Kengo.bzh : le groupe Télégramme et le Crédit Mutuel Arkéa lancent leur plateforme de crowdfunding

Kengo.bzh (1), tel est le nom de la plateforme de financement participatif, sur la base du don avec ou sans contrepartie, lancée par le groupe Télégramme et le Crédit Mutuel Arkéa. Objectif: financer et favoriser l’éclosion de nouveaux projets sur le territoire. Pour sa première année de fonctionnement, Kengo.bzh – qui sera officiellement lancée le 11 juin – prévoit le financement de 300 projets.

« Kengo.bzh a pour vocation de promouvoir et faire émerger des projets qui font du sens pour les bretons et la Bretagne grâce à la mobilisation de tous, explique Serge Appriou, directeur de Kengo.bzh. Tisser des partenariats entre différents acteurs d’un écosystème et investir de nouveaux espaces de coopération : c’est ce que permet la finance participative et ce qu’entendent développer les équipes de Kengo ». (suite…)

Les explorateurs d’avenir, Jean Ollivro : la mobilité et le territoire

Synthèse du propos de Jean Ollivro, président de Bretagne prospective, durant la journée Auto-mobilité et intelligence territoriale dont le fil conducteur était comment réussir au sein de chaque territoire une mobilité personnalisée, durable, innovante, connectée, sécurisée et ouverte à tous.

Les mutations engendrées par l’arrivée de la voiture

Comme l’explique J. Ollivro, l’arrivée de la voiture a tout bouleversé. Il rappelle que dans un premier temps, le rapport originel de l’homme est le nomadisme, pas par choix, mais plutôt pour répondre à des difficultés (ressources, climat…). Jusqu’en 1600,  70 % de la population européenne et 90 % des nouveaux mondes étaient nomades.  Puis à l’époque moderne, P. Chaunu1 démontre que 95 % de la vie des gens se déroule dans un périmètre de 7 kilomètres, et que le déplacement est vu comme un problème.

L’arrivée du véhicule motorisé, appelé « l’auto mobilitas » par V. Guigueno2, a tout changé. Tout d’abord, la portée des déplacements se trouve démultipliée sans effort. Puis apparaît l’individualisation des déplacements, alors que les  premiers modes de transport à moteur (train, navire à vapeur …) étaient tous collectifs. Au départ réservée à certains « privilégiés », la voiture se démocratise à la fin de la Seconde Guerre mondiale et dans les années 60, et avec elle, se démocratise la vitesse. (suite…)

Bruded : un réseau unique en France pour l’avenir breton

Le réseau Bruded (Bretagne rurale et urbaine pour un développement durable) fédère désormais 126 communes des cinq départements bretons. Il s’agit d’une initiative quelque peu atypique, à la bretonne, qui vise à la culture du don pour permettre aux communes de partager des expériences concrètes de développement durable. « Ober brud » en breton, c’est rendre célèbre, assurer la notoriété. Unique en France, le réseau breton permet notamment de mettre en réseau des communes plus petites souvent délaissées par l’aménagement du territoire et qui doivent faire preuve d’originalité pour s’en sortir. Co-fondée par Daniel Cueff (maire de Langouët) et Serge Moëlo (maire de Silfiac), la structure légère compte quatre permanents et illustre cette capacité des Bretons à partager de manière souple et très concrète l’innovation. Le réseau est soutenu par le Conseil régional, l’ADEME et les trois départements du Finistère, de l’Ille-et-Vilaine et de la Loire-Atlantique. L’association va participer à l’animation de la 7e édition des Ecoterritoriales, qui aura lieu à Vannes le 28 et le 29 avril et regroupera plus de 80 exposants. Il s’agit sur les 5 départements d’offrir et de mutualiser l’information non pas pour « imaginer le développement durable » mais pour le mettre concrètement en place. Au total, 315 584 habitants des cinq départements sont d’ores et déjà concernés par ce réseau singulier qui, preuves à l’appui, prépare la Bretagne de demain.

Bruded

Les Ecoterritoriales des 28 et 29 avril : voir le programme

Le Comité de Rédaction de construirelabretagne.org

Gwenood, un moteur de recherche breton

Vous avez sans doute déjà fait une recherche avec le moteur de recherche Google et vu des résultats de plus de 1,5 million de pages. Les enquêtes ont montré que les utilisateurs dépassent rarement la deuxième page. Et si les résultats étaient filtrés a priori pour ne présenter que les résultats en relation avec la Bretagne ? C’est ce qu’a fait Marie-Therèse Poulain, de Bénodet, qui vient de créer Gwenood suite à une suggestion d’Olivier Andrieu, intervenant à la Chambre de commerce et de l’industrie de Quimper.

