Les réseaux, quel fonctionnement ? Focus sur Wiker : un réseau breton au service de l’économie de proximité

Les réseaux, quel fonctionnement ? Focus sur Wiker : un réseau breton au service de l’économie de proximité

Les entreprises qui ont intégré la transition numérique affichent une croissance 6 fois supérieure aux entreprises plus en retard. Complémentaire des sites en ligne, le succès ou non d’un commerce est directement lié à sa présence sur le réseau et aux services « online » proposés. C’est autant la capacité d’un commerce à être visible sur les supports digitaux que sa capacité à faciliter l’accès à distance des clients aux informations et produits qui entre en ligne de compte. En l’occurrence, de multiples outils existent en Bretagne pour les commerces et activités de proximité qui souhaitent renforcer leur visibilité.

Comprendre les réseaux et leur fonctionnement

Tout d’abord, il s’agit de comprendre les réseaux et leur fonctionnement. Ces derniers sont des supports de communication performants. En fonction de l’activité du commerce, il s’agit d’identifier l’information la plus pertinente à relayer. Par exemple, pour une enseigne de prêt-à-porter, il peut s’agir de faire la promotion des nouveaux produits. Pour un restaurant, il s’agirait plutôt de communiquer sur le menu du jour. Surtout, compte tenu des réseaux existants, il s’agit d’identifier le réseau le plus performant au regard de la clientèle. Beaucoup de dirigeants s’efforcent de proposer des bons produits ou un site internet de qualité sans penser à la manière dont ils arriveront à leurs clients. Or, les réseaux sont idéaux pour véhiculer des informations sur les initiatives et offres commerciales. Ces supports doivent être entretenus et mis à jour via des publications. Ces publications se veulent intéressantes et doivent accrocher le regard du client. Pour cela, il faut faire preuve de créativité, créer de l’interaction, et informer les clients sur des informations dont ils ne disposent pas.

Wiker : le réseau local qui dynamise les territoires

« C’est le réseau local qui dynamise les territoires en connectant ceux qui bougent et ceux qui veulent bouger ». Fondé en Bretagne par Dylan Deshayes, ce réseau allie des animateurs locaux à une plateforme numérique moderne qui regroupe et collecte les données locales. L’objectif, via cette plateforme, est de soutenir le développement durable des territoires. Comment ? En rapprochant les acteurs afin de créer du lien social, favoriser l’économie de proximité et faciliter l’accès aux circuits courts. Aux côtés des associations, commerçants, professionnels et collectivités, Wiker œuvre quotidiennement pour révéler et valoriser les initiatives locales. Une ambition commune : le numérique pour l’humain.

Précisément, la plateforme offre la possibilité de recenser toutes les activités d’une commune. Cela permet aux activités de proximité de gagner en visibilité sur la toile. Les dirigeants mettent l’information qu’ils souhaitent sur la plateforme et sont libres de l’actualiser quand bon leur semble. A titre d’exemple, à Donges (commune de 7000 habitants), la plateforme est visitée plus de 3000 fois par mois. Le cinéma associatif de la commune a vu sa fréquentation multipliée par 3 en 6 mois.

Wiker est l’outil adéquat pour permettre aux activités locales d’exister numériquement. Non seulement cet outil renforce la visibilité des activités existantes, mais il motive l’émergence de nouvelles en permettant une médiatisation locale. Par exemple, au regard des événements réalisés par le Celtico Mode & Sport (sujet ayant fait l’objet d’un précédent article), l’usage de Wiker prend tout son sens. Ce sont précisément des initiatives similaires que la plateforme peut renforcer et encourager.

Wiker, une alternative à Google Maps ?

Google Maps, service de cartographie de référence qui permet à l’individu de rechercher une adresse. S’affichent ensuite les informations relatives au lieu en question et l’itinéraire pour s’y rendre. Pour un commerce, la présence ou non sur ces supports est déterminante. De nombreux administrés et touristes ont pour habitude de questionner Google Maps quand ils sont en quête d’un restaurant ou d’un commerce quelconque. Ce service est très souvent le premier lien entre les consommateurs et les points de vente. C’est un moteur de recherche qui détermine fortement la visibilité ou non d’un commerce dans l’espace numérique.

