Patrimoine. Pas assez bretonne Rennes ?

Patrimoine. Pas assez bretonne Rennes ?

Des passionnés du patrimoine aimeraient que Rennes assume son identité bretonne. Ils proposent d’y installer des statues rappelant les codes régionaux. Leur projet a été retenu par la Ville pour son budget participatif.

Rennes n’est pas la Bretagne. Le reproche est souvent fait à la capitale régionale. Et plus on s’éloigne vers l’ouest, plus il est présent dans les discussions de comptoir. L’inauguration, l’année dernière, de la ligne à grande vitesse (LGV), mettant la ville à 1 h 30 de Paris, a amplifié le phénomène, laissant entendre que la ville administrée par Nathalie Appéré ne serait plus qu’une lointaine banlieue. Si cette vision relève plus de la caricature que d’une réelle étude sociologique, il n’empêche. Les Parisiens y sont effectivement de plus en plus nombreux, et la ville se densifie au risque de perdre le peu d’identité bretonne qui lui reste. C’est en tout cas le constat fait par la toute jeune Association Patrimoine Commun, créée en novembre dernier et réunissant une soixantaine de passionnés.

Voir l’intégralité de l’article
Article de Philippe Créhange publié sur Le Télégramme.

 

Fracture des territoires en Bretagne

Fracture des territoires en Bretagne

Trois quarts des communautés de communes ou d’agglo de Bretagne ont connu une progression de leur population entre 2011 et 2016, selon une étude de l’Insee publiée ce mardi. Dans le détail, le boom rennais se poursuit et Brest Métropole se redresse, tandis que le Centre-Bretagne, Morlaix et Lannion souffrent.

Rennes Métropole dans le vert, Brest y revient

Rennes reste le poumon démographique de la Bretagne. La métropole de la capitale bretonne a vu sa population gonfler de 1,4 % par an, en moyenne, sur la période 2011-2016, trois plus vite que celle de la Bretagne administrative (+ 0,5 %). Rennes Métropole occupe ainsi le quatrième rang français des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) en termes de croissance de population. Elle le doit autant à son solde naturel (différence entre naissances et décès) qu’à son solde migratoire (différence entre le nombre d’arrivées et de sorties). Même si elle n’affiche pas le même dynamisme, Brest Métropole peut se targuer de redresser la barre…

L’intégralité de l’article

Article publié dans Le Télégramme

C’h : le tribunal de Rennes a du mal avec l’orthographe bretonne

C’h : le tribunal de Rennes a du mal avec l’orthographe bretonne

Le tribunal administratif de Rennes ne réussit pas à écrire la lettre bretonne c’h correctement quand il rédige une ordonnance pour faire évacuer les Gilets jaunes d’un giratoire brestois.

Ce lundi 14 janvier, le juge des référés du tribunal administratif de Rennes a ordonné aux Gilets jaunes de quitter les abords du rond-point de Pen ar C’hleuz, à l’entrée de Brest. Il donne ainsi raison au préfet du Finistère, qui l’avait saisi de cette demande.

Mais le tribunal administratif de Rennes ne s’embarrasse guère de la toponymie. Il écrit tout au long de son ordonnance datée du 10 janvier Pen Ar Ch’leuz à Brest ! L’effort de mettre l’apostrophe est bien là, mais pas au bon endroit… C’est à peu près comme si on vous écrivait langue-de-bœuf à la place de langue-de-vache : pire, Ch’leuz ça ne veut rien dire.

L’intégralité de l’article

Article de Christian Gouerou publié dans Ouest-France

Rennes et la Bretagne

Rennes et la Bretagne

Certains évoquent Rennes comme la dernière station de métro avant Paris et ces propos sont dangereux sous peine, à terme, de réduire la Bretagne à une forme de Finistère. D’autres exaltent la capitale de la Bretagne, disent qu’il s’y déroule le plus grand fest-noz ou que le Stade Rennais est “le” club emblématique du foot breton.

Article de Jean Ollivro

L’intégralité de l’article dans le n° 228 de la revue ArMen

Kenavo ha trugarez Patrick

Kenavo ha trugarez Patrick

Patrick Malrieu a mené à bien, participé ou initié tant d’aventures bretonnes qu’il sera impossible ici de toutes les recenser. Certains évoqueront l’aventure de Dastum avec la sauvegarde parfois in extremis d’un patrimoine immémorial. D’autres, tous les travaux qu’il a valorisés en tant que Président de l’Institut culturel de Bretagne ; ses initiatives pour la langue bretonne, l’ouverture internationale, l’unité bretonne et les enjeux de la réunification… D’autres encore, ses travaux plus personnels qui le menèrent à rédiger une thèse. Quel que soit le recensement, le propos sera étroit au regard de l’action menée. Sa vie fut animée par des dizaines de milliers d’heures de travail, de collectage, de projets, d’écrits, d’éclairages, de rencontres, d’échanges, de débats, de réunions, de visions, pour un mot qui s’appelle Bretagne et nous tenons à lui rendre hommage. C’est un travail colossal qu’a réalisé Patrick, avec une vie entière consacrée à la Bretagne. C’était une présence permanente pour son passé et son avenir.

