Faut-il enseigner le breton dans toutes les classes pour sauver la langue ?

Faut-il enseigner le breton dans toutes les classes pour sauver la langue ?

« Deskit brezhoneg ». « Apprenez le breton » en version française. Pour ne pas voir sa langue s’éteindre, la Bretagne se mobilise. Mardi, le conseil régional s’est félicité d’ouvrir 16 nouvelles classes bilingues pour cette rentrée, portant à près de 19.000 le nombre d’élèves scolarisés dans la filière. « On n’avait jamais ouvert autant de classes », se réjouit Lena Louarn.

« Il y a encore trop de zones blanches »

L’intégralité de l’article

Article de Camille Allain publié sur 20minutes.fr

Importations de soja : la Bretagne a déjà entamé la transition

Importations de soja : la Bretagne a déjà entamé la transition

Depuis plusieurs années, la Bretagne réduit ses importations de soja, accusées de provoquer la déforestation de l’Amazonie.

Emmanuel Macron dénonce l’importation de soja, il veut recréer « la souveraineté de l’Europe » en protéines, alors que les cultures de soja sont montrées du doigt en termes de déforestation de l’Amazonie. La Bretagne est particulièrement concernée, car le soja sert à nourrir le bétail. Il y a quelques dizaines d’années, le soja était très utilisé dans l’alimentation des porcs et des poulets.

L’intégralité de l’article

Article publié sur francebleu.fr

En Bretagne, l’innovation fait recette

En Bretagne, l’innovation fait recette

En Bretagne, l’agroalimentaire monte en gamme grâce à de jeunes entreprises à la recherche de créneaux à forte valeur ajoutée. C’est vrai aussi dans la broderie et le travail du cuir.

Combien de salariés travaillent dans le luxe en Bretagne ? Les statistiques sont imprécises sachant que l’emploi y est très diffus. Le nombre de plus de 3 000 collaborateurs est évoqué. Certaines entreprises commencent à faire référence.

L’intégralité de l’article

Article de Stanislas du Guerny publié sur usinenouvelle.com

Les écoles en langue régionale « craquent » sous la demande

Les écoles en langue régionale « craquent » sous la demande

Au Pays basque notamment, les établissements qui pratiquent un enseignement dit « immersif » anticipent une rentrée des classes « sous tension ».

La préparation de la rentrée donne des sueurs froides aux « ikastola », ces écoles en langue basque qui se battent pour que les emplois alloués par l’Etat soient à la hauteur des demandes d’inscriptions. « Aurons-nous assez d’enseignants ? », s’inquiète-t-on au sein de l’association Seaska qui les fédère. « Il nous faut trente postes pour la rentrée, quand l’éducation nationale ne nous en accorde que dix », chiffrait en juin Paxkal Indo, son président. Près de dix autres postes ont, depuis, été débloqués pour ce réseau.

L’intégralité de l’article

Article de Mattea Battaglia et Michel Garicoïx publié sur lemonde.fr

Quand les brasseurs artisanaux aspirent à la survie des campagnes

Quand les brasseurs artisanaux aspirent à la survie des campagnes

La Bretagne compte plus de 100 micro-brasseries, soit cinq fois plus que dans les années 2000. Derrière ce boom, des brasseurs engagés espèrent insuffler vitalité et humanité dans les bourgs. Reportage en terre péninsulaire, pour la quatrième étape des Carnets de village.

Perdues au milieu de nulle part, retirées au bout d’un chemin dans un vieux corps de ferme, ou aménagées au cœur d’un petit bourg fantôme… Les micro-brasseries poussent comme des champignons dans la Bretagne rurale.

L’intégralité de l’article

Article de Baptiste Mezerette publié sur France3 bretagne

Locarn – Université d’été 2019

Locarn – Université d’été 2019

Vendredi 30 août de 9h à 16h15 : journée organisée à Locarn : Explorer les futurs possibles au service de la prospérité des Bretons.

L’INSTITUT de LOCARN présente son Université d’été dédiée aux jeunes créateurs : « Les jeunes créateurs et l’écosystème breton ».

INSCRIPTION OBLIGATOIRE