Il se trouve que Google est bien plus qu’un moteur de recherche, il offre depuis des années des services gratuits aux développeurs web dont le plus connu est sans doute googlemaps (utilisé par l’ABP), ou des moteurs de recherche pour son propre site web. Google offre aussi aux développeurs la possibilité de personnaliser Google, en définissant des filtres tout en continuant à utiliser la base de données google qui comprend plusieurs milliards de pages web. C’est ce qu’a fait Marie-Thérèse Poulain et son équipe avec Gwenood.

Gwenood est pour la recherche ce que l’Agence Bretagne Presse est pour les actualités. ABP se limite à l’actualité bretonne uniquement et Gwenood se limite à des résultats bretons uniquement ou presque et Google se réserve le droit d’afficher sa publicité. Gwenood a déjà 1 500 visites par jour. ABP a testé le système en recherchant «offre d’emploi» et les résultats sont impeccables, listant tous les sites régionaux. Par contre ABP a recherché «hébergement web» sur Gwenood, se mettant dans la peau d’une entreprise qui voudrait héberger son site web par un hébergeur en Bretagne. Les résultats affichent quand même les grands hébergeurs nationaux et même internationaux. Il est vrai qu’il existe très peu d’hébergeurs web bretons. Les résultats ne sont pas toujours assez filtrants et des ajustements restent à faire, avoue Marie-Thérèse Poulain.

Philippe Argouarch

Sur le site de l’Agence Bretagne Presse

Bretagne des villes contre Bretagne des champs

Au-delà des couleurs politiques, s’il y avait un enseignement à tirer de ces élections départementales, c’est avant tout le décalage territorial qu’elles mettent en lumière. Car il est symptomatique de remarquer que la carte des cantons offre, en partie, une lecture assez inédite du visage de la Bretagne. Une opposition entre la Bretagne des villes et la Bretagne des champs, qui n’a sans doute jamais été aussi marquée qu’aujourd’hui.

Certes, quelques nuances méritent d’être apportées. La large zone de Tréguier à Carhaix, remontant jusque Morlaix est restée à gauche. L’ex « campagne rouge » n’a pas dérogé à sa tradition en gardant sa préférence pour une gauche qui y était d’ailleurs, bien souvent, plus unie qu’ailleurs. Mais même dans cette zone, on a vu apparaître pour la première fois des triangulaires avec le FN, en particulier à Callac, une situation nouvelle qui pourrait être appelée à se répéter à l’avenir.

Sur le reste du territoire, il est curieux de remarquer que les bons scores de la gauche, et en particulier du Parti Socialiste, se concentrent dans les principales villes de la région, quand les campagnes bretonnes, à quelques nuances près donc, ont largement voté en faveur de l’union de la droite. Et dans une moindre mesure, mais loin d’être négligeable, du Front National, qui y a fait une percée remarquée et confirmée depuis les scrutins de 2014, en particulier les régionales. (suite…)

La Bretagne : les réalités contre l’appareil

La Bretagne : les réalités contre l’appareil

gwenn ha duUne frontière de plus en plus vive s’instaure entre une Bretagne vécue, ressentie et la réalité institutionnelle. La population considère ici la pluralité urbaine et rurale comme une chance et Paris finance des métropoles. 71 % des habitants de la Loire-Atlantique se disent bretons et l’on conforte la région des « Pays de la Loire ». La quasi-totalité des scientifiques étudie sans plus d’interrogation la Bretagne telle qu’elle est, sur ses cinq départements et pour de simples cohérences analytiques (les historiens, les naturalistes, les sociologues, les géographes, les anthropologues etc.). Mais on impose à marche forcée une fusion administrative « Bretagne-Pays de la Loire » que personne ne réclame. On pourrait poursuivre la litanie des incohérences. On a tenté un temps d’effacer la Bretagne juridique, heureusement sans succès. Le droit n’en avait plus. Le droit était sans droit. 30 000 personnes dans la rue à Nantes et l’on fait comme si rien ne se passe. On vient d’abandonner les projets touristiques de valorisation des marches de Bretagne qui courent depuis des siècles de Fougères à Machecoul.

Oui mais l’histoire n’existe pas. C’est connu, les universitaires bretons sont incompétents. Ils consacrent leurs vies à un territoire sans intérêt. Le droit a tort. La science a tort. Le peuple a tort. La géographie a tort. L’histoire a tort. L’Etat français devient le nettoyeur des identités. Un effaceur de mémoire. La fusion des universités et du « savoir » est un exemple emblématique et l’on avance sur une technocratie toujours plus loin des hommes. (suite…)