Régionalisation : la Bretagne veut tester sa différence

Régionalisation : la Bretagne veut tester sa différence

Emmanuel Macron souhaite conclure un nouveau « pacte girondin » avec les régions en permettant un droit à la différenciation. Le conseil régional de Bretagne a saisi l’opportunité. Un groupe de travail vient de remettre ce lundi un rapport contenant 29 pistes d’expérimentation.

En février dernier, en déplacement en Corse, le chef de l’Etat a souhaité donner des gages sur la décentralisation en défendant  un nouveau « pacte girondin » avec les régions. Dans ce nouveau contrat de confiance, une clause importante: le droit à la différenciation. Pour la Bretagne, souvent lestée par un jacobinisme latent, il y a donc désormais une fenêtre de tir.

L’intégralité de l’article

Article de Robin Durand publié sur le site de France 3

Le blé noir a repris des couleurs

Le blé noir a repris des couleurs

Il sert traditionnellement aux galettes bretonnes ou au kig-ha-farz mais on le décline maintenant en chips, en gâteaux ou même en bière artisanale et certains grands chefs en ont fait un produit phare, comme Olivier Bellin, à Plomodien (29) deux étoiles au Michelin.

Pas de doute, le blé noir a repris de la graine lui qui, à la fin des années 70, semblait voué à un déclin inéluctable, voire une mort prochaine. Mais la standardisation alimentaire, la mondialisation naissante et les prix de pays à bas coûts n’ont pas tout emporté. Le blé noir breton a su résister, porté par la création d’une association, Blé noir Tradition qui a récemment fêté ses trente ans dans un contexte nettement plus porteur qu’à l’époque de sa naissance.

L’intégralité de l’article

Article de Pierre Vincent publié sur bretagne-bretons.fr

L’eau : un enjeu majeur pour le légume breton

L’eau : un enjeu majeur pour le légume breton

Les Bretons ont besoin d’eau ? Leurs légumes oui ! Les légumiers réclament un accès à l’eau pour assurer la pérennité de la filière. Si la bonne volonté est de mise pour protéger la ressource, respecter les règles et protéger l’environnement, les demandes d’autorisation de retenues collinaires se font, elles, très pressantes.
Et oui, herbe et légumes ne poussent pas tout seuls en Bretagne, malgré une pluviométrie record à faire pâlir les producteurs du Sud-Ouest…

L’intégralité de l’article

Article de Hélène Bonneau publié sur le site Terra.bzh

 

Pour une météo bretonne de précision : aux décideurs de jouer

Pour une météo bretonne de précision : aux décideurs de jouer

« On n’a pas été prévenu », disent les habitants. « Il n’y avait pas moyen de prévoir », répondent les élus. « Pour un orage, ce n’est pas possible car le degré de fiabilité des prévisions n’est pas suffisant », dit à la télé un météorologue. Soit.

Il est possible de rester les bras plus ou moins ballants devant ces fatalités. Toutefois, il reste aussi curieux en 2018 de voir différents cafouillages dans les transmissions (à Plérin par exemple, entre les services de la Préfecture, la mairie et la population), voire de constater qu’à Morlaix ou Dinard les gens n’avaient qu’à plonger dans leurs bottes au dernier moment. Comme ailleurs en France, la vague des orages a, certes, été exceptionnelle et il reste très difficile de prévoir des trombes si soudaines. A l’inverse, plus les prévisions sont certifiées à l’échelle locale (le « sur-mesure »), moins on a de chances de se tromper.

Dans ce cadre, on a plusieurs fois vanté la start-up « météo Bretagne » de deux jeunes passionnés de météo. On a rappelé que le climat breton était le plus complexe de France (V. Dubreuil), avec à la fois une faible variation sur l’année et une immense variabilité structurelle liées à l’originalité péninsulaire (tempêtes, amplitude des marées, etc.). On a souligné que l’échelle française était trop vaste et nébuleuse pour prendre en compte ces spécificités régionales et locales.

On sait aussi que le réchauffement climatique risque fortement de multiplier le nombre des épisodes climatiques violents, avec une fréquence répétée d’accidents (comme à Morlaix), des conséquences économiques redoutables (la dévastation de locaux, le renchérissement exponentiel du prix des assurances, un essor des risques humains, etc.).

Avec leurs 70 stations locales, ces jeunes ont été une nouvelle fois les premiers à annoncer plus justement ces orages, ont multiplié les messages plus précis de prévention, ont été sur leur pages Facebook (déjà 31 000 « j’aime ») les premiers à diffuser les premières images, tout simplement car ils en appellent à une météo très scientifique élaborée à l’aide de stations locales et non d’algorithmes. Ils mettent aussi en place une météo participative (chacun peut poster ses photos ou vidéos) plutôt que descendante. Ils sont déjà dans le monde de demain, créant la maîtrise de l’environnement pour plus de développement.

Tout va bien ? Ils font des prouesses avec leurs 70 stations. Toutefois, de façon incompréhensible, les mairies bretonnes suivent peu (environ 1 000 Euros l’équipement !). Pas de station à Morlaix. Pas de station à Brest. Aucune dans le cap Sizun ou dans la presqu’île de Crozon. Alors que le secteur de Dinan-Saint-Malo par exemple est bien maillé, un vide surprenant concerne tout l’est de l’Ille-et-Vilaine et le Kreiz Breizh.

