisé, et finalement le marché s’est conclu avec Harmonie.

Ainsi, les adhérents de l’association Rezore bénéficient d’un montant moitié moins élevé pour leurs complémentaires santé, tout en ayant les mêmes prestations.

L’intégralité de l’article

Article publié dans ouest-france