Le sel de Guérande, l’or blanc de Bretagne

Le sel de Guérande, l’or blanc de Bretagne

Après l’époque de la cueillette de dépôts naturels (vers 3000 avant JC), est venue celle de méthode ignigène (800 avant JC) qui consommait beaucoup de bois. Puis enfin la production solaire dont les origines remontent à deux mille ans. Les premiers écrits (cartulaire de Redon) décrivent des salines à Batz Guérande vers le IVe siècle. Et certaines salines carolingiennes sur Batz sont dans leur état d’origine. Si on retrouve des sites de production ignigène sur une bonne partie du littoral breton, les salines solaires, du fait des conditions météo, se sont plutôt concentrées au sud (de Vannes à la presqu’île Guérandaise).

L’intégralité de l’article

Article publié sur nhu.bzh

Pontivy communauté pionnière du gaz vert

Pontivy communauté pionnière du gaz vert

La moitié des besoins en gaz de Pontivy communauté (Morbihan), 46 000 habitants, sera produite sur place, d’ici 2025. Pour se chauffer, cuisiner et même rouler, puisqu’une station-service pour véhicules biogaz ouvrira en mars 2020 à Saint-Gérand.

Pontivy communauté, 46 000 habitants au nord du Morbihan, lutte à sa manière contre le réchauffement climatique et travaille à son autonomie en énergie renouvelable en lançant West grid synergy.

L’intégralité de l’article

Article de Julie Schittly publié sur ouest-france.fr

En Bretagne, des vaches « bas carbone » pour ménager la planète

En Bretagne, des vaches « bas carbone » pour ménager la planète

Rien ne les distingue a priori d’autres collègues ruminants. Et pourtant, les 120 vaches laitières de la ferme expérimentale de Trévarez, dans le Finistère, sont des bovins « bas carbone », objet de minutieuses expérimentations pour réduire leur impact sur le climat.

Avec 14% des gaz à effet de serre issus de l’élevage, selon le Citepa (Centre technique d’études de la pollution atmosphérique), et une forte dépendance au tourteau de soja brésilien, l’empreinte carbone du lait français est loin d’être négligeable.

L’intégralité de l’article

Article publié sur nouvelobs.com

La grande vogue des prénoms régionaux

Le succès des Erwan, Petru et autres prénoms régionalistes traduit l’attachement des Français à la culture historique de leur territoire.

Beaucoup d’entre vous, j’en suis certain, ont déjà aperçu Jérôme Fourquet sur les plateaux télé, entendu ses analyses argumentées, relevé son ton posé et son regard sérieux. Au fil des années, le directeur du département opinion et stratégies d’entreprise de l’Ifop s’est imposé comme l’un des meilleurs analystes de la scène politique française. Et je recommande à tout honnête homme désireux de comprendre notre société la lecture de son dernier livre, « L’archipel français » qui rencontre un succès mérité.

Le rapport avec cette lettre d’information ? J’y viens. Dans ce même livre, Fourquet consacre à l’essor des prénoms régionaux un chapitre passionnant – et très peu relevé. L’évolution est pourtant spectaculaire. Ainsi, en Bretagne, la part des Erwan, Yann et autres Gwenaëlle et Soazig a spectaculairement progressé…

L’intégralité de l’article

Chronique de Michel Feltin-Palas sur lexpress.fr

Un habitant de Loudéac a créé une appli très sympa pour les amoureux de la langue bretonne

Un habitant de Loudéac a créé une appli très sympa pour les amoureux de la langue bretonne

Kristen Tonnelle, bien connu à Loudéac comme animateur bretonnant de la médiathèque, est aussi un informaticien amateur doué !

Depuis février dernier, son appli « Kej-Mesk », un jeu de lettres mêlées en breton, est disponible pour les smartphones.

Il s’agit de reconstituer tous les mots en breton possibles à partir d’une grille de lettres générée aléatoirement. Ceux qui l’ont essayé sont unanimes, c’est très addictif !