Ce n’est pas trop le style de la maison de faire la promotion d’une société, association ou entreprise. A l’inverse, on est surpris de voir le peu de réactions des élus bretons, voire leur apathie, alors que ce projet prouve sa performance (ils aident désormais la météo sur différentes chaînes bretonnes), qu’il est multi-services (par exemple pour informer en direct dans la commune les habitants sur « le temps qu’il fait », annoncer sur certains panneaux numériques en direct les risques, etc.). Le rêve de ces météorologues et prévisionnistes est d’avoir au moins une station par commune, de progresser sur la prévision, d’avoir une météo enfin fiable sur toute la Bretagne. C’est une réponse au fonctionnement des nouvelles sociétés et une solution pour demain. Au lieu de croire encore comme beaucoup à des météos pyramidales et des précisions descendantes « parce que cela a toujours été comme cela », la construction de cet outil mariant le global  (la précision satellitaire dont ils disposent) au local (des stations décentralisées en open source, la participation de la population) serait certainement une première mondiale. Vu les budgets nécessaires, n’est-il pas temps en 2018 d’en cesser avec ces discours fatalistes répétant « qu’on n’y peut rien ». Si les décideurs se bougent, le ciel nous tombera moins vite sur la tête.

(((Lien site)))

Bretagne Prospective

 

 

 

Innovation. Un Pôle mer Bretagne Atlantique au plus près des entreprises

Innovation. Un Pôle mer Bretagne Atlantique au plus près des entreprises

En direct des quais. Soucieux de se positionner au plus près de ses adhérents et partenaires, le pôle de compétitivité Pôle mer Bretagne Atlantique s’est réuni, vendredi, au Guilvinec. Objectif : dynamiser la Croissance Bleue en donnant une large place à l’innovation.

Le Pôle de compétitivité mer Bretagne Atlantique, basé à Plouzané a pour objectif de dynamiser la Croissance Bleue en donnant une large place à l’innovation qu’il accompagne, de Saint-Malo à Nantes, en s’appuyant sur un tissu industriel aussi dynamique qu’éprouvé, dense, et soutenu par des partenaires publics et privés. Son fer de lance c’est l’émergence de projets innovants qu’il labellise, porte et accompagne en Bretagne et Pays de la Loire.

L’intégralité de l’article

Article publié dans Ouest-France

Klaxoon cartonne. 43 millions pour la pépite rennaise

Klaxoon cartonne. 43 millions pour la pépite rennaise

C’est l’une des plus belles pépites de la Breizh Tech ! Et un nom très usité pour un autre usage mais désormais en passe de devenir une véritable marque de fabrique. Klaxoon est décidément née sous une bonne étoile. Sa trajectoire est fulgurante, son succès gagne tous les continents et elle vient de réussir à lever 43 millions d’euros (50 millions de dollars) pour conforter encore plus sa position de leader mondial. Dans quoi ? Non, pas dans le klaxon pour voitures sans chauffeur. La start-up rennaise a vite grimpé au septième ciel du numérique en misant sur un concept encore plus vieux que la première locomotive : la réunion de travail. Ce lieu de rencontre aux habitudes quasi immuables depuis deux siècles où il y a le ou les intervenants, les écoutants, les baillants et éventuellement les dormants.

L’intégralité de l’article

Article publié sur bretagne-bretons.fr

Agriloops : une ferme aquaponique en eau salée à Rennes en 2020

Agriloops : une ferme aquaponique en eau salée à Rennes en 2020

La startup installée à Rennes souhaite produire des crevettes haut de gamme, non congelées et élevées dans une démarche durable. Agriloops est en levée de fonds jusqu’en juillet pour produire son premier prototype d’aquaponie en eau salée, avant un passage à la phase industrielle en 2020.

Les carpes et les tomates font bon ménage, les saumons et les plantes aromatique filent le parfait amour. A l’heure de l’intégration de l’agriculture dans les villes, on parle de plus en plus de l’aquaponie.

L’intégralité de l’article

Article de Pascale Paoli-Lebailly publié sur le site de la Tribune

Moi Femme et Bretonne, pourquoi je n’irai jamais voir bécassine au cinéma

Moi Femme et Bretonne, pourquoi je n’irai jamais voir bécassine au cinéma

Depuis quelques jours, certains médias essayent de faire un amalgame entre indépendantistes bretons et ceux qui boycottent le film caricature bécassine du réalisateur parisien Bruno PODALYDES.
Non, il n’est en aucune manière nécessaire d’être indépendantiste breton pour ne pas souhaiter aller subir cette humiliation dans une salle noire.
Ou alors il faut être raciste pour ne pas le boycotter.

L’intégralité de l’article

Article publié sur nhu.bzh

Pour ou contre le retour de la Loire-Atlantique en Bretagne ?

Pour ou contre le retour de la Loire-Atlantique en Bretagne ?

Le week-end dernier, François de Rugy a relancé sur Twitter le débat sur le retour de la Loire-Atlantique en région Bretagne. Le député nantais (LREM) François de Rugy y répond à une question d’un internaute sur la réunification de la Loire-Atlantique avec la région Bretagne : « Le plus tôt sera le mieux », lâche celui qui est aujourd’hui le président de l’Assemblée nationale.

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site de Presse Océan

Page 1 sur 5612345102030Dernière page »