Quatre collectivités bretonnes lâchent Google pour Qwant

Quatre collectivités bretonnes lâchent Google pour Qwant

Eric Léandri est à la tête de Qwant. Ce moteur de recherche français, qu’il a lancé en 2013, est présenté comme l’anti-Google, respectueux de la vie privé, sans traçage, neutre dans l’affichage des résultats. Neuf régions françaises l’ont déjà adopté. Demain, jeudi 23 mai, la Bretagne, le Département d’Ille-et-Vilaine, Rennes Métropole et la Ville de Rennes vont l’installer par défaut sur toutes les postes de leurs administrations.

Vous allez installer votre moteur de recherche Qwant sur tous les ordinateurs de quatre collectivités : la Région Bretagne, le Département d’Ille-et-Vilaine, Rennes Métropole et la Ville de Rennes.

Oui, c’est génial. On vient signer une charte de partenariat avec ces collectivités, demain, jeudi 23 mai, à Rennes. Elles installeront Qwant (par défaut sur les PC de leurs administrations et de leurs services au public, N.D.L.R.) au fur et à mesure. Rennes peut aller très vite (les 83 écoles publiques et les 3 000 agents municipaux utilisent déjà Qwant, N.D.L.R.). Le Département et la Région suivront. C’est un processus qui s’enclenche et ira au bout. J’ai beaucoup de plaisir à voir notre moteur de recherche en Bretagne. Qwant est utilisable dans plus de 29 langues, dont les langues régionales, le Corse, le Breton, le Basque, le Gaélique, le Catalan, l’Écossais…

L’intégralité de l’article

Article de Yann-Armel Huet publié sur ouest-france.fr

Tous à la Ferme le 16 juin 2019 !

Tous à la Ferme le 16 juin 2019 !

Le dimanche 16 juin 2019, les agriculteurs et agricultrices de Bretagne vous donnent rendez-vous pour la septième édition de « Tous à la Ferme ! ».

La journée portes ouvertes « Tous à la Ferme ! » est devenue un rendez-vous incontournable du mois de juin en Bretagne. L’an passé, 20 fermes avaient accueilli plus de 23 000 visiteurs. Le dimanche 16 juin 2019 dans toute la Bretagne, les agriculteurs et agricultrices poursuivront dans le dialogue et la convivialité la relation de confiance qui les unit avec les Bretons.

L’intégralité des informations sur l’opération

La Petite Filature Bretonne. Un projet 100 % pure laine

La Petite Filature Bretonne. Un projet 100 % pure laine

Dans quelques mois, Nicolas Besseau et Émilie Renard ne fileront plus seulement le parfait amour, ils seront aussi capables de valoriser la laine des éleveurs et des particuliers grâce à leur Petite Filature Bretonne. Ce projet osé de micro-filature, à Plouguernével (Côtes-d’Armor), suscite déjà beaucoup de réactions enthousiastes.

En s’initiant au filage au rouet, il y a trois ans, Émilie Renard ignorait qu’elle filait vers une nouvelle destinée. Alors en quête de matière première, la fileuse amateur a fait le tour des éleveurs pour collecter des toisons. Elle a récolté de la laine… et un constat. « En Bretagne, il n’y a pas de gros élevages de moutons, c’est beaucoup de particuliers. Je me suis rendu compte qu’il y a plein de belles choses de qualité mais que ces laines ne peuvent pas être valorisées car les quantités ne sont pas assez importantes ». 

L’intégralité de l’article

Article de Samuel Uguen publié sur letelegramme.fr

Bretagne : le maire d’une commune interdit les pesticides près des habitations

Bretagne : le maire d’une commune interdit les pesticides près des habitations

L’arrêté municipal interdit l’utilisation de pesticides à une distance inférieure à 150 mètres des habitations.
Le maire de la petite commune de Langouët (Ille-et-Vilaine), Daniel Cueff, a pris samedi un arrêté qui interdit l’utilisation de pesticides près des habitations ou locaux professionnels.
L’arrêté, signé samedi, interdit l’utilisation de produits phytopharmaceutiques « à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel ».

L’intégralité de l’article

Article publié sur bfmtv.com

Pâté Hénaff change de cap

Pâté Hénaff change de cap

Le groupe Jean Hénaff continue sa diversification et sa direction vers le bio et le durable suite à plusieurs événements survenus ces dernières années remettant en cause ses produits et ses fournisseurs de porcs. Tout d’abord il y a eu des reportages anxiogènes comme celui sur les nitrites dans la charcuterie en général, présenté par Cash investigation en septembre 2016. L’OMS avait quelque temps auparavant déclaré que les nitrites, ces conservateurs ajoutés aux produits de charcuterie, mais rares dans les produits Hénaff, étaient «probablement» cancérigènes. La consommation de charcuterie a diminué en France de 4% juste en 2017 (source BFM-TV).

L’intégralité de l’article

Article de Philippe Argouarch publié sur abp.bzh

Une  campagne de financement participatif pour soutenir stal.bzh

Une campagne de financement participatif pour soutenir stal.bzh

STAL.BZH , la langue bretonne dans mon commerce, mon entreprise !

Trouver une entreprise qui utilise la langue bretonne ? Voilà l’objectif de Stal.bzh !
Le site internet et l’application Stal.bzh référenceront les professionnels qui soutiennent ou utilisent la langue bretonne. “Stal” signifie “commerce” en breton.
Le pré-site Stal.bzh a été mis en ligne le 20 février. Les professionnels peuvent d’ores et déjà s’inscrire sur ce pré-site. La version finale de Stal.bzh sera mise en ligne pour le grand public le 8 juin 2019 lors du festival « Gouel Broadel ar Brezhoneg ».

L’association « Mignoned ar Brezhoneg » ( Les ami-e-s de la langue bretonne) travaille depuis deux ans sur le chantier Stal.bzh pour promouvoir la langue bretonne dans l’économie. L’objectif est en effet de développer un projet solide afin que l’outil Stal.bzh vive durant de nombreuses années !

Le projet Stal.bzh bénéficie déjà de soutiens. Il est financé à 50% par le fonds européen Feder pour le développement des pratiques numériques en Bretagne. Stal.bzh est également soutenu par des entreprises mécènes du réseau Produit en Bretagne.

Une  campagne de financement participatif est lancée sur KENGO pour aller au bout du projet.

➡Soutenir le projet sur KENGO.BZH

Le coût global du projet est de 50 000 € mais il manque encore 10 000 € pour boucler le budget et ainsi finaliser le site (5 000 €) et l’application mobile (5000 € sup) qui seront mis à disposition du grand public.

C’est pourquoi l’association lance donc un appel sous forme d’une campagne de financement participatif sur la plateforme KENGO !

Outre les contreparties offertes, l’association étant déclarée d’intérêt général, elle propose également de délivrer des reçus fiscaux pour des dons à partir de 30 € 😀.

Lien Kengo : https://www.kengo.bzh/projet/1711/stalbzh