L’intégralité de l’article

Article de Yann Scarvada publié sur actu.fr/bretagne

Une algue rouge pour réduire le réchauffement climatique

Une algue rouge pour réduire le réchauffement climatique

La journaliste du Washington Post et auteure Ruth Kassinger vient de sortir un livre Slime : How Algae Created Us, Plague Us, and Just Might Save Us (Houghton Mifflin Harcourt, June 2019) où elle expose les propriétés étonnantes des algues dont Asparagopsis taxiformis et comment elles «pourront nous sauver».

Les ruminants émettent 7,1 milliards de tonnes de méthane par an. Ce qui représente en poids 15% de la pollution atmosphérique à effet de serre. Mais pire, à quantité égale, le méthane a un effet de serre 28 fois plus important que le gaz carbonique produit par les moteurs et l’industrie. À noter que si une vache laitière produit 90 kg de méthane par an, un porc n’en produit qu’un seul kilo.

L’intégralité de l’article

Article de Philippe Argouarch publié sur le site de l’ABP

Un sentiment d’appartenance à la Bretagne solide et intégrateur

Un sentiment d’appartenance à la Bretagne solide et intégrateur

Le sondage commandé par Dibab et Breizh Civic Lab a livré des informations nouvelles sur le sentiment d’appartenance à la Bretagne. L’occasion pour Nil Caouissin d’exprimer son point de vue sur la notion d’identité.

Ce sondage me donne l’occasion de répondre à une idée souvent répétée et écrite ces derniers temps par des personnes dont je suis proche par ailleurs : l’excédent démographique breton (le fait que la croissance démographique bretonne soit tirée par l’installation de personnes venues de l’extérieur de la Bretagne) conduirait à un affaiblissement de l’identité bretonne, les nouveaux arrivants ne se sentant pas bretons.

L’intégralité de l’article

Article de Nil Caouissin publié sur lepeuplebreton.bzh

Antoine fait la première récolte de la plus grande houblonnière bio de Bretagne

Antoine fait la première récolte de la plus grande houblonnière bio de Bretagne

Il y a 3 ans naissait un rêve. Ce rêve prenait forme ensuite fin 2018 avec l’installation d’Antoine et de sa compagne Anaïs, dans une ancienne ferme laitière de Brélidy (22), entre Guingamp et Tréguier. Ils avaient décidé de la transformer en houblonnière. Avec l’aide des agriculteurs du coin et de leurs tracteurs, ils ont planté 220 poteaux de 8 m de haut, avec 24 km de câbles tendus pour accueillir une plante grimpante sur 4 hectares : du houblon. Planté avec des élèves au printemps 2019, il arrive à maturité en ce moment – dixit l’UCO, l’Université de Guingamp qui s’est chargée de calculer le taux de matière sèche dans la plante. Solidarité toujours.

L’intégralité de l’article

Article d’Axel Perret publié sur francebleu

Faut-il enseigner le breton dans toutes les classes pour sauver la langue ?

Faut-il enseigner le breton dans toutes les classes pour sauver la langue ?

« Deskit brezhoneg ». « Apprenez le breton » en version française. Pour ne pas voir sa langue s’éteindre, la Bretagne se mobilise. Mardi, le conseil régional s’est félicité d’ouvrir 16 nouvelles classes bilingues pour cette rentrée, portant à près de 19.000 le nombre d’élèves scolarisés dans la filière. « On n’avait jamais ouvert autant de classes », se réjouit Lena Louarn.

« Il y a encore trop de zones blanches »

L’intégralité de l’article

Article de Camille Allain publié sur 20minutes.fr

Importations de soja : la Bretagne a déjà entamé la transition

Importations de soja : la Bretagne a déjà entamé la transition

Depuis plusieurs années, la Bretagne réduit ses importations de soja, accusées de provoquer la déforestation de l’Amazonie.

Emmanuel Macron dénonce l’importation de soja, il veut recréer « la souveraineté de l’Europe » en protéines, alors que les cultures de soja sont montrées du doigt en termes de déforestation de l’Amazonie. La Bretagne est particulièrement concernée, car le soja sert à nourrir le bétail. Il y a quelques dizaines d’années, le soja était très utilisé dans l’alimentation des porcs et des poulets.

L’intégralité de l’article

Article publié sur francebleu.fr