Centre-Morbihan : du blé aux algues sort de terre

Centre-Morbihan : du blé aux algues sort de terre

L’entreprise Olmix travaille au développement d’une filière céréales. Une récolte de blé aux algues sera récoltée à Réguiny cette année.

Spécialisée dans le traitement des algues, la société Olmix se lance aujourd’hui à l’assaut du marché des céréales. En Bretagne, dans le Centre-Morbihan, on connaît déjà la viande nourrie aux algues, bientôt on pourra déguster du pain et des galettes aux algues.

La minoterie Paulic s’est associée au développement de cette méthode de culture du blé via les algues. Pour assurer le lien entre le producteur et l’industriel, GN solutions à Réguiny se charge d’accompagner les agriculteurs.

L’intégralité de l’article

Article de Eléonore Bohn publié dans la Gazette du Centre Morhihan

Une enzyme pour transformer les algues vertes en bioéthanol

Une enzyme pour transformer les algues vertes en bioéthanol

Au moment où des marées vertes viennent à nouveau ternir l’image de la Bretagne, le CNRS et la Sorbonne, tous deux gestionnaires du laboratoire de biologie marine de Roscoff, annoncent une découverte majeure. Avec le concours de chercheurs allemands, ils assurent avoir découvert des enzymes capables de biodégrader l’ulvane, cette enveloppe qui recouvre les ulves, ces algues vertes responsables des marées du même nom. Le procédé, ajoutent-ils, permettrait de produire de l’éthanol, cet extrait de productions végétales qui peut être ajouté à l’essence pour produire du bioéthanol. Mais l’agro-alimentaire et la cosmétique pourraient aussi trouver d’abondantes ressources en transformant la biomasse échouée sur les plages en ressources aux multiples applications.

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site bretagne-bretons.fr

C’est la Bretagne qu’on assassine en francisant ses noms de rues

C’est la Bretagne qu’on assassine en francisant ses noms de rues

Les premières « rectifications » de nom de rues remontent à 1789. Elles se poursuivent incessamment depuis. Comme si la culture bretonne n’avait jamais existé. Comme si nous n’avions pas suffisamment de grands personnages locaux pour baptiser nos voies et chaussées. Comme si la mondialisation justifiait de s’y soumettre.

La manipulation patronymique est une spécialité française qui, pour l’essentiel, remonte à la Révolution. On se souviendra effectivement que les Bro Leon et Bro Gerne (Cornouaille) devinrent le Finistère ; que le Bro Sant-Malou, le Bro Zol et le Bro Roazhon se transformèrent en Ille–et-Vilaine ; notons encore le Bro Naoned devenu Loire-Inférieure avant d’évoluer en Loire-Atlantique ; et le Bro Gwened (Pays de Vannes) changé en Morbihan, seul département à recevoir un nom bretonnant ; enfin, plus proche de nous, les Côtes-du-Nord (nom tiré de la traduction littérale bretonne) furent requalifiées Côtes-d’Armor  le 27 février 1990 par la volonté d’un marketing touristique.

L’intégralité de l’article

Article de Jérôme Enez-Vriad publié sur le site bretagne-actuelle.com

L’Assemblée Nationale a reçu les 105 000 signatures pour demander un référendum

L’Assemblée Nationale a reçu les 105 000 signatures pour demander un référendum

Le 25 juin 2019, les cyclistes de “Bretagne Réunie » sont arrivés à l’Assemblée Nationale, afin de transmettre les 105 000 signatures manuscrites soit 10% du corps électoral de Loire-Atlantique, pour demander un référendum au sujet de la réunification de la Bretagne.

Une quinzaine de députés démocrates ont répondu à l’appel du député Yannick Kerlogot, organisateur de la réception.

Les 5 minutes bretonnes vous proposent de revenir sur ce moment grâce à une courte vidéo avec les interventions de Yannick Kerlogot et de Paul Molac à la suite de la réception des dites signatures.

La vidéo

Lancement d’Ar Fabrik, le forum des jeunes Bretons engagés

Lancement d’Ar Fabrik, le forum des jeunes Bretons engagés

Ar Fabrik rassemble des jeunes Bretons engagés pour le territoire et vise à encourager l’action, la création et l’innovation en Bretagne.

La première édition du forum Ar Fabrik a eu lieu les vendredi 21 et samedi 22 juin derniers à Brest Business School. Réunissant des jeunes Bretons engagés pour leur région, elle a pu compter sur la participation d’une trentaine de participants d’horizons géographiques et professionnels divers.

Elle fut l’occasion d’une visite d’une unité de méthanisation dans la commune de Plourin (29). L’étude de ce processus naturel et biologique permettant la dégradation de la matière organique en l’absence d’oxygène constitue une étape de la réflexion qui sera menée par Ar Fabrik sur un sujet qui concerne fortement la Bretagne et son rôle de terre d’influence en matière d’agro-écologie.

L’intégralité de l’article

Article publié sur abp.bzh