Le Brexit pèse sur le trafic de Brittany Ferries

Le Brexit pèse sur le trafic de Brittany Ferries

La compagnie maritime bretonne ressent les effets du Brexit. Son activité passagers entre le sud de l’Angleterre, les côtes normandes et bretonnes, est en repli de 4 %. L’ensemble des acteurs du transmanche font face à une baisse de 9 %.

Les Anglais bouderaient-ils la France ? C’est la question que se pose la compagnie maritime bretonne Brittany Ferries.

L’intégralité de l’article

Article de Stanislas du Guerny publié sur lesechos.fr

Les Gallois ont reçu le prix Bro Gozh à Lorient

Les Gallois ont reçu le prix Bro Gozh à Lorient

Des prix Bro Gozh, qui récompensent les initiatives mettant en valeur l’hymne national breton, le Bro gozh ma zadoù, ont été décernés lundi après-midi, dans le salon d’honneur de l’Hôtel de Ville de Lorient.

L’hymne breton, le Bro gozh ma zadoù (en français le Vieux pays de nos pères), qui reprend la mélodie de l’hymne gallois, Hen Wlad Fy Nhadau, est le symbole des liens forts entre les deux pays. On sait qu’une grande partie des Bretons actuels descendent d’immigrants venus du Pays de Galles et du sud-ouest de l’Angleterre aux Ve et VIe siècles. Le projet de la Vallée des Saints, à Carnoët, intègre d’ailleurs plus d’une douzaine de saints venus à cette époque du Pays de Galles.

L’intégralité de l’article

Article de Philippe Argouarch publié sur abp.bzh

Apprendre les couleurs en breton

Apprendre les couleurs en breton

Lorsque vous commencez à apprendre le breton, les couleurs peuvent parfois vous poser quelques questions. (…)

Il y a une seule petite difficulté pour les couleurs en breton, c’est concernant le bleu et le vert qui se disent tous deux « glas », mais nous allons y revenir en détail pas de panique.

Ah au fait, en breton la couleur se dit “al liv“, et les couleurs au pluriel se disent « al livioù ».

L’intégralité de l’article

Article publié sur le site culture-bretagne.net

Les cabanes ostréicoles se mettent à l’abri des prédateurs immobiliers

Les cabanes ostréicoles se mettent à l’abri des prédateurs immobiliers

Afin d’éviter les spéculations immobilières, la loi du 20 mai dernier protège les espaces fonciers des cultures marines situées en zone littorale. Celles-ci ne pourront plus changer d’affectation avant une période de 20 ans. Dans le Morbihan, le « foncier conchylicole » a fondu d’environ 20 % au cours des dernières années.

C’est ce qu’on appelle avoir les pieds dans l’eau. A tel point que les fermes ostréicoles attirent particuliers et promoteurs désireux de les transformer en maison de vacances en bord de mer. On a pu voir ces dernières années une exploitation partir à plus de 900.000 euros, alors qu’elle avait été initialement estimée à 250.000 euros par la Safer, la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural chargée de veiller à la transmission des espaces agricoles.

L’intégralité de l’article

Article de Stanislas du Guerny publié sur lesechos.fr

La laisse de mer …

La laisse de mer …

En Bretagne comme sur toute plage, la laisse de mer est ce que la mer laisse !
Facile cette réponse
La mer transporte toutes sortes de matériaux, dont toutes les pollutions humaines capables de flotter. Les courants et les vagues les dirigent naturellement vers la côte, où ils finissent par se déposer à marée haute.

Celle laisse de mer est essentiellement composée d’algues que les coups de vents et les marées ont décroché des rochers. On trouve aussi dans la laisse de mer d’autres composants naturels. Dont les enveloppes d’oeufs de raies. Également des os de seiches, des enveloppes d’oursins, des larves de mouches.

L’intégralité de l’article

Article de Rémy Penneg publié sur nhu.bzh

Une nouvelle étude génétique montre que la Bretagne a un héritage différent

Une nouvelle étude génétique montre que la Bretagne a un héritage différent

Les études génétiques permettent de mieux identifier certaines prédispositions à des maladies héréditaires. Elles aident aussi les historiens à évaluer l’importance de migrations historiques dans des zones géographiques jusqu’alors restées floues.

Une revue de biologie vient de publier une étude globale de l’héritage génétique en France, un travail réalisé en collaboration étroite entre deux équipes universitaires, l’une à Brest (UMR 1078 Inserm-UBO) sous la direction du Dr. Aude Saint Pierre, et l’autre, l’équipe du Dr. Christian Dina à l’Institut du Thorax à Nantes. Cette étude est importante puisque c’est la première qui dresse une carte génétique de la France.

L’intégralité de l’article

Article de Philippe Argouarch publié sur abp.bzh