Toutefois, Google Maps est gouverné dans le seul objectif de faire du profit. Ce service se désintéresse du territoire. Avec Wiker, l’opportunité nous est offerte de pouvoir tirer bénéfice du numérique sans perdre la maîtrise du service. Ce réseau référence finement les activités d’un territoire et en permet une lecture précise. De plus, il est géré localement par un animateur dont l’objectif est de révéler et de valoriser les initiatives d’un territoire. Ainsi, cette plateforme répond autant à un enjeu de société qu’est la proximité, qu’à un enjeu de gouvernance. Surtout, elle permet de renforcer les interactions économiques et sociales entre les acteurs de la vie quotidienne.

Vincent Tual

Jean-Marie Le Clézio : « La Bretagne est infinie, la langue bretonne est une musique »

Jean-Marie Le Clézio : « La Bretagne est infinie, la langue bretonne est une musique »

Le prix Nobel de littérature d’origine bretonne, et qui assume cet héritage breton comme d’ailleurs les autres «facettes» de son identité, a tenu hier soir des mots puissants et justes à propos de cette Bretagne qu’il aime tant et où il passe de plus en plus de temps dans sa maison du Cap Sizun.

Invité dans une émission spéciale de la Grande Librairie qui lui était consacrée à l’occasion de la sortie de son nouveau livre Chanson bretonne, qui sort demain, Jean-Marie Le Clézio a expliqué son enracinement ou selon ses mots «son rhizome» dans cette terre de légendes où l’on côtoie des survivances du néolithique.

L’intégralité de l’article

Article de Philippe Argouarch publié sur abp.bzh

Monnaie locale. Ça bouge au Buzuk !

Monnaie locale. Ça bouge au Buzuk !

En ce début 2020, ça bouge pour le Buzuk, la monnaie locale complémentaire et citoyenne du Pays de Morlaix ! Hormis l’arrivée de la monnaie numérique prévue pour le deuxième semestre, l’association a recruté son premier salarié, épaulé par un service civique. Elle vient également de mettre en place le « 3 % associatif », un système de parrainage qui permet de soutenir le tissu associatif du territoire via la monnaie locale.

L’intégralité de l’article

Article de Marie-Emmanuelle Grignon publié sur eco-bretons.info

Le Celtico Mode & Sport : une proximité capitalisée ; une créativité payante

Le Celtico Mode & Sport : une proximité capitalisée ; une créativité payante

Certaines entreprises éprouvent des difficultés à intégrer la transition digitale (processus qui permet d’intégrer les technologies digitales disponibles au sein d’une activité). Être pédagogue vis-à-vis de ce processus est une nécessité. Diverses formations sont disponibles en Bretagne (offertes par Google Ateliers Numériques et les CCI notamment). L’objet de cet article n’est pas d’envisager toutes les solutions. Il est de valoriser les initiatives bretonnes afin qu’elles inspirent leurs homologues. Précisément, il s’agit d’illustrer dans quelle mesure un commerce de proximité peut offrir une expérience client particulière et profiter à moindres frais du numérique. (suite…)

En mars, c’est le mois du Breton… et le mois du Gallo !

En mars, c’est le mois du Breton… et le mois du Gallo !

Initiations en breton à la cuisine ou à la confection de produits d’entretien, éveil des tout-petits au breton, yoga et qi gong, sorties-nature, visites de fermes, jeux et quizz, théâtre, cinéma, expositions et clubs de lecture, portes ouvertes dans les écoles bilingues, forums de l’emploi, apprentissage en breton de la langue des signes… Il y en aura pour tous les goûts et toutes les envies à travers plus de 290 animations.

L’intégralité de l’article

Information publiée sur bretagne.bzh

Quel financement pour les stations-services bioGNV de Karrgreen ?

Quel financement pour les stations-services bioGNV de Karrgreen ?

Kargreen, le premier réseau 100% bioGNV, a mis les gaz ce matin au Salon de l’agriculture à Paris. L’événement aurait pu avoir lieu en Bretagne, puisque le projet a été conçu dans la commune de Locminé (Morbihan) par la société locale d’économie mixte Liger et sa filiale Liger Bioconcept. Il vise à installer 150 stations-services multi-énergies, biogaz mais aussi recharge électrique, en trois ans et sur tout le territoire français. Marc Le Mercier, président de Liger Bioconcept et pionnier de l’économie circulaire, prévoit une vingtaine de stations cette année. Trois contrats ont pour le moment été signés dans l’Ouest ou sont en passe de l’être, à Ploërmel, Redon et Châteaubriant.

L’intégralité de l’article

Article de Jean-Philippe Pié publié sur greenunivers.com