Les membres de notre association, dont beaucoup lui étaient proches et amis, tiennent à s’associer au deuil de sa famille et à le remercier. Kenavo Patrick.

Bretagne Prospective

Côtes-d’Armor : de la nacre d’ormeaux bretons en route pour le Koweït

Côtes-d’Armor : de la nacre d’ormeaux bretons en route pour le Koweït

Delphine Le Poupon, de Tréguier, sera l’ambassadrice de l’artisanat français lors du Festival Al-Qurain, au Koweït mi-janvier. Elle présente ses créations en nacre d’ormeaux.

Mardi 15 janvier, depuis Tréguier (Côtes-d’Armor), des coquilles d’ormeaux du Trégor-Goëlo voyageront pour leur destination finale : le Moyen-Orient, et plus particulièrement le Koweït.

Ou comment ce trésor local, emblème de nos côtes bretonnes, se retrouve embarqué dans une aventure où les créatrices d‘Ys Paris ont à cœur de promouvoir à l’international le savoir-faire français et l’artisanat local.

L’intégralité de l’article

Article publié dans La Presse d’Armor

Pour une Bretagne enfin majeure

Pour une Bretagne enfin majeure

L’Association Ar Falz Skol Vreizh présente le Samedi 12 Janvier 2019 à Carhaix/Karaez sa plateforme « Pour une Bretagne enfin majeure ».

Ces dernières années, des constats convergents ont été établis sur l’état de la Bretagne par des auteurs et des associations de sensibilités politiques et idéologiques différentes à travers de nombreuses conférences et de nombreux ouvrages. Tous, peu ou prou, arrivent aux mêmes conclusions, celles que nous soulignons dans notre livre Où va la Bretagne ? et reprises à l’occasion du colloque du 16/11/2018. En dépit des discours d’une grande part de nos représentants politiques, la situation de la Bretagne n’évolue pas significativement au regard des besoins et des enjeux. Certaines évidences sont niées. Car, derrière l’image d’une société jouissant d’un apparent bien-être, la Bretagne donne des signes de grande fragilité. Les fondements structurels qui construisent son dynamisme, son identité, son originalité, sont menacés à court terme. La question est très sérieuse, très grave même comme le soulignent les derniers événements.

L’intégralité de l’article

Prix du galo-priz du galo

Prix du galo-priz du galo

Découvrez les initiatives primées par les Prix du gallo – Priz du galo cette année ! La remise des prix a eu lieu le vendredi 21 décembre.

Les prix du gallo distinguent chaque année les actions les plus pertinentes et innovantes en faveur de la transmission et de l’utilisation du gallo. Ils seront remis cette année dans cinq catégories :

Prix de la collectivité – Priz de l’aguerouéy
Prix de l’entreprise ou de l’association – Priz de l’enterprinze ou de la souéte
Prix de l’action culturelle- Priz de la fezerie qhultura
Prix de l’avenir du gallo- priz de l’aviendr du galo
Prix du·de la gallophone de l’année- priz du galozou ou de la galozouère de l’année

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site de la Région Bretagne

Breizh Civic Lab : l’intelligence collective au service de l’innovation politique

Breizh Civic Lab : l’intelligence collective au service de l’innovation politique

BREIZH CIVIC LAB a pour ambition de donner des clés de réflexion et d’action afin d’envisager l’avenir politique de la Bretagne sur de nouvelles bases – civique, républicaine et urbaine. Ses activités visent à réfléchir et débattre mais aussi à proposer et expérimenter de nouvelles pratiques collectives tant du point de vue de l’innovation citoyenne que de l’action publique. BREIZH CIVIC LAB souhaite ainsi contribuer pleinement à la construction de l’intérêt général en Bretagne.

Cette initiative est portée par des individus qui se sont retrouvés sur le réseau communautaire BZH Network (5 à 6000 membres), échangeant régulièrement leurs analyses, idées et visions sur la Bretagne. En 2018, la décision de créer BREIZH CIVIC LAB a été prise suite au lancement du European Democracy Lab dont l’appel civique envisage une République européenne organisée sur la base des villes et des régions. Quelque chose de similaire en termes d’organisation (citoyens et académiques) pouvait ainsi prendre forme en Bretagne.

L’intégralité de l’article

Article publié sur abp.bzh