Les monnaies locales font des petits en Bretagne

Les monnaies locales font des petits en Bretagne

Avec la création prochaine du segal à Lorient et de la bizh à Vannes, la Région comptera bientôt une demi-douzaine de monnaies locales complémentaires. Et un projet qui veut les fédérer…

L’Ourse, l’Abeille, le Rozo ou encore le Galais… Ne vous-y trompez pas, derrière ces noms d’animaux ou de minéraux se cachent des monnaies locales de l’Ouest. On en compte près d’une demi-douzaine dans la région.

L’intégralité de l’article

Article de Serge Poirot publié dans Ouest-France

Algolife prépare une future filière internationale en Bretagne

Algolife prépare une future filière internationale en Bretagne

Réussir à homologuer et à produire, en grande quantité, des molécules de grandes algues qui boostent la santé humaine et animale. C’est le pari d’Algolife. Un projet qui se joue à Roscoff.

Qu’est-ce que le projet Algolife ?

Il doit permettre de créer « une filière de valorisation des molécules bioactives issues des grandes algues pour fabriquer des produits à haute valeur ajoutée, à destination des marchés de la nutrition-santé humaine et animale ». Le projet, lancé en février 2014 et prévu pour durer cinq ans, a été labellisé Programme d’investissements d’avenir en 2015.

L’intégralité de l’article

Article publié dans Ouest-France

Nantes, première ville bretonne parmi les plus accueillantes du monde

Nantes, première ville bretonne parmi les plus accueillantes du monde

Le 31 Octobre dernier, l’ONU Organisation des Nations Unies célébrait la Journée Mondiale des Villes. Cette année sur le thème « Gouvernance innovante, Villes ouvertes ».
A cette occasion Travel Bird l’organisme international d’organisation de voyages a mené une étude à propos de l’impact du tourisme de masse sur les plus grandes villes du monde et leurs habitants. Sur les cinq cent plus grandes agglomérations touristiques du monde, les cent premières participent à ce classement.

L’intégralité de l’article

Article publié sur www.nhu.bzh

Produit en Bretagne ouvre un réseau pour le marketing collaboratif

Produit en Bretagne ouvre un réseau pour le marketing collaboratif

Produit en Bretagne a lancé, mardi, la Breizh marketing akademi, un réseau de professionnel du marketing. Pourquoi créer la Breizh marketing akademi ?

« On s’est rendu compte qu’à l’heure où tout n’était que mise en réseau et digitalisation, il n’existait pas de réseau dédié au marketing en Bretagne », raconte Loïc Hénaff, président de l’association Produit en Bretagne.

La création de la Breizh marketing akademi est le fruit d’une enquête cherchant à identifier les besoins des acteurs du marketing. « Le problème, c’est la solitude », constate Stéphane Gouin, enseignant chercheur à Rennes. « Un réseau où on peut confier ses problèmes, mutualiser ses compétences et trouver des solutions, c’est une force. Ici, on décloisonne. C’est du marketing collaboratif. »

L’intégralité de l’article

Article de Raphaëlle Besançon publié dans Ouest-France

Leur Académie du gallo cartonne sur le Web

Leur Académie du gallo cartonne sur le Web

Passionné par leur langue maternelle, trois Morbihannais ont créé un site internet il y a un an pour donner des bases solides au gallo et l’exporter à l’international. Depuis, ils enchaînent les projets.

Donner ses lettres de noblesse au gallo. Le standardiser, en élaborant un ensemble de règles orthographiques et grammaticales communes, pour le transmettre et l’exporter dans le monde entier. C’est de cette envie qu’est née l’Académie du gallo, un site internet ouvert à tous

L’intégralité de l’article

Article de Mélanie Bécognée publié dans Ouest-France

Le photovoltaïque et l’énergie solaire : Libérons nos énergies en Bretagne

Le photovoltaïque et l’énergie solaire : Libérons nos énergies en Bretagne

Il y a deux ans, les médias nous ont gavés de la COP21, et cette année on sait à peine que la COP23 se déroule en ce moment même. A Bonn en Allemagne, du 06 au 17 Novembre.
Déjà la 23e conférence internationale sur le climat ! Où des milliers de communicants et de décideurs venus en avion du monde entier vont consommer à tout va. Pourquoi ? Au mieux pour prendre quelques engagements que personne ne tiendra ensuite. Et surtout pour promettre. A la réunion finale, ce sera à qui fera la plus belle promesse. Moi, je promets -30% d’émission de CO2 à l’horizon 2040. L’horizon, tu sais, cette ligne qui s’éloigne plus tu avances. Et moi, je fais mieux : – 36% dès 2035.

L’intégralité de l’article

Article publié sur nhu.bzh

Triballat Noyal construit un bâtiment en béton de chanvre

Triballat Noyal construit un bâtiment en béton de chanvre

L’entreprise Triballat Noyal fait construire un bâtiment construit en béton de chanvre. Une première en France.

Engagé dans l’agriculture biologique depuis 1975, Triballat Noyal est leader européen de produits à base de soja. Aujourd’hui, ses activités se diversifient autour du végétal dont le chanvre, la nutrition, le fromage, la crèmerie et l’agriculture biologique.

Situé près du siège en centre-ville, un bâtiment de 1 000 m2 est sorti de terre et abritera, sur deux étages, une vingtaine de bureaux réservés à la cinquantaine de personnes des services informatiques. En France, ce sera le premier bâtiment bas carbone du secteur tertiaire de grande superficie, construit avec des panneaux de béton de chanvre, de l’enveloppe à la toiture.

L’intégralité de l’article

Article de Benjamin Chenevière publié dans Le Journal de Vitré

Loudéac Communauté. « Nous vivons dans un territoire intelligent »

Loudéac Communauté. « Nous vivons dans un territoire intelligent »

Georges Le Franc est président de Loudéac communauté depuis dix mois. Il poursuit les travaux engagés par l’ex Cidéral, et en construit d’autres, pour l’avenir du territoire.

Dix mois après avoir été élu président de Loudéac communauté Bretagne centre, quel regard avez-vous sur cette fonction ?

Ce n’est jamais facile d’être président d’une belle entité comme celle-ci. Nous sommes des confidents. Nous sommes aussi ceux qui doivent donner les orientations de la politique du mandat pris en cours. Nous devons continuer ce qui a été commencé pour respecter et poursuivre les engagements promit à la population.

L’intégralité de l’article

Article publié dans Ouest-France

Alors le département on le supprime ou pas ?

Alors le département on le supprime ou pas ?

Actuellement, nos cinq départements bretons sont directement concernés par la Congrès de l’Assemblée des Départements qui vient de se tenir à Marseille (sud de la France). L’actuel locataire du Palais de l’Élysée à Paris a promis durant sa campagne électorale à ce sujet. Supprimer un quart des départements de l’Hexagone.
Ce découpage d’un autre temps est vieux de deux cents ans. Il n’est plus du tout adapté au monde dans lequel on vit. Le pouvoir centralisé français n’a cessé d’inventer des strates administratives.

L’intégralité de l’article

Article de Rémy Penneg sur nhu.bzh