Langue bretonne. Le cri d’alarme des associations

Langue bretonne. Le cri d’alarme des associations

Pour les associations de défense de la langue bretonne, si l’on veut encore entendre parler breton dans la région, il faudrait former 5 000 nouveaux locuteurs par an, contre 500 actuellement. Dénonçant l’inaction du Conseil régional de Bretagne, elles ont établi un plan d’actions. Elles espèrent être entendues par les élus.

« Que la langue bretonne soit toujours en vie est un miracle. » C’est un véritable cri d’alarme que relaie Fulup Kere, directeur de DAO, centre de coordination des formations en langue bretonne.

L’intégralité de l’article

Article de Philippe Créhange publié sur letelegramme.fr

Pourquoi choisir l’extension .bzh pour son nom de domaine ?

Pourquoi choisir l’extension .bzh pour son nom de domaine ?

Lorsque l’on parle de noms de domaines de sites internet et d’adresses e-mail, l’extension ce sont les quelques lettres qui se trouvent après le point, en fin d’adresse.

Il existe environ trois mille extensions de noms de domaines actuellement. Ces extensions de noms de domaines se classent globalement en deux catégories. D’abord les extensions dites « génériques ». La plus connue et commune est le .com comme commercial. Vous connaissez aussi les .org dédiées aux organisations à but non commercial. Puis les .net, .edu, .gouv pour les sites gouvernementaux, etc …
Par ailleurs, l’autre catégorie rassemble les extensions dites « géographiques » des noms de domaines. Dont le .dk pour le Danemark, le .ie pour l’Irlande et le .cat pour la Catalogne. Également le .sco pour l’Écosse, le .cymru pour le Pays de Galles. Enfin, notre .bzh pour la Bretagne.

L’intégralité de l’article

Article de Rémy Penneg publié sur nhu.bzh

L’influence méconnue de la langue bretonne sur le français

L’influence méconnue de la langue bretonne sur le français

L’influence des langues étrangères sur le français est considérable. Outre le latin, le grec, et l’ancien italien qui alimentent les bases linguistiques francophones, s’y adjoignent, entre autres, des emprunts arabes, anglais, allemands, espagnols… mais aussi bretons…

Il existe quelques rares pays multilinguistes, c’est à dire possédant plusieurs langues officielles. Citons le Canada, pour l’essentiel anglophone mais aussi francophone dans sa province québécoise ; la Belgique, néerlandaise en Flandre et francophone en Wallonie ; également Israël où l’arabe et l’hébreu se partagent le titre d’idiomes nationaux ; mais ces pays dont le pouvoir central publie les lois en plusieurs langues, restent l’exception qui confirme la règle selon laquelle une langue reconnue comme telle coïncide presque toujours avec un état constitué.

L’intégralité de l’article

Article de Jérôme Enez-Vriad publié sur bretagne-actuelle.com

Endro, les déos naturels made in Trégor, qui vous veulent du bien !

Endro, les déos naturels made in Trégor, qui vous veulent du bien !

Endro est une jeune marque bretonne de Pleumeur-Bodou, créée par Boris le Goffic et Marion Le Goualher dans le domaine de la cosmétique naturelle.
Ils ont élaboré, fabriqué et lancé avec succès un déodorant naturel, efficace et sain pour l’environnement, sans sels d’aluminium ni paraben. Les ingrédients sont bio (huile de coco, amidon de maïs, bicarbonate de sodium et cire de carnaùba).

La gamme se décline en 4 parfums grâce à la combinaison d’huiles essentielles : palmarosa-géranium, bergamote-arbre à thé, menthe poivrée-cèdre, noix de Coco (sans huiles essentielles) pour convenir aux femmes enceintes ou allaitantes.

Une campagne de financement participatif sur Ulule a rencontré un franc succès avec 1400 précommandes en moins d’un mois.

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site technopole-anticipa.com

Météo Bretagne, la météo lance son appli gratuite

Météo Bretagne, la météo lance son appli gratuite

Je ne sais pas pour vous, mais moi, la météo qui m’intéresse le plus, c’est celle de mon pays.
C’est la météo de là où je vis. Et moi je vis en Bretagne.
Une étude récente nous confirme que 87% de nos déplacements quotidiens se déroulent dans un rayon de vingt kilomètres autour de notre domicile. Bien sûr cela peut m’intéresser qu’il y ait des entrées maritimes après-demain vers Perpignan (Catalogne) ou un grand soleil sur Dublin (Irlande). Mais cela compte finalement très peu dans mon quotidien. Ainsi que dans le quotidien de ma famille, dans celui de mes voisins et des personnes avec qui je travaille dans l’entreprise.
Je vis en Bretagne, donc ma météo c’est Météo Bretagne. Logique non ?

L’intégralité de l’article

Article publié sur nhu